Relations économiques entre la France et l'Ouganda

Les relations économiques entre la France et l'Ouganda sont historiquement faibles. La présence française se répartit entre un petit nombre de grands groupes, des PME et des entreprises créées localement par des entrepreneurs français. Les perspectives d’augmentation de nos investissements sont notables en raison de l’exploration pétrolière du Lac Albert dont le chef de file est Total. Les premiers appels d’offres sont prévus pour le second semestre 2018 et devraient concourir à un renforcement de notre présence.

Les flux d’investissements français vers l’Ouganda étaient de 7,7 MEUR en 2016 et le stock de 58,3 MEUR. Cette tendance place l’Ouganda à la 111ème place en ce qui concerne la destination de nos IDE en flux et à la 117ème position en termes de stock. Les flux d’investissements français en 2016 correspondent à l’industrie manufacturière. En perspective, les IDE français devraient substantiellement augmenter avec les travaux liés à l’exploration pétrolière qui devraient débuter dans le prolongement de la décision finale d’investissement de Total, à l’automne 2018.

L’intérêt des entreprises françaises pour l’Ouganda s’est en effet développé avec la découverte d’importantes réserves d’hydrocarbures dans l’ouest du pays estimés à 1,7 Mds barils recouvrables soit une production de 230 000 b/j pour une durée de 40 ans. Une trentaine d’entreprises françaises étaient installées en Ouganda début 2018. De nombreuses autres sociétés sont également actives en Ouganda sans y être formellement implantées, comme l’ex-Alstom Grid via GE Energy, Veolia, Eiffage, Egis. Elles suivent l’Ouganda depuis leurs implantations situées au Kenya.

Structurellement, la balance commerciale bilatérale est fortement excé­dentaire en faveur de la France. En 2017, l’excédent commercial français a atteint 45 MEUR, soit son niveau le plus élevé depuis 2013. En 2017, la France est le 10e fournisseur de l’Ouganda avec 2 % de part de marché et l’Ouganda représente moins de 1 % de nos exportations en Afrique Subsaharienne.

Publié le