Les relations économiques bilatérales France – El Salvador en 2020

Résumé : nos exportations vers El Salvador ont été robustes en 2020, grâce notamment aux livraisons d’équipement destinées au projet de réhabilitation de l’usine de traitement des eaux de Las Pavas.

Un excédent commercial dans la moyenne haute des dernières années

Malgré la pandémie, qui a abouti dans les autres pays d’Amérique centrale à une forte contraction de nos exportations, celles-ci ont progressé vers El Salvador en 2020, alors que nos importations étaient stables. Il en résulte un excédent commercial pour la France de 23 MEUR (contre 19 MEUR en 2019 et 197 MEUR en 2018, année marquée par des livraisons exceptionnelles d’Airbus à la filiale locale d’Avianca).

Selon les douanes françaises, nos exportations vers El Salvador ont atteint 36 MEUR en 2020, en hausse de 15,5%. Cette progression est attribuable au bond de 71% de nos exportations de machines, à 9,6 MEUR, et correspond aux équipements (pompes et tuyaux) requis dans le cadre du projet de rénovation par Suez de l’unité de traitement des eaux de Las Pavas. Parmi nos autres grands postes d’exportation, les produits pharmaceutiques ont progressé de 38%, à 4,4 MEUR (grâce notamment à une hausse de 113% de nos exportations de vaccins, à 2,9 MEUR), tandis que les produits chimiques divers reculaient de 21,2%, à 4,4 MEUR.

Selon les statistiques miroirs salvadoriennes, les importations en provenance de France ont représenté 68 MUSD en 2020, en hausse de 4,5%. Cette hausse contraste avec la baisse globale des importations salvadoriennes (-11,9% en 2020), permettant à la part de marché française de progresser de 0,5 à 0,6%. L’Espagne a également vu ses exportations progresser (+5,4%, pour 1,8% de part de marché) tandis qu’elles étaient en recul pour l’Allemagne (-4,8% pour 1,6% de part de marché), l’Italie (-8,5% pour 1% de part de marché) et le Royaume-Uni (-28% pour 0,3% de part de marché). Les trois principaux fournisseurs du pays ont vu leurs exportations vers El Salvador reculer, de 23% pour les Etats-Unis (26% de part de marché), de 10% pour la Chine (15% de pdm) et de 4% pour le Guatemala (11% de pdm).

Selon les douanes françaises, nos importations en provenance d’El Salvador ont progressé de 5,6% en 2020, à 13,4 MEUR. Les évolutions des principaux postes d’importation ont été très contrastées : +48% pour les produits le sucre à 4,7 MEUR ; +45% pour le matériel électrique à 2,5 MEUR ; -41% pour les articles d’habillement à 1 MEUR ; -47% pour les conserves de produits de la pêche à 0,8 MEUR.

Selon les douanes salvadoriennes, nos importations en provenance du pays ont atteint 5,9 MEUR en 2020, en recul de 4,7%. La France représentait ainsi 0,1% des débouchés salvadoriens, contre 0,7% pour l’Allemagne (dont les importations en provenance du Salvador ont bondi de 67% en 2020), 0,7% pour l’Italie (importations +17%) et l’Espagne (-33%), et 0,2% pour le Royaume-Uni (importations +11%). Comme pour les exportations, les trois principaux partenaires d’El Salvador ont vu leurs importations en provenance de ce pays reculer, de 21% pour les Etats-Unis (39% des ventes salvadoriennes), de 11% pour le Guatemala (17%) et de 18% pour le Honduras (15%).

En comparaison régionale, nos exportations vers El Salvador ont représenté 34% du total de nos exportations vers le CA-4 en 2020 (contre 22% un an plus tôt), et nos importations depuis ce pays 13% du total émanant de la zone (stable).

Des échanges stables sur les neuf premiers mois de l'année 2021, marqués par une baisse de nos importations.

Nos échanges commerciaux avec El Salvador ont diminué de 3% g.a. sur les neuf premiers mois de l’année 2021 pour atteindre 35,8 MEUR soit 13,5% des échanges commerciaux de la zone CA-4. Cette baisse est principalement due à la chute de nos importations en provenance du pays de 8,4% pour atteindre 9,3 MEUR. Nos exportations ont quant à elles diminué de 0,7% pour atteindre 26,4 MEUR permettant de garder un fort solde bénéficiaire de 17,1 MEUR selon les douanes françaises.

Cette baisse de nos échanges commerciaux malgré le retour à une situation améliorée du commerce extérieur est principalement due à la baisse de nos importations et plus particulièrement des produits de l’industrie agroalimentaire de 73% pour atteindre 1,1 MEUR. Les importations venant d’El Salvador de produits de la culture et de l’élevage ont aussi diminué de 17% pour atteindre 2,3 MEUR. A l’inverse, les exportations salvadoriennes d’équipements électriques et ménagers ont plus que doublé pour atteindre 3,7 MEUR et devenir notre premier poste d’importation venant d’El Salvador. Les importations de textiles et habillements ont elles aussi fortement augmenté (+65%) pour atteindre 1,8 MEUR.

Nos exportations vers El Salvador sont restées stables sur les neuf premiers mois de l’année, à 26,4 MEUR. Les produits chimiques, parfums et cosmétique deviennent notre premier poste d’exportation à 8,4 MEUR grâce à une hausse de 49% sur la période. Les exportations de produits des industries agroalimentaires et les produits informatiques ont eux aussi contribué à la hausse des exportations avec respectivement des augmentations de 89% (à 2 MEUR) et 274% à (1,9 MEUR). A l’inverse, les exportations de machines industrielles et agricoles ont baissé de 33% pour atteindre 7,1 MEUR et celles des produits pharmaceutiques ont fortement chuté de 65% pour atteindre 1,4 MEUR.

Une relation bilatérale locale marquée par le chantier de Las Pavas

L’année 2020 aura vu arriver les premiers équipements destinés à concrétiser la rénovation de l’usine de traitement des eaux de Las Pavas, principal projet bilatéral local, adossé à un prêt du Trésor de 53 MEUR. L’année 2020 aura également marqué le lancement par Neoen d’une solution de stockage d’électricité sur l’un de ses deux sites de production photovoltaïque du pays.

Le 25 octobre 2021 a eu lieu l’inauguration de l’usine de traitement d’eau Torogoz (anciennement Las Pavas) en présence du Président de la République d’El Salvador, Nayib Bukele. Financée par un Prêt du Trésor et réhabilitée par l’entreprise Suez, l’usine Torogoz fournira de l’eau potable à plus d’1,6 million d’habitants. Elle illustre par ailleurs le renforcement des relations bilatérales et de l’expertise française dans la région.

Publié le