Relations commerciales bilatérales France-Ukraine

1- Après avoir enregistré un franc ralentissement, consécutif de la forte dévaluation de la monnaie ukrainienne en 2014-2015, les exportations de la France vers l’Ukraine sont reparties à la hausse en 2016 puis en 2017 (respectivement +23% et + 18%).

La contraction des échanges franco-ukrainiens en 2015 (-13%), à 1,15 Md EUR, après une chute de 18% entre 2013 et 2014, était imputable à la forte baisse des exportations françaises dans un contexte de forte récession de l’économie ukrainienne (dévaluation de la monnaie ukrainienne et effondrement de la demande interne). Les échanges totaux sont repartis à la hausse en 2016 (+13%) et 2017 (+6%).

En 2016 et en 2017, la France a augmenté ses exportations vers l’Ukraine (+23% en 2016, +18% en 2017) et maintenu un niveau d’importations en provenance d’Ukraine globalement stable (+2% en 2016 et -10% en 2017).

Le solde commercial, qui s’est fortement contracté en 2015, progresse depuis 2016. En 2017, la France enregistre un excédent commercial de 335 M EUR, qui se situe dans la moyenne de ces 10 dernières années mais reste en deçà des niveaux atteints avant 2014 (près de 500 M EUR en 2012).

Graphique 1 : Evolution des exportations et des importations françaises vers et depuis l’Ukraine ainsi que du solde commerciale de la France envers l’Ukraine (M€)

 Graphique 1 : Evolution des exportations et des importations françaises vers et depuis l’Ukraine ainsi que du solde commerciale de la France envers l’Ukraine (M€)

Source : Douanes françaises

 

2- La part de marché de la France progresse, passant de 2% à 3,2% entre 2014 et 2017

La France est le 9ème fournisseur mondial de l’Ukraine avec une part de marché de 3,2 % en 2017. Parmi les pays européens, la France est le 3ème fournisseur de l’Ukraine, derrière l’Allemagne (11% de part de marché) et la Pologne (7%).

L’Ukraine a fortement diversifié ses approvisionnements et la répartition des parts de marché a considérablement évolué entre 2015 et 2018 La Russie, bien que restant encore le 1er fournisseur de l'Ukraine, a vu sa part de marché s'effondrer (de 36% en 2013 à 13% en 2017), qui s'est en partie reportée sur les fournitures des autres partenaires ainsi que de nouveaux entrants. En lien avec l’Accord de libre-échange complet et approfondi avec l’UE (entré en vigueur de façon provisoire en janvier 2016 et de manière définitive en septembre 2017), les échanges avec les pays-membres se sont accrus. En 2017, la part de marché de l’ensemble des pays de l’UE représentait 42% (contre 35% en 2013).

Graphique 2 : Evolution des parts de marché des principaux partenaires commerciaux de l’Ukraine (hors Russie, en % de pdm)

 Graphique 2 : Evolution des parts de marché des principaux partenaires commerciaux de l’Ukraine (hors Russie, en % de pdm) 

Source : Douanes ukrainiennes

 

3- La structure des exportations françaises est plus diversifiée que celle des importations

La France occupe traditionnellement de solides positions dans le segment des produits pharmaceutiques et chimiques (pesticides), qui avaient résisté en 2014 à la dévaluation mais ont subi en 2015 le contrecoup de l’effondrement de la demande interne. Les livraisons de produits pharmaceutiques, de véhicules automobiles et de machines agricoles, qui avaient enregistré des baisses comprises entre 30 et 50% en 2015, sont reparties à la hausse depuis 2016.

Publié le