FRANCE ET ETATS-UNIS : UNE RELATION ECONOMIQUE PROFONDE ET MUTUELLEMENT BENEFIQUE

La France et les États-Unis entretiennent des liens économiques très forts et mutuellement bénéfiques. Les échanges commerciaux et les investissements croisés soutiennent la croissance, l’emploi et l’innovation dans les deux économies.

Une relation économique profonde

  • Les échanges de biens et services entre la France et les États-Unis s’élevaient à 150,5 Mds USD en 2019, en hausse de 16,6 % par rapport à 2018. D’après les données des Douanes françaises, ces échanges se répartissaient à hauteur de 89,8 Mds USD pour les biens et 60,7 Mds USD pour les services. En 2019, la France était la 4ème destination des exportations américaines de biens et le 3ème partenaire commercial des États-Unis en Europe (source : US Census). L’excédent commercial de la France avec les États-Unis (échanges de biens) atteignait 3,3 Md USD en 2019, La balance positive s’explique principalement par un solde positif dans les produits de l’industrie agroalimentaire (+4,7 Md USD) et dans le textile, l’habillement, le cuir et les chaussures (+2,1 Md USD).
  • Les équipements de transport (14,3 Md USD d’exportations françaises en 2019 vers les Etats-Unis - solde positif de +1,5 Md USD)  représentent près d’un tiers des échanges de biens entre les Etats-Unis et la France. Les échanges entre les deux pays concernent tous types de biens et services, reflétant le caractère très diversifié des liens entre les deux économies. D’après les données 2019 des Douanes françaises, les États-Unis présentent un solde positif dans certains produits comme les échanges d’hydrocarbures naturels, les autres produits issus d’industries extractives, l’électricité, les déchets (+2,9 Mds USD) et les équipements mécaniques, électriques, électroniques et informatiques (+1,8 Md USD).
  • Tous les États américains contribuent à la relation économique bilatérale, avec des disparités reflétant le poids économique et la spécialisation sectorielle de chaque territoire. Ainsi, le Texas est le premier exportateur de biens vers la France, principalement dû à ses exportations de produits énergétiques, suivi par le Kentucky du fait de ses exportations d’équipements de transport; l’État de New York et la Californie sont, respectivement, les deux principaux importateurs de biens en provenance de France. Réciproquement, les régions Ile-de-France, Occitanie et Auvergne Rhône-Alpes sont très présentes dans la relation commerciale franco-américaine.

 Les investissements croisés soutiennent la croissance et l’emploi

  • Les investissements directs réciproques forment un élément majeur de la relation économique bilatérale. Selon l’U.S. Bureau of Economic Analysis (BEA), en 2019, les investissements directs à l’étranger (IDE) français aux Etats-Unis représentaient 310,7 Mds USD (soit +5,2% sur l’année précédente) ; les IDE américains en France totalisaient 83,8 Mds USD, soit une augmentation de 23,2% en glissement annuel. La France est le 6ème investisseur aux États-Unis. La forte présence française est confirmée par l’analyse des données de flux d’IDE, les nouveaux investissements français vers les États-Unis s’élevant en 2019 à 15,7 Mds USD (soit 8% des nouveaux investissements mondiaux en direction des Etats-Unis.

Tableau : Les IDE aux Etats-Unis, en Mds USD

 

Stocks

dont industrie
manufacturière

Japon

645

302

Canada

581

58

Allemagne

522

258

Royaume-Uni

446

148

Irlande

344

228

France

311

136

Pays-Bas

290

110

Source: U.S. BEA, 2019, par pays de l’investisseur ultime

  • Les IDE croisés soutiennent un nombre important d’emplois. Les filiales des entreprises françaises employaient 734 200 personnes aux Etats-Unis selon les statistiques du BEA (2017), ce qui place la France au rang de 4ème source étrangère d’emplois directs créés aux Etats-Unis.

Tableau : les emplois associés aux IDE aux Etats-Unis

 

Emplois aux
Etats-Unis (milliers)

… dont industrie
manufacturière

Royaume-Uni

1 222,4

294

Japon

885,2

434

Allemagne

773,8

304

France

734,2

231

Canada

726,9

150

Source: U.S. BEA, 2017, par pays de l’investisseur ultime

Une relation tournée vers l’innovation

  • La R&D est au cœur de nos relations économiques. Les entreprises américaines sont la première source de dépenses R&D étrangère en France avec 2 Mds USD d’investissement en 2017 (BEA). Réciproquement, les entreprises françaises ont financé la R&D américaine à hauteur de 5,4 Mds USD en 2017, soit 8,7 % de la R&D étrangère aux États-Unis (BEA). 89,4 % des dépenses en R&D d’entreprises françaises sont concentrées dans le secteur manufacturier. Plusieurs entreprises françaises sont partenaires de centres de recherche universitaire ou du Département américain de la Défense. Chaque année, environ 50 000 brevets sont déposés de part et d’autre par des entreprises américaines en France et des entreprises françaises aux  États-Unis.
  • Des échanges économiques très intenses dans les domaines de pointe. Les entreprises françaises sont historiquement très présentes aux États-Unis dans les domaines de haute technologie, liés notamment à la défense, à la sécurité, à la santé et à la biométrie. Réciproquement, en 2018, 25 % des projets d’investissements américains en France étaient dans le domaine des nouvelles technologies, et les États-Unis ont représenté 32 % des investissements étrangers dans ce secteur. Selon la Chambre de Commerce américaine en France, 92 % des investisseurs américains considèrent la France comme une destination attractive dans le numérique.
Publié le