Commerce extérieur et investissements directs étrangers

En 2019, le déficit commercial des biens du Kosovo a atteint 3,12 Mds EUR, soit 43,9 % du PIB. Les importations du pays -principalement constituées de produits alimentaires, de produits minéraux et de machines et appareils -poursuivent leur progression et atteignent 3,5 Mds EUR en 2019 (48,8 % du PIB). Les exportations, principalement constituées des matières premières (métaux et minerais), reculent quant à elles légèrement à 0,35 Md EUR (4,9 % du PIB). Les principaux partenaires du pays à l’importation sont l’Allemagne, la Turquie et la Chine, et à l’exportation l’Albanie, la Macédoine du Nord et l’Inde. Selon le FMI, le pays est toutefois un exportateur net de services, ce qui, combiné aux remises importantes de la diaspora, lui permet de contenir son déficit du compte courant à – 6,5 % du PIB en 2019.

1/ Un déficit commercial qui se maintient à un niveau préoccupant

Le déficit commercial du Kosovo a presque doublé depuis 2009, pour atteindre, 3,12 Mds EUR en 2019, soit 43,9% du PIB. L’aggravation du déficit commercial est liée à la fois à la forte progression des importations et à la stagnation des exportations. Depuis 2009, les importations ont progressé de +1,6 Md EUR, à 3,5 Mds EUR en 2019, tandis que les exportations n’ont progressé que de +0,17 Md EUR, à 0,35 Md EUR en 2019. Ce faible taux de couverture, de l’ordre de 10 %, est à l’origine d’un déficit du compte courant élevé mais contenu à ‑ 6,5 % du PIB. L’important déficit de la balance commerciale des biens  est en effet partiellement compensé tout d’abord par d’importantes remises de la diaspora, estimées à 15,6 % du PIB par la Banque Mondiale en 2018, et par les exportations nettes de services du pays, qui stimulées par le dynamisme des exportations de services de voyage et de tourisme, progressent de  + 7,7 % en 2019.

En 2019, les échanges commerciaux du Kosovo suivent les tendances observées en 2018 : les exportations poursuivent leur légère baisse (- 4,9 %) et les importations continuent de progresser (+ 3,7 %). Il s’agit toutefois de la plus faible progression des importations enregistrée depuis 2015.

2/ Le Kosovo importe l’essentiel de ses besoins et exporte majoritairement des métaux et minerais

Souffrant d’une base de production étroite, le Kosovo importe l’essentiel de ses besoins, en particulier des produits de consommation. Le pays achète notamment des produits alimentaires (16 % des importations totales en 2019), des produits minéraux (15 %), des machines et appareils mécaniques ou électriques (12 %), des métaux (11%) et des véhicules terrestres (9 %).

En 2019, les exportations kosovares étaient constituées à 37 % de métaux et d’ouvrages réalisés à partir de ceux-ci, et à 11 % de produits minéraux. Le pays est donc largement tributaire des cours mondiaux, en témoignent les évolutions récentes des exportations enregistrées pour les métaux de base (-40 % entre 2010 et 2016 puis +22 % en 2017).

3/ Le Kosovo exporte principalement vers les pays de l’ALECE et importe principalement depuis l’Union européenne

Les pays de l’Accord de libre-échange centre-européen (ALECE) représentent près de 46 % des exportations kosovares en 2019. L’Albanie (19 %) et la Macédoine du Nord (12 %) sont ainsi ses premiers clients, suivis par l’Inde (9 %), l’Allemagne (8 %) et la Serbie (8 %). La Serbie a perdu sa place de principal partenaire commercial du Kosovo, en raison de l’imposition unilatérale de droits de douane de 100% par le Kosovo fin 2018 à la Serbie et à la Bosnie-Herzégovine. La Serbie passe du 1er au 42ème rang des fournisseurs du pays entre 2017 et 2019. L’Allemagne devient donc le 1er fournisseur du Kosovo (13 % des importations kosovares), suivi par la Turquie[1] (12 %) et la Chine (10 %). La Macédoine du Nord et l’Albanie sont, avec respectivement 7 % et 6 % de part des importations kosovares, les 4ème  et 5ème  fournisseurs du pays.

Les échanges de l’Union européenne[2] avec le Kosovo sont en augmentation, puisqu’ils représentaient en 2019 près de 33 % des exportations et 50 % des importations du pays, contre 30 % et 40 % en 2017. Il semblerait donc que l’entrée en vigueur de l’Accord de stabilisation et d’association en avril 2016 ait dynamisé les échanges entre l’Union européenne et le Kosovo, bien qu’il n’existe pas à ce jour de zone de libre-échange des biens et des services entre les deux entités. Selon les douanes kosovares, la France n’est que le 16ème fournisseur (47 M EUR) et le 22ème client (2,9 M EUR) du Kosovo en 2019. Ces données varient cependant significativement selon que l’on se base sur les données des douanes kosovares ou françaises[3] , car une part importante des échanges entre les deux pays transite par des pays tiers, ce qui explique que certains produits ne soient pas répertoriés selon leur véritable destination finale.

Commerce extérieur du Kosovo, M EUR :

data 

Source : Douanes Kosovo

Commerce extérieur du Kosovo, M EUR :

data

Source : Douanes Kosovo

Commerce extérieur du Kosovo, M EUR :

data

Source : Douanes Kosovo

Commerce extérieur du Kosovo, M EUR :

data

Source : Douanes Kosovo



[1] L’entrée en vigueur en septembre 2019 d’un accord de libre-échange entre la Turquie et le Kosovo pourrait à l’avenir intensifier les échanges entre les deux pays.

[2] Il s’agit ici des données pour l’UE28.

[3] En 2019, selon les douanes françaises le montant de nos exportations vers le Kosovo s’élevait à 20,5 M EUR et celui de nos importations kosovares à 4,4 M EUR.

Publié le