Infrastructures et développement durable

Infrastructures de transports

L'Ukraine bénéficie d'une position géographique favorable qui lui confère un rôle majeur dans le flux des transports Est-Ouest et Nord-Sud (Baltique-Mer Noire). Le pays a développé un réseau important de transports, terrestre et maritime, héritage de l'époque soviétique où 60% des échanges transitaient par les infrastructures ukrainiennes. Les transports représentent environ 8 % du PIB.

Les besoins de modernisation et de développement des infrastructures sont estimés comme primordiaux par les autorités ukrainiennes. Avec l’assistance financière de l’Union européenne, le ministère des Infrastructures a publié en 2018 sa « Stratégie nationale pour les transports – 2030 », qui met l’accent notamment sur l’intégration aux réseaux de transports européens, notamment routiers.

Afin de permettre les investissements privés dans les infrastructures, une loi sur les concessions a été votée en septembre 2019, qui rend possible les partenariats public-privé et la privatisation partielle d’un grand nombre d’actifs publics, dont les ports, les aéroports et les services urbains en réseau.

 

Energie et efficacité énergétique

Le mix énergétique ukrainien repose pour près de 50% sur le nucléaire, pour environ 40% sur le thermique (gaz et charbon notamment) et pour 10% sur les énergies renouvelables (essentiellement l’hydraulique, les autres énergies renouvelables représentant environ 2% du total fin 2018).

Même si la nouvelle stratégie énergétique de l’Ukraine n’est pas encore consolidée, cette dernière souhaite renforcer son indépendance énergétique et promouvoir les sources alternatives d’énergie. Fort d'un des cadres tarifaires les plus avantageux sur le continent européen, les investissements dans les énergies renouvelables sont en rapide croissance. La substitution, début 2020, d’un système d’enchères aux tarifs de rachat garantis devrait néanmoins rendre l’investissement dans les énergies renouvelables relativement moins attractif qu’auparavant.

L’intensité énergétique de l’Ukraine (soit la consommation d’énergie rapportée au PIB) est 3 à 4 fois plus élevée que la moyenne de l’UE : près de 60% de l’énergie consommée dans les bâtiments serait déperdue. Les autorités ukrainiennes ont d’ores-et-déjà identifié les points sur lesquels porter leurs efforts, en particulier pour le chauffage urbain (qui consomme 8,7 Mds de m3/an) et la consommation des individus (qui consomme 12 Mds de m3/an). Le ministère de l’Energie s’est récemment prononcé en faveur d’un système d’incitations fiscales afin de favoriser les économies d’énergie, dont les détails n’ont pas encore été rendus publics.

 

Services urbains (déchets)

Le secteur des déchets en Ukraine représente à la fois une préoccupation écologique majeure (dans de nombreuses villes, les décharges sont obsolètes ou inadaptées, occasionnant parfois une forte pollution, notamment des nappes phréatiques) et un enjeu économique important, la filière étant sous-développée et mal structurée. Les autorités ukrainiennes ont récemment décidé de faire de ce secteur l’une de leurs priorités, soutenues par les institutions financières internationales.

Publié le