D’après les douanes françaises, les échanges bilatéraux de biens entre la France et l’Afrique de l’Ouest sont en recul (-13% en g.a. à 2,3 Mds EUR) en raison de la baisse combinée (i) des ventes françaises à destination de la région (-5% en g.a. à 1,7 Md EUR) du fait de la baisse des ventes de produits pharmaceutiques et (ii) des achats français (-30,6% en g.a. à 562,6 M EUR) en provenance à 80% de la Côte d’Ivoire (cacao) et du Niger (uranium). Néanmoins, au premier semestre, la France maintient des excédents avec tous les pays y compris le Niger et affiche un excédent commercial global avec la zone en progression (1,2 Md EUR, +15,8% en g.a.). Au total, les pays de la  zone ont absorbé 35% des exportations françaises destinées à l’Afrique subsaharienne, avec un taux de couverture des importations françaises par les exportations à 304 %. 1. Recul global des exportations françaises vers les pays de la zone en partie du fait de la baisse des ventes de produits  pharmaceutiques. L

D’après les douanes françaises, les échanges bilatéraux de biens entre la France et l’Afrique de l’Ouest sont en recul (-13% en g.a. à 2,3 Mds EUR) en raison de la baisse combinée (i) des ventes françaises à destination de la région (-5% en g.a. à 1,7 Md EUR) du fait de la baisse des ventes de produits pharmaceutiques et (ii) des achats français (-30,6% en g.a. à 562,6 M EUR) en provenance à 80% de la Côte d’Ivoire (cacao) et du Niger (uranium). Néanmoins, au premier semestre, la France maintient des excédents avec tous les pays y compris le Niger et affiche un excédent commercial global avec la zone en progression (1,2 Md EUR, +15,8% en g.a.). Au total, les pays de la  zone ont absorbé 35% des exportations françaises destinées à l’Afrique subsaharienne, avec un taux de couverture des importations françaises par les exportations à 304 %.

 

1. Recul global des exportations françaises vers les pays de la zone en partie du fait de la baisse des ventes de produits  pharmaceutiques.

 

La France exporte principalement dans la zone des machines, des équipements, du matériel électronique et informatique (476 M EUR, 27,8% des exportations totales), des produits pharmaceutiques (227,5 M EUR, 13,3%), des produits agricoles (171,2 M EUR, 10%) et des matériels de transports (124,2 M EUR, 7,3%).

Les évolutions des exportations au 1er semestre 2018 sont contrastées suivant les pays. Il est possible de constater une progression au Sénégal (404 M EUR, +3,4% par rapport au 1er semestre 2017), au Burkina Faso (128 M EUR, +4,8%), en Guinée (100 M EUR, +9%), en Mauritanie (96 M EUR, +22%), au Bénin (91 M EUR, +5%), au Cap-Vert (10,6 M EUR, +19%), en Gambie (4 M EUR, +12%) et en Guinée-Bissau (1,5 M EUR, +38,6%), grâce globalement à la hausse des ventes d’ordinateurs, de machines de construction et de céréales.

En revanche, dans les autres pays, les exportations françaises ont reculé : en Côte d’Ivoire (541,4 M EUR, -0,4%), au Mali (165,9 M EUR, -4%), au Niger (59,6 M EUR, -32%) et au Togo (109 M EUR, - 49%). Le recul des exportations est essentiellement dû à la baisse des ventes de produits pharmaceutiques et des produits de raffinage du pétrole notamment à destination du Togo.

La zone a absorbé 35% des exportations françaises destinées à l’Afrique subsaharienne.

 

graph1 graph 1

 

2. Chute de plus de 30% des importations françaises en raison du très net recul des achats d’uranium en provenance du Niger.

 

Depuis 2010, plus de 50% des achats français à la zone provenaient de la Côte d’Ivoire (cacao) et du Niger (uranium). Or, au 1er semestre 2018, les importations globales en provenance de la zone ont reculé du fait combiné de la baisse des achats français à la Côte d’Ivoire (413 M EUR, -6,3% en glissement annuel) attribuable à  la chute des achats français de cacao (149,9 M EUR, - 20,6%) et du recul des importations d’uranium nigérien de près de 100% à 3,9 M EUR (-98%). Dans les autres pays, les évolutions sont contrastées :

- les pays pour lesquels les importations françaises ont augmenté sont : la Mauritanie (27,5 M EUR, +2,3%) grâce à l’augmentation des achats d’huile et de dattes, et le Togo (10,5 M EUR, +10,3%) du fait des achats de céréales ;

- les pays pour lesquels les achats français ont reculé sont : le Sénégal (47,6 M EUR, -6,7%), la Guinée (44 M EUR, -21%), le Burkina Faso (8,7 M EUR, - 27%), le Mali (5 M EUR, -19,6%) et le Bénin (1,4 M EUR, - 9,8%). Au Bénin, la hausse des achats de fruits tropicaux, n’a pas suffi à compenser le déclin cumulé d’autres postes (jus de fruits, bois etc.). La France a diminué ses achats de céréales au Burkina Faso et au Mali. Les achats de minerais sont en baisse en Guinée et sont restés nuls avec le Burkina Faso au 1er semestre.

Les importations françaises en provenance du Cap-Vert (164 000 EUR), de la Gambie (64 000 EUR) et de la Guinée-Bissau (1 000 EUR) restent marginales.

 

graph 2 graph 2

 

3. Hausse des excédents commerciaux de la France malgré la baisse des échanges bilatéraux.

 

Les exportations françaises vers les pays de la zone sont en baisse par rapport au 1er semestre 2017 (1,7 Md EUR, -5%), tout comme les importations françaises (562,6 M EUR, -30,6%). L’excédent commercial de la France avec la zone s’est ainsi mécaniquement amélioré de près de 16% en g.a. à 1,2 Md EUR. De fait, la France réalise des excédents commerciaux avec tous les pays de la zone, y compris le Niger (55,7 M EUR) - contrairement à l’année 2017 - suite au très net recul des importations françaises d’uranium.

Les excédents réalisés avec les autres pays ont connu des variations contrastées :

- les pays avec lesquels l’excédent commercial de la France s’est accru sont : le Sénégal (357,1 M EUR, +4,9%), la Côte d’Ivoire (127,5 M EUR, +25,3%), le Burkina Faso (119 M EUR, +8,2%), le Bénin (89,7 M EUR, +5,6%), la Mauritanie (68,6 M EUR, +31,9%), la Guinée (55,9 M EUR, +56,8%), le Cap-Vert (10,5 M EUR, +20,3%), la Gambie (4 M EUR, +10,1%) et la Guinée-Bissau (1,5 M EUR, +38,5%).

- ceux avec lesquels il s’est contracté sont : le Mali (160,9 M EUR, -3,7%) et le Togo (98,7 M EUR, - 51,8%).

 

Montant et évolution des échanges bilatéraux entre la France et les pays d’Afrique de l’Ouest (hors pays anglophones) au 1er semestre 2018 – Source : Douanes françaises.

 

                 tab