Le commerce bilatéral France Soudan en 2020 *

 La situation difficile qu’a connue le Soudan en 2020, confinement de plusieurs mois dû à la pandémie mais aussi dégâts causés par les inondations, s’est traduite par une détérioration du commerce bilatéral de 6,7% avec un total échangé de 115,4 M€. La France bénéficie d’un excédent structurel, en forte baisse également et qui atteint 17,9 M€ (-39%). Tout comme les années précédentes nos exportations sont portées par les produits pharmaceutiques, les produits chimiques et de cosmétique et les équipements agricoles, qui représentent à eux seuls 70% de nos ventes. Quant à nos importations, elles dépendent essentiellement de la gomme arabique. La place du Soudan dans le commerce avec la France s’est légèrement amélioré : il est notre 123ème client (66,6 M€), et notre 111ème fournisseur (48,7 M€). Selon les dernières données de la Banque Centrale du Soudan en 2019, la part de marché de la France représentait 0,9% du total des importations soudanaises, et 1,4 % du total exporté, alors qu’en 2018, ces pourcentages étaient respectivement de 1 % et 2 %.

 

1. Le commerce bilatéral s’est fortement contracté, réduisant mécaniquement l’excédent français

Le volume des échanges bilatéraux était de 115,4 M €, légèrement inférieur à la moyenne de 125 M€ sur la décennie. La France dispose d’un excédent commercial structurel vis-à-vis du Soudan : les exportations se sont élevées à 66,6 M€ et les importations à 48,7 M€, soit une évolution respective de -13% et +3%.

 

2. Un renforcement de la concentration  de nos postes à l’exportation.

Tout comme en 2019, les exportations françaises vers le Soudan demeurent concentrées sur les 4 secteurs d’exportations françaises les plus importants, qui comptent pour 85% (contre 87% l’an dernier) de nos ventes vers le Soudan :

 

En 2018 (dernières statistiques disponibles), le nombre d’exportateurs français vers le Soudan s’élevait à environ 300. Sur ce total, 10% étaient des grandes entreprises, 34% des ETI et 60% des PME.

 

3. Nos importations restent à 97 % agricoles

En 2020, les importations françaises depuis le Soudan ont progressé de 3,55% et demeurent quasi exclusivement agricoles (gomme arabique en grande majorité). Ce pays est le principal exportateur mondial de cette denrée, alors que la France en est le principal importateur.

 

A signaler la décision de la part de la FDA américaine de ne plus considérer, depuis la fin janvier 2020, la gomme arabique comme une fibre alimentaire entrant dans la composition de compléments alimentaires et de santé.  Une demande de reconsidération de cette décision a été déposée fin décembre 2020, une réponse de la part de l’autorité américaine est attendue avant la fin juin 2021. Selon les experts du secteur, il s’agit d’un coup dur pour ce secteur, car il s’agit d’un des segments les plus porteurs de l’industrie de transformation de la gomme arabique. Cette décision risque donc à court, moyen, voire long terme de réduire la demande de ce produit de la part des sociétés américaines ou étrangères produisant aux Etats-Unis. Au-delà de son image emblématique, le secteur de la gomme arabique au Soudan représente, non seulement, une source substantielle de devises, mais, surtout, un moyen de subsistance pour une part importante de la population rurale (1 million de foyers).

 

 

Rafael Santos

 

Structure des échanges de biens entre la France et le Soudan en 2019 et 2020 avec leur évolution

Structure échanges

 

Evolution des échanges de biens entre la France et le Soudan entre 2011 et 2020 (en M€)

 

Evolution échanges


[1] soit environ 1 $ pour 55 SDG , alors que le taux sur le marché parallèle est de 1 $ pour 370 SDG. Fin février 2020 cependant le taux officiel a été aligné sur le taux parallèle, sans pour autant que le vrai problème soit résolu celui de la confiance, lié au manque de réserves de la Banque Centrale.

* Les données du commerce bilatéral pour 2021 ne seront disponibles qu’à partir de février 2022

 

 
Publié le