Selon la Banque centrale de Hongrie (MNB) qui vient de publier son premier rapport sur la compétitivité, la Hongrie connait une amélioration sensible de ses indicateurs macroéconomiques. Pour autant, de nombreux défis doivent encore être surmontés pour permettre à la Hongrie de converger durablement vers la moyenne des autres pays européens. La synthèse des divers classements internationaux disponibles indiquent que des marges de progrès existent notamment pour revenir sur le peloton des autres pays du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie) et sur celui des pays de l’UE.

Positionnement de la Hongrie et de ses voisins dans l’UE28 dans les classements de la compétitivité internationale

Classements internationaux

Hongrie

Moyenne PL/SK/RT

WEF (World economic forum)

25

18

IMD

24

17

Doing Business

21

14

OECD-FDI

12

16

HDI (UNDP)

24

19

Better life

21

15

 

Les principaux défis pour améliorer les indicateurs de compétitivité sont les suivants selon la MNB :

 

  • L’indisponibilité d’une main-d’œuvre adéquatement formée. La Hongrie suit une trajectoire démographique défavorable (le ratio de la population en âge de travailler diminue) ; cette situation a été renforcée avec l’ouverture progressive des possibilités de travailler à l’étranger après l’adhésion du pays à l’Union européenne.

     

  • Le niveau relativement faible de productivité des entreprises (principalement des PME). La productivité des PME hongroises est bien inférieure à celle des grandes entreprises et de ses homologues des pays de la région. En outre, l’efficacité énergétique des entreprises hongroises est nettement inférieure à la moyenne de l’UE, ce qui entraîne un désavantage concurrentiel.

     

  • Le développement du système bancaire, qui joue un rôle essentiel dans le financement des entreprises hongroises, doit s'intensifier pour faciliter le développement de l’économie dans une plus large mesure qu’il ne le fait actuellement.

     

  • La création d’un environnement concurrentiel et réglementaire plus favorable et la réduction des charges pesant sur les entreprises doit être poursuivie. A ce jour, la Hongrie serait le pays de la région où une entreprise doit consacrer le plus de temps aux formalités administratives et fiscales.

     

  • La R&D et l’innovation sont indispensables pour accroître la productivité. A cet égard, le ratio des PME impliquées dans l’innovation et le ratio des employés travaillant dans la recherche et le développement doivent augmenter considérablement pour que les dépenses de R&D atteignent le niveau de 1,8% du PIB prévu pour 2020.

     

  • L’inadéquation géographique des compétences : Le taux de chômage est d’environ 3% dans la partie occidentale du pays, alors qu’il est de 9% dans la région de la Grande Plaine septentrionale.

     

  • Le système éducatif doit faire face à un défi sans cesse renouvelé notamment pour préparer les jeunes à un futur de plus en plus difficile à prévoir en raison de l’accélération du développement.

     

  • Enfin, le système de santé hongrois est confronté à de nombreux défis. En effet, si le niveau des dépenses de santé en proportion du PIB dépasse la moyenne des pays de la région, la proportion financée par le gouvernement (67%) reste encore  inférieure aux valeurs moyennes des pays de l’UE (75%).

     

Positionnement de la Hongrie et de ses voisins dans l’UE28 dans les classements de la compétitivité internationale

Positionnement de la Hongrie

Source : MNB (Banque centrale de Hongrie)