Le Service économique de l’ambassade de France à Dar es Salaam a organisé un petit déjeuner thématique le 28 septembre 2017 sur le thème de : « La classe moyenne tanzanienne : levier pour le développement? ». Cette rencontre a réuni une quinzaine de représentants du secteur privé, d’institutions internationales financières et de développement et d’agences tanzaniennes publiques.

Monsieur Samuel Muthoka, Président d'Ipsos en Tanzanie, a introduit la session d'échanges par une présentation de l'étude réalisée par d'Ipsos - Unilever Institute of Strategic Marketing sur la classe moyenne africaine.

Ipsos, en collaboration avec l'Institut de Marketing Stratégique Unilever, basé à l'Université du Cap (UCT), a mené pendant 18 mois son projet Lions Africains pour créer une base de données de référence sur le marché de la consommation des villes du continent, y compris Dar es Salaam en Tanzanie. Selon leur estimation sur la classe moyenne urbaine en Afrique subsaharienne, 100 millions de personnes auraient un pouvoir d'achat d'au moins 400 millions de dollars par jour.

Selon les critères de la Banque africaine de développement (BAD) (qui sont devenus une référence pour les recherches ultérieures), il est possible de déterminer la taille de la classe moyenne par rapport à la population africaine totale : 60% de la population totale sont sous le seuil de pauvreté (2 USD / jour) ; 20% appartiennent à la classe flottante (entre 2 et 4 USD / jour, ; 9% à la classe moyenne inférieure (entre 4 et 10 USD / jour) ; 5% à la classe moyenne supérieure (entre 10 et 20 USD / jour) ) et 6% à la classe supérieure (20 USD / jour).

Participants à la présentation des principaux résultats de l'étude

La classe moyenne est largement reconnue comme étant l'avenir de l'Afrique, le groupe stratégique pour le développement économique et politique du continent. Favoriser la croissance de la classe moyenne est d'un intérêt primordial pour les décideurs. La classe moyenne est en effet un bon indicateur de développement à moyen et long terme pour plusieurs raisons : les recherches empiriques, comme le soulignent les publications des institutions de développement, montrent que la croissance de la classe moyenne est associée à une meilleure gouvernance, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. Il semble que ceux qui accèdent au statut de classe moyenne ont tendance à arguer de leur poids économique pour exiger des gouvernements plus de responsabilité, ce qui inclut d'une manière générale la primauté du droit, et de manière spécifique le droit de propriété et des services publics en plus grand nombre et de meilleure qualité. La croissance des dépenses de consommation est également plus vigoureuse lorsque la classe moyenne augmente.

En ce qui concerne la Tanzanie, certaines des conclusions de l'étude mettent en évidence que les ménages de la classe moyenne gagnent en majorité entre 4 et 10 USD par jour (88%). Près de la moitié a pour chef de famille un travailleur indépendant. Une grande partie de la classe moyenne tanzanienne est considérée comme vulnérable car issue du secteur informel (30%).

L’étude complète (actuellement mise en vente) fera l’objet d’un lancement par Ipsos dans les capitales des pays concernés.

http://www.fin24.com/Economy/middle-class-in-africa-is-a-nebulous-concept-20170521-2

 Histogrammes relatifs à la classe moyenne en Afrique