En 2017, les sources fossiles de production d’électricité ont représenté plus des deux-tiers de la capacité installée. Les centrales au charbon ont compté pour près de la moitié de la production d’électricité et celles au gaz pour plus d’un cinquième. Avec un quart de la production d’électricité en 2017, les énergies renouvelables sont dominées par l’hydroélectricité et la géothermie, les Philippines étant le second producteur d’électricité géothermique dans le monde après les Etats-Unis.Malgré une augmentation de 15% de la capacité installée photovoltaïque entre 2016 et 2017, cette source d’énergie reste encore peu développée et compte pour 4% de la capacité installée du pays. L’éolien et la biomasse peinent à se développer.Au sein d’un archipel, fournir de l’électricité aux 2 000 îles habitées et réparties sur 300 000 km2 est un défi de taille.En 2017, le taux d’électrification du pays était de 85% avec de fortes disparités régionales. 2,4 millions de foyers n’ont encore aucun ac

En 2017, les sources fossiles de production d’électricité ont représenté plus des deux-tiers de la capacité installée. Les centrales au charbon ont compté pour près de la moitié de la production d’électricité et celles au gaz pour plus d’un cinquième. Avec un quart de la production d’électricité en 2017, les énergies renouvelables sont dominées par l’hydroélectricité et la géothermie, les Philippines étant le second producteur d’électricité géothermique dans le monde après les Etats-Unis. Malgré une augmentation de 15% de la capacité installée photovoltaïque entre 2016 et 2017, cette source d’énergie reste encore peu développée et compte pour 4% de la capacité installée du pays. L’éolien et la biomasse peinent à se développer.

Au sein d’un archipel, fournir de l’électricité aux 2 000 îles habitées et réparties sur 300 000 km2 est un défi de taille. En 2017, le taux d’électrification du pays était de 85% avec de fortes disparités régionales. 2,4 millions de foyers n’ont encore aucun accès à l’électricité sur un total de 22,7 millions de foyers.

Depuis la loi EPIRA de 2001, le secteur de l’électricité a été privatisé et la production d’électricité est devenue ouverte aux investisseurs étrangers. En revanche, la production d’électricité de sources renouvelables reste soumise à la contrainte du plafond de 40% de participation étrangère. A noter également qu’aujourd’hui, il n’existe plus d’incitations tarifaires (feed-in-tariff) à destination du secteur des énergies renouvelables.