Bilan économique de Taïwan en 2020

I - La gestion efficace de la crise sanitaire a permis à l’économie taïwanaise de connaître un nouveau pic de croissance en 2020.

Les autorités sanitaires ont su tirer les leçons de la crise du SRAS de 2003.

Taïwan a su tirer les leçons de la crise du SRAS (671 cas et 84 décès). Le vice-Président de la République lorsque la crise de Covid-19 a démarré était en effet le ministre de la Santé en 2003. Les autorités sanitaires ont été informées très tôt via les réseaux médicaux : certains médecins taïwanais faisaient partie des groupes Wechat sur lesquels s’échangeaient les informations sur la nouvelle maladie. Le CDC a envoyé un message à l’OMS le 31 décembre, demandant des informations supplémentaires sur cette maladie. Les premières mesures (contrôle de la température et des symptômes) ont alors été prises avant d’imposer une quarantaine stricte et systématique puis de fermer les frontières. Au 9 mars 2021, Taïwan compte 977 cas de Covid-19 et 10 décès pour une population de 23 millions d’habitants.      

Le parlement a adopté rapidement un plan massif de soutien à l’économie

Le parlement taïwanais (Yuan Législatif) a adopté un plan de soutien à l’économie d’un montant total de 1050 Md TWD (30 Md EUR) soit un effort financier correspondant à 5,3% du PIB. Dès le 25 février le parlement a adopté une loi spéciale sur le Covid-19 pour débloquer une aide d’urgence de 60 Md TWD (1,8 Md EUR). De son côté, la banque centrale taïwanaise (CBC) a décidé, le 19 mars, une baisse historique de ses taux directeurs : 1,125% (1,375%) / 1,5% (1,75%) / 3,375% (3,625%) et d’accorder 200 Md TWD (6 Md EUR) de fonds additionnels pour soutenir le crédit aux entreprises. Le 2 avril, Le Yuan Législatif a annoncé une augmentation du plan de soutien à 1000 Md TWD (30 Md EUR), l’aide d’urgence initiale est passée de 60 Md TWD à 210 Md TWD, le budget mobilisable par les ministères a été porté à 140 Md TWD et la CBC a porté son aide à la trésorerie des entreprises à 700 Md TWD (21 Md EUR).

En évitant les mesures de confinement, l’économie a pu atteindre un nouveau pic de croissance.

Les mesures adoptées par le gouvernement ont permis d’éviter les mesures de confinement et d’atteindre un nouveau pic de croissance à 3,11% contre 2,96% en 2019. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis 2012 hormis 2017 (3,31%) et 2014 (4,72%). L’économie a ralenti au T2 (0,35% v/s 2,87% en2019) après un T1 supérieur à celui de 2019 (2,51% v/s 1,88%) mais elle a rebondi au T3 (+4,26%) et au T4 (+5,09%) grâce à la reprise économique chinoise et à la croissance de la demande externe.

II - La guerre commerciale sino-américaine et la crise sanitaire ont eu un impact positif sur la croissance de Taïwan en raison de la compétitivité de son industrie.

La guerre commerciale Chine USA et la crise sanitaire ont eu un impact positif pour Taïwan

L’entrée en vigueur des sanctions du département du commerce américain, le 15 septembre 2020, a entraîné une forte augmentation des commandes de Huawei au cours des mois précédents. Les exportations taïwanaises vers la Chine ont ainsi augmenté de 14,6%. Taïwan a également bénéficié du rebond précoce de l’économie chinoise. En 2020, la Chine a représenté 43,9% des exportations de Taïwan et 22% de ses importations. Par ailleurs, l’administration Trump a promu, en août 2020, le concept de « clean network » dans le cadre du déploiement des réseaux 5G ce qui a favorisé la demande externe adressée à Taïwan. En 2020, les exportations taïwanaises vers les USA ont augmenté de 9,3% traduisant une relocalisation de capacités de production de l’industrie électronique de Chine à Taïwan. Taïwan a également été en mesure de satisfaire la forte croissance de la demande externe des secteurs du télétravail et de l’enseignement à distance résultant de la pandémie de Covid-19. L’île a notamment bénéficié de transferts d’activité de pays plus durement impactés par la pandémie.

 

Taïwan a bénéficié de la compétitivité de son industrie notamment dans le secteur des TIC

En 2020, les composants électroniques ont représenté 39% des exportations taïwanaises et les équipements télécoms 14%. En 2020, les « commandes export » s'élèvent à 533,6 Md USD (+10,1%). En décembre 2020, cette hausse a atteint 38,3% par rapport à décembre 2019, soit 60,5 Md USD (dont 54,9% seront produits à l’étranger). Cette augmentation bénéficie à l’industrie des TIC qui progresse de 13,6% à 164,4 Md USD en raison de la forte demande externe des secteurs de la 5G, de l’électronique et de l’informatique. La demande de produits électroniques a augmenté de 25,3% en glissement annuel à 161,4 Md USD en provenance principalement des USA (30,3% du total; +15,2%), de Chine (25,8%; +15,6%), d’Europe (20,4% ; +11,1%), d'ASEAN (8,7%; +5,5%) et du Japon (5,4%; +1,9%). Taïwan a également été en mesure de satisfaire une partie importante de la demande mondiale de vélos, y compris électriques, qui a fortement augmenté dans le contexte de la crise sanitaire.

