La devise de la Malaisie est le ringgit malaisien (RM) / Malaysian ringgit (MYR).    1. Un régime de change flottant administré depuis 2005 En réponse à la crise financière asiatique de 1998, la Malaisie avait opté pour un régime de change fixe du ringgit vis-à-vis du dollar américain (USD). Ce régime exceptionnel a pris fin le 21 juillet 2005, avec le retour au régime de change flottant administré. Sous ce régime, le taux de change du ringgit est déterminé en fonction d’un panier de devises des principaux partenaires commerciaux de la Malaisie. Le taux de change pivot est celui du ringgit par rapport au dollar américain, les taux de change avec les 26[1] autres devises de référence sont des taux croisés entre le taux de change de ces devises vis-à-vis du dollar américain et celui du dollar américain vis-à-vis du ringgit.Le taux de change officiel du ringgit, déterminé par le marché, est publié sur le site internet[2] de la banque centrale de Malaisie (Bank Negara Malaysia), e

 La devise de la Malaisie est le ringgit malaisien (RM) / Malaysian ringgit (MYR).

    1. Un régime de change flottant administré depuis 2005

 En réponse à la crise financière asiatique de 1998, la Malaisie avait opté pour un régime de change fixe du ringgit vis-à-vis du dollar américain (USD). Ce régime exceptionnel a pris fin le 21 juillet 2005, avec le retour au régime de change flottant administré. Sous ce régime, le taux de change du ringgit est déterminé en fonction d’un panier de devises des principaux partenaires commerciaux de la Malaisie. Le taux de change pivot est celui du ringgit par rapport au dollar américain, les taux de change avec les 26[1] autres devises de référence sont des taux croisés entre le taux de change de ces devises vis-à-vis du dollar américain et celui du dollar américain vis-à-vis du ringgit.

Le taux de change officiel du ringgit, déterminé par le marché, est publié sur le site internet[2] de la banque centrale de Malaisie (Bank Negara Malaysia), en charge de la politique de change. La BNM poursuit en particulier une politique de non internationalisation du ringgit, en favorisant les transactions sur son marché domestique, et de stabilité du ringgit par rapport à l’USD, en s’appuyant sur un montant important de réserves de devises étrangères (plus de 100 Md USD début 2018).

Avec un volume moyen de transactions de 10 Md USD par jour[3], le ringgit malaisien se classe au 25ème rang des devises les plus échangées en 2016, selon la Banque des règlements internationaux, derrière le dollar singapourien (12ème rang) et le baht thaïlandais (24ème rang) mais devant la roupie indonésienne (31ème rang). Le taux de change du ringgit a beaucoup varié sur la période 2014-2017, avec un épisode de forte dépréciation par rapport au dollar américain (-25%) en 2015-2016. En 2017, le ringgit s’est réapprécié de 10% pour s’établir début 2018 à 4 RM pour 1 US$ (4,8 RM pour 1€).

   2. Règles applicables aux flux de capitaux entre entreprises

Le droit applicable aux flux de capitaux, notamment les investissements directs étrangers, est établi par une législation de 2013 (Financial Services Act) et détaillé par la BNM sous la forme de Foreign Exchange Administration (FEA) Rules. Disponibles sur le site internet[4] de la BNM, les FEA distinguent les résidents (ex : toute entreprise enregistrée au registre malaisien du commerce et des sociétés) et les non-résidents (ex : succursale, bureau de vente ou de représentation, filiale).

S’agissant des entreprises non-résidentes, il n’y a pas de restriction aux investissements en Malaisie sur des actifs en ringgit, que ce soient des valeurs mobilières ou immobilières, dès lors qu’il est fait appel aux services d’une banque locale (domestique ou étrangère) et sous réserve de seuils de participation applicables à certains secteurs (voir fiche sur la législation dite « bumiputra »). Il n’existe pas non plus de restrictions pour les non-résidents souhaitant transférer le produit de leurs profits et désinvestissements malaisiens vers l’étranger, en devise étrangère.

Il existe des restrictions pour les entreprises résidentes. Une transaction en devise étrangère entre deux entreprises résidentes pour acheter des biens ou services en Malaisie n’est possible que si ces devises proviennent de recettes d’exportations. En outre, en décembre 2016, la BNM a modifié sa réglementation relative aux recettes en devises tirées des exportations de biens (pas applicable aux services). Désormais les exportateurs de biens basés en Malaisie doivent convertir en ringgit au moins 75% de leurs recettes en devises (possibilité de reconversion après 6 mois). Cependant, les entreprises peuvent demander une exemption au cas par cas auprès de la BNM.


[1]   GBP, EUR, JPY, CHF, AUD, CAD, SGD, HKD, THB, PHP, TWD, KRW, IDR, SAR, SDR, CNY, BND, VND, KHR, NZD, MMK, INR, AED, PKR, NPR et EGP.