Indicateurs et conjoncture

Les élections législatives tenues en 2019 en Thaïlande ont porté au pouvoir un nouveau gouvernement, soutenu par une coalition de 18 partis, avec pour Premier ministre  le général Prayuth Chan O’cha.

Pays de 69 millions d’habitants, avec un  PIB de 504 Mds USD, la Thaïlande est la deuxième économie d’Asie du Sud-Est et le troisième partenaire de la France en ASEAN.  

Les fondamentaux macroéconomiques de la Thaïlande sont solides. Le pays a connu une croissance économique soutenue jusqu’en 2018 (+4.2%), mais celle-ci s’essouffle en 2019 (+2.6%). Son économie tournée vers l’exportation (50% du PIB), est bien insérée dans les chaînes de valeur mondiales avec une base industrielle à portée régionale, de grandes entreprises solides et internationalisées, une attractivité touristique constante (20% du PIB).  L’excédent du compte courant particulièrement élevé (28 Mds USD soit 6% du PIB) contribue à l’appréciation du baht.

Soumise à des évolutions complexes et profondes, et engagée dans quatre transitions politique, démographique, géostratégique et économique, la Thaïlande ambitionne de rejoindre les économies développées. Pour y parvenir le pays devra en particulier relever dans les prochaines années les défis que lui posent les tensions commerciales sino-américaines et le ralentissement économique chinois, ainsi que la montée en puissance du Viet Nam. Le pays devra aussi faire face à un vieillissement démographique rapide, l’âge médian étant de 38 ans et la population active en baisse déjà depuis deux ans. Pour sortir d’une économie « low cost» et s'orienter vers une croissance plus durable, la Thaïlande doit aussi rénover son système éducatif et rééquilibrer son économie vers la consommation intérieure, ce qui passe par une dynamique salariale et la résorption d’une importante  pauvreté rurale persistante. En 2018, la richesse médiane par adulte s’élevait à 1 087 USD.  La Thaïlande fait partie des pays les plus inégalitaires en termes de répartition des richesses.

Pour donner un nouveau souffle à son économie et sortir de son statut d’économie intermédiaire supérieure, la Thaïlande a aussi engagé un ambitieux programme d'investissements dans ses infrastructures de transport et une stratégie de modernisation économique "Thailand 4.0" tournée vers l'avenir et fondée sur l’innovation. Cette même ambition sous-tend le projet d’aménagement de l’Eastern Economic Corridor (trois provinces du sud-est de Bangkok) fondée en partie sur la capacité du pays à attirer des investissements directs étrangers dans les secteurs d’avenir. La Thaïlande s’est hissée au 21ème rang du classement « Doing Business» 2020 de la Banque Mondiale. C’est en réussissant la transformation de son appareil productif (y compris agricole) que la Thaïlande s’engagera dans la voie d’une économie plus compétitive et mieux redistributive.

Publié le