Les économies de l’ASEAN sont dans l’ensemble fortement dépendantes des matières premières – dont les exportations représentent en moyenne 17 % du PIB des pays de la région – et donc vulnérables à une évolution des cours.

Après avoir baissé en 2014-2015, les prix des matières premières s’affichent globalement en hausse depuis début 2016 (+50 % selon l’indice global du FMI), avec toutefois d’importantes disparités selon le type de matière première considéré, la hausse la plus marquée étant celle des prix des énergies (pétrole, charbon, gaz).

En conséquence, l’impact de l’augmentation des prix des matières premières sur les économies de l’ASEAN est très contrasté. Parmi les pays exportateurs nets de matières premières de la région par exemple, à savoir Birmanie, Brunei, Indonésie, Laos, Malaisie et Vietnam, les exportateurs nets de matières premières énergétiques (Brunei et dans une moindre mesure la Malaisie) apparaissent comme les plus favorisés alors que certains sont affectés par la baisse des prix de matières premières spécifiques (caoutchouc en Indonésie, huile de palme en Indonésie et en Malaisie, café au Vietnam).

En termes d’impact sur les fondamentaux macroéconomiques, cette situation se traduit notamment par (i) une détérioration du solde courant dans un certain nombre de pays de la région, en particulier aux Philippines, en Indonésie et en Thaïlande, (ii) une hausse de l’inflation dans une majorité de pays, en particulier aux Philippines et en Birmanie, et (iii) une amélioration des finances publiques pour les pays exportateurs nets d’énergie et en particulier au Brunei.

 

La note complète est diponible en PDF en bas de page.

 

Exportations nettes de matières premières

Source : UNCTAD Statistics