Relations bilatérales

Les échanges commerciaux

Les échanges commerciaux entre la France et la Slovénie, en constante érosion depuis 2011 et en reprise avérée en 2017, continuent à croître également en 2018, portés par la bonne conjoncture (croissance de 4,1% du PIB). Le solde commercial de la France vis-à-vis de la Slovénie continue à se creuser passant d’un déficit de 0,54 milliard d’euros à 0,61 milliard d’euros. En 2019, le ralentissement économique devrait se traduire par un moindre dynamisme de nos échanges.

En 2018, la France conserve la 5ème place parmi les fournisseurs de la Slovénie, après l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et la Croatie. Elle conserve également la 5ème position parmi les clients slovènes après l’Allemagne, l’Italie, la Croatie et l’Autriche. Le commerce automobile demeure déterminant pour les échanges bilatéraux du fait de la présence de Renault en Slovénie.

Les exportations françaises vers la Slovénie en 2018 ont atteint 1,017 milliard d’euros soit 4,6% de plus qu’en 2017. Représentant 40,7% de ce total, les ventes de véhicules automobiles comme celles de composants et d’accessoires principalement destinés à l'usine de Renault de Novo mesto ont enregistré une hausse considérable de 13,5% en 2018. Il convient de souligner que la part totale du marché des véhicules neufs des constructeurs français s'est maintenue aux alentours de 27%, se plaçant au deuxième rang après les constructeurs allemands.

Les principaux autres postes d’exportation sont les équipements mécaniques, le matériel électrique et électronique (21,8% du total), l’ensemble constitué par les préparations pharmaceutiques, les produits chimiques, les parfums, les matières plastiques (18,7% du total) et les produits métallurgiques et métalliques (7,5% du total).

Les importations françaises en provenance de Slovénie se sont élevées à 1,633 milliard, soit 7,8% de plus qu’en 2017. L’accroissement des importations françaises du secteur des matériels de transports est à l'origine de cette évolution positive. En 2018, les achats de véhicules, composants et accessoires automobiles qui représentent environ 57% des importations françaises de Slovénie, ont ainsi augmenté de 10,4% par rapport à 2017, il en va de même pour les équipements mécaniques, le matériel électrique et électronique (qui représentent 15,% de l’ensemble), en hausse de 3,5% en 2018.

Les investissements directs étrangers

Les IDE en Slovénie représentent actuellement 31% du PIB, soit une proportion plus faible que pour les pays comparables de la région. Selon les données les plus récentes de la Banque de Slovénie, la France occupait en 2017 la 8ème position parmi les investisseurs directs étrangers avec 581 M EUR, soit 4,2% du stock net total de 13 675 M EUR, après l’Autriche (25,6%), le Luxembourg (11,4%), la Suisse (10,4%), l’Allemagne (8,4%), l’Italie (8,3%),  les Pays-Bas (7,8%) et la Croatie (6,8%). Le noyau de la présence économique française s’est constitué avant l’adhésion de la Slovénie à l’Union européenne en 2004 et à la faveur des privatisations qui ont égrené l’histoire économique du pays depuis son indépendance.

Selon la dernière enquête filiales menée par le Service économique de Ljubljana, le stock des IDE d’origine française en Slovénie comprend 65 filiales et bureaux de représentation en 2018, employant plus de 8 696 personnes et enregistrant 3,6 Md EUR de chiffre d’affaires global. Le stock est assez diversifié d’un point de vue sectoriel.

Selon la Banque de Slovénie, le stock d’ID slovène en France représente 7,7 M EUR en 2017 soit 0,1% des ID slovènes à l’étranger. Il fait de la France le 34ème destinataire des investissements slovènes à l’étranger. La valeur du stock aurait atteint un maximum de 31,4 M EUR en 2007 et aurait décliné depuis. Les principaux investisseurs slovènes en France sont: Gorenje, Krka, Hidria, Domel, Bisol, Unior, Riko.

Publié le