Relations bilatérales France-Vietnam

Un commerce bilatéral très déséquilibré en faveur du Vietnam, et concentré sur quelques produits-clés.

 En 2018, la France est le 15ème client (1,54% des exportations vietnamiennes) et le 21ème fournisseur (0,57% des importations vietnamiennes) du Vietnam, en léger recul (14ème client sur l’ensemble de l’année 2017 et 20ème fournisseur). Le Vietnam reste un partenaire commercial secondaire pour la France, en étant son 49ème client (0,25% des exportations françaises) et son 22ème fournisseur (0,97% des importations françaises). En 2018, nos exportations vers le Vietnam s’élèvent à 1,2 milliard d’euros (-23,7%) et nos importations à 5,4 milliards d’euros (+ 5,1 %) portant le déficit commercial à 4,2 milliards d’euros.

1. En 2018, les échanges commerciaux entre la France et le Vietnam reculent légèrement tandis que le déficit bilatéral continue de s’aggraver.

En 2018, pour la première fois depuis dix ans, les échanges commerciaux entre la France et le Vietnam se sont contractés : ils s’élèvent à 6 652 M EUR sur l’ensemble de l’année contre 6 766 M EUR en 2017, soit une baisse de 2% succédant à une hausse de 13% entre 2016 et 2017. Malgré cette contraction récente, on observe une forte progression du commerce bilatéral sur la durée : en dix ans, la valeur des échanges entre la France et le Vietnam a quadruplé (de 1 636 M EUR en 2008 à 6 652 M EUR en 2018)

Notre déficit commercial se creuse : nous achetons aujourd’hui au Vietnam quatre fois plus que nous ne lui vendons. Sur l’année 2018, notre balance commerciale est déficitaire de 4,2 milliards d’euros (4 204 M EUR) avec des exportations s’élevant à 1 224 M EUR, en baisse de 23,7%, et des importations s’élevant à 5 428 M EUR, en hausse de 5,1%.

2. Nos exportations comme nos importations demeurent concentrées sur quelques secteurs clés.  

En 2018, les exportations françaises vers le Vietnam s’élèvent à 1 223,9 M EUR, soit une baisse de 23,7% par rapport à 2017 où elles s’élevaient à 1 604,4 M EUR. Structurellement, notre part de marché est très dépendante de l’industrie aéronautique, dont le poids diminue cette année, conformément au calendrier de livraisons d’Airbus. Globalement nos exportations restent concentrées sur trois secteurs qui représentent 60% du total: aéronautique, pharmacie, agroalimentaire.

Les importations françaises depuis le Vietnam ont augmenté de 5,1% en 2018, à 5 427,8 M EUR. Elles se concentrent essentiellement sur deux secteurs : l’électronique (téléphones pour l’essentiel) et le textile-habillement.

Pour plus d'information, les publications du Service Economique de Hanoi sur les relations bilatérales France-Vietnam sont disponibles ici.

 

Un commerce bilatéral très déséquilibré en faveur du Vietnam, et concentré sur quelques produits-clés

 

Au 1er semestre 2018, selon les douanes vietnamiennes, la France est le 16ème client et le 22ème fournisseur du Vietnam. Le Vietnam reste un partenaire commercial secondaire pour la France, en étant son 47ème client et son 21ème fournisseur selon les douanes françaises. Sur les six premiers mois de l’année, les exportations françaises vers le Vietnam s’élèvent à 738,7 M EUR M € (+ 12,1 %) et les importations en provenance du Vietnam, à 2 548,9 M EUR (+ 5 %) portant le déficit commercial à 1,8 milliard d’euros.

 

  1. Si les échanges commerciaux entre la France et le Vietnam connaissent une croissance régulière, le déficit bilatéral continue de s’aggraver.

     

Sur les six premiers mois de l’année, les échanges bilatéraux s’élèvent à 3 287,6 M EUR, en hausse de 7% par rapport au 1er semestre 2017. Sur l’ensemble de l’année passée, le commerce bilatéral entre la France et le Vietnam connaît également une forte croissance, de 13%, et atteint 6 765,5 M EUR. En dix ans, la valeur des échanges entre la France et le Vietnam a quadruplé.

 

 Malgré ce dynamisme, notre déficit commercial ne s’atténue pas : depuis plus de dix ans, nous achetons au Vietnam trois fois plus que nous ne lui vendons. Au 1er semestre 2018, notre balance commerciale est déficitaire de 1,8 milliard d’euros et notre déficit atteint 3,5 milliards d’euros en 2017.

 

  1. L’aéronautique et la pharmacie représentent 60% de nos exportations

     

Sur les six premier mois de l’année, les exportations françaises vers le Vietnam s’élèvent à 738,7 M EUR, soit une hausse de 12,1% par rapport au 1er semestre 2017. La structure de l’export est inchangée avec la prédominance des secteurs aéronautique et pharmaceutique qui représentent 60% de nos exportations.

 

Avec 338,7 MEUR au 1er semestre 2018 (+37% par rapport à 2017), l’industrie aéronautique représente à elle-seule près de la moitié de nos ventes. Notre part de marché au Vietnam est donc très dépendante des performances d’Airbus. En second lieu, les exportations de produits pharmaceutiques contribuent à 14,1% du total de l’export au 1er semestre 2018 (à 104,3 MEUR).

 

  1. Nos importations sont plus concentrées encore que nos exportations, à 80% sur deux postes seulement

     

Les importations vietnamiennes vers la France ont augmenté de 5% au 1er semestre 2018, à 2 548,9 M EUR. Elles se concentrent essentiellement sur deux secteurs : l’électronique (téléphones pour l’essentiel - on rappellera qu’un téléphone Samsung sur 2 vendus dans le monde est fabriqué au Vietnam-) et le textile-habillement.

Publié le