Les relations commerciales bilatérales avec l’Ouzbékistan

Résumé

Les échanges commerciaux entre la France et l’Ouzbékistan ont atteint 155,7 M EUR en 2016, en recul de 42 % sur un an. Avec une part de marché de 1,2 % en 2015, la France est le 13ème fournisseur de l’Ouzbékistan derrière notamment la Chine, la Russie, la Corée du Sud, le Kazakhstan, la Turquie et l’Allemagne. En 2016, la France a surtout exporté des machines industrielles et agricoles, des produits informatiques électroniques et optiques, ainsi que des produits chimiques, parfums et cosmétiques. Le solde du commerce extérieur entre la France et l’Ouzbékistan, légèrement déficitaire pour la France en moyenne, a évolué de façon irrégulière au cours des onze dernières années, l’année 2016 marquant un excédent record de 36,2 M EUR.

 

1. Des exportations en légère baisse, des importations en forte baisse après une année record

Graphique 1 : Évolution des exportations et des importations françaises entre 2006 et 2016 (en M €)

 Graphique 1 : Évolution des exportations et des importations françaises entre 2006 et 2016 (en M €)

Source : Douanes françaises

Après avoir doublé entre la fin des années 2000 et le début des années 2010, les exportations vers l’Ouzbékistan marquent depuis lors un palier (autour de 100 M EUR). Cette situation se confirme en 2016, avec une baisse de nos exportations de 10,4% à 95,9 Mds EUR. Après avoir connu une année record en 2015, nos importations ont chuté de 62,6% sur fond de recul dans les mêmes proportions de nos importations de combustibles nucléaires traités.

2. Le solde commercial atteint un niveau record en faveur de la France

Graphique 2 : Évolution de la balance commerciale entre 2006 et 2016 (en M €)

Graphique 2 : Évolution de la balance commerciale entre 2006 et 2016 (en M € 

Source : Douanes françaises

Le solde du commerce extérieur entre la France et l’Ouzbékistan a évolué de façon très irrégulière au cours des onze dernières années, alternant années déficitaires et excédentaires. L’année 2016 n’a pas manqué à la règle, après le fort déficit de l’année 2015, -53 M EUR, cette année marque un excédent record de 36,2 M EUR.

3. La France est un fournisseur secondaire de l’Ouzbékistan

Graphique 3 : Les fournisseurs de l’Ouzbékistan en 2015 (en %)

Graphique 3 : Les fournisseurs de l’Ouzbékistan en 2015 (en %) 

Source : Statistiques nationales de la République d’Ouzbékistan

Avec une part de marché de 1,2 % en 2015, la France était le 13ème fournisseur de l’Ouzbékistan derrière la Chine (21,9%), la Russie (21,7%), la Corée du Sud (12,6%), le Kazakhstan (9,2%), la Turquie (4,8%), l’Allemagne (4,7%), le Japon (2,5%), faisant presque jeu égal avec l’Ukraine (1,7%), l’Italie (1,5%), le Kirghizstan (1,4%), les Etats-Unis et la Lituanie (1,2%).

 

4. Premiers postes d’exportation : machines industrielles et agricoles, produits informatiques électroniques et optiques

Tableau : Structure 2016 des exportations et importations par secteurs (en %)

 

Exportations

Importations

1. Produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture

2,5

0,4

2. Hydrocarbures naturels, aut. produits des industries extractives, électricité…

0,1

0,0

3. Produits des industries agroalimentaires (IAA)

8,8

2,4

4. Produits pétroliers raffinés et coke

0,1

0,0

5. Equipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique

46,5

0,0

6. Matériels de transport

4,1

0,0

7. Textiles, habillement, cuir et chaussures

0,8

0,5

8. Bois, papier et carton

0,1

0,4

9. Produits chimiques, parfums et cosmétiques

19,2

0,8

10. Produits pharmaceutiques

15,3

0,0

11. Produits en caoutchouc et en plastique, produits minéraux divers

1,1

0,0

12. Produits métallurgiques et métalliques

0,9

95,1

13. Produits manufacturés divers

0,6

0,1

14. Produits divers

0,0

0,4

Ensemble

100,0

100,0

Source : Douanes françaises

En 2016, la France a surtout exporté des machines industrielles et agricoles (22,2%), des produits informatiques électroniques et optiques (21,7%), des produits chimiques, parfums et cosmétiques (19,2%), des produits pharmaceutiques (15,3%) et des produits des industries agroalimentaires (8,8%). Nos achats sont essentiellement composés de produits métallurgiques et métalliques (94,3% de combustibles nucléaires traités).

 

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Publié le