Le commerce extérieur et l’industrie ont été les deux principaux contributeurs à la croissance

Le commerce extérieur a contribué à 2,73 points de croissance contre 0,27 point en 2019 avec un excédent commercial de 58,79 Md USD. La contribution de la consommation domestique a diminué de 2,70 à 0,38 points en raison de la croissance négative de la consommation des ménages (-1,24 points) et de la baisse de l’investissement des entreprises privées (de 1,96 à 0,63 points). L’investissement des entreprises publiques progresse (0,02 à 0,33 points). La part de l’industrie dans le PIB progresse de 35,60%, en 2019, à 36,84% alors que celle des services diminue de 62,72 à 61,51%, et celle de l’agriculture de 1,69% à 1,65%. L’industrie contribue pour 2,18 points à la croissance dont 1,95 point pour l’activité manufacturière (industrie des TIC) contre 0,58 points et 0,42 points en 2019. Dans le secteur des services, les transports, très impactés par la pandémie, contribuent négativement à la croissance (-0,51 points).

L’absence de confinement a permis à l’économie taïwanaise d’atteindre un nouveau pic de croissance en 2020 et de dépasser pour la première fois depuis 30 ans la croissance chinoise à laquelle elle reste étroitement liée. La DGBAS anticipe une croissance de 4,64%, en 2021, soutenue par une demande externe se maintenant à un niveau élevé dans l’industrie des TIC et par une reprise de la consommation des ménages (+3,74%) et de l’investissement (+3,50%).

III – Les objectifs du nouveau plan national de développement (2020 – 2024)

Une politique industrielle volontariste ciblant six secteurs prioritaires

Dans la continuité du programme de modernisation économique dit « 5+2 »,  lancé en 2016, la priorité sera accordée à six secteurs stratégiques : 1) les industries de l’informatique et du numérique (TIC) vont continuer à jouer un rôle central dans les chaînes de valeur mondiales en particulier dans l’industrie des semi-conducteurs. Taïwan soutiendra le développement des nouvelles générations de technologies notamment dans l’IOT et l’IA. 2) l’accent sera mis sur la cyber sécurité en lien avec la 5G, la transformation numérique et la sécurité nationale, 3) le secteur des biotechs et des technologies médicales reste une priorité dans le contexte de la pandémie du Covid-19 (réactifs, tests, vaccins et médicaments), 4) les industries de la défense en intégrant le civil et le militaire en particulier dans l’aéronautique et le spatial. 5) les énergies vertes et renouvelables restent une priorité  notamment dans l’éolien offshore et le solaire compte tenu des besoins énergétiques du pays. L’objectif de 25% du mix énergétique a été rappelé, et l’effort de localisation de cette industrie à Taïwan est une priorité. 6) la constitution de stocks stratégiques afin d’être en mesure d’assurer un approvisionnement régulier de produits d’importance stratégique. Il s’agit de maintenir à Taïwan des capacités de production de produits médicaux, de ressources énergétiques et de denrées alimentaires.

La signature d’accords commerciaux et de protection des investissements

Dans la continuité de la Nouvelle politique en direction du Sud, lancée en janvier 2017, Taïwan souhaite ouvrir des marchés pour ses exportations en signant de nouveaux accords commerciaux et ou de protection des investissements (API). Sont en particulier concernés les USA, le Japon et l’UE. La présidente Tsai a annoncé au lendemain de sa réélection, en janvier 2011, qu’elle donnerait la priorité à la signature d’un accord commercial avec les USA. Le projet d’ouvrir des discussions avec l’UE en vue de signer un API n’a pas progressé en 2020. Le Japon reste un partenaire commercial de premier plan pour les exportations taïwanaises et comme fournisseur de technologies pour son industrie. Taïwan souhaite être partie au CPTPP et compte sur le soutien du Japon.      

Le soutien à la R&D et le développement des talents

L’effort élevé de R&D est une caractéristique de l’économie taïwanaise. En 2018, Taïwan se classait au 3ème rang mondial en montant des dépenses de R&D rapporté au PIB (3,36%) après Israël (4,9%) et la Corée du Sud (4,53%) . Cet effort de R&D est réalisé à 80,3% par les entreprises. La présidente Tsai a également annoncé une politique pour former les talents taïwanais et attirer ceux de l’étranger. Ce n’est pas nouveau mais force est de constater que les mesures prises au cours du premier mandat n’ont pas été couronnées de succès. Outre les difficultés administratives liées à l’obtention et au renouvellement des visas, Taïwan est confrontée de façon récurrente à une fuite des cerveaux notamment vers la Chine, en particulier dans les secteurs du programme « Made in China 2025 ». D’une façon plus générale, le « modèle économique taïwanais » qui repose sur une compétitivité prix, a tendance à maintenir bas le niveau des salaires encourageant les talents taïwanais à s’expatrier.     

La création d’une agence du numérique

La Présidente Tsai a annoncé en mai 2020 la création d’une agence du numérique compte tenu de l’importance des données dans l’économie taïwanaise et de la nécessité de les protéger. Ce projet s’intègre dans une politique plus globale de lutte contre la cybercriminalité et de sécurité nationale.

 

 

 

Publié le