Relations bilatérales

En 2017, d’après les Douanes françaises, les échanges entre la France et la Sierra Leone ont baissé de 30,6% en glissement annuel, à 39,4 M EUR. L’année 2017 est marquée par une baisse de l’excédent commercial français qui passe de 19,9 M EUR en 2016 à 250 k EUR en 2017. Les exportations ont fortement reculé de 48,3% à 19,84 M EUR, attribuable en grande partie à la baisse des ventes de produits pharmaceutiques (-98,8%, passant de 23,3 M EUR à 279,4 k EUR). Nos ventes sont composées à 46,7% de produits des industries agroalimentaires (IAA) (en progression de 98,3% ; dans le détail, le premier poste de ventes françaises est le sucre, qui constitue 36,8% de nos ventes en progression de 157,9% à 7,31 M EUR), 32,3% d’équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (en augmentation de 7%, notamment les moteurs, génératrices et transformateurs électriques (7,3 M EUR) ainsi que les machines pour l’extraction ou la construction (2,4 M EUR)), 4,5% de matériels de transport (en recul de 54,2%) et 4,1% de produits chimiques, parfums et cosmétiques (au augmentation de 25,8%). En 2017, la Sierra Leone était le 158ème client de la France au monde (contre 142ème en 2016). En revanche, les importations françaises ont progressé de 6% à 19,59 M EUR, constituées à 24,6% d’hydrocarbures naturels et autres produits des industries extractives (en progression de 34,4%), 20,3% de matériels de transport (en augmentation de 34,8% ; notamment les véhicules automobiles qui progressent de 102% à 2,7 M EUR), 18,8% d’équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (en progression de 51,8%), 11,9% de produits chimiques, parfums et cosmétiques (en augmentation de 544,4%). La Sierra Leone était ainsi le 134ème fournisseur de la France au monde (contre 136ème en 2016). Dans le détail, la catégorie « autres minerais métalliques » reste le premier poste d’achats français en provenance de Sierra Leone (24,6% de nos importations).

A partir de 2009, le pays a bénéficié d’importantes entrées de capitaux privés, avec la multiplication par trois du stock d’IDE en l’espace de 5 ans. D’après la CNUCED, en 2016, le stock d’IDE s’est établi à 2,1 Mds USD en progression de 32,4% en g.a., du fait de nouveaux investissements dans les mines. D’après la Banque de France, en 2016 (dernières données disponibles), le stock d’investissements directs français en Sierra Leone s’élevait à 107 M EUR, avec des flux entrants estimés à 79 M EUR. La présence reste limitée mais est représentée dans plusieurs secteurs comme la distribution de carburants, les télécommunications ou encore la logistique.

Publié le