Relations bilatérales

En 2019, les Seychelles sont le 95ème fournisseur de l’hexagone et son 132ème client. De son côté, la France est le 3ème fournisseur des Seychelles avec 8,6 % de parts de marché sur le total des importations seychelloises et son 3ème client avec 14,5 % du total exporté. La France accuse un déficit commercial structurel avec les Seychelles, de -46 MEUR par an en moyenne sur la décennie, et qui atteint -45,5 MEUR en 2019 (contre - 56,2 MEUR en 2018), une baisse imputable à la baisse des exportations agroalimentaires seychelloises vers la France. Nos exportations vers les Seychelles sont constituées à 41 % de produits des industries agroalimentaires devant les équipements mécaniques (22 %) ; Les importations françaises depuis les Seychelles sont constituées à 88 % de produits de la pêche et en particulier le thon.

Depuis 2017, les exportations françaises vers les Seychelles sont en diminution, passant de 70,6 MEUR en 2017 à 56,2 MEUR en 2019 (-20 %). En 2019, leur structure évolue peu, avec plus des trois quarts concentrés sur 3 secteurs :

  • Les produits des industries agroalimentaires (41 % - 22,8 MEUR), en baisse de 19 % en 2019, est ponctuellement en deçà de la moyenne décennale de 27,7 MEUR. Ce poste est principalement composé de poissons pêchés sous pavillon français congelés en mer et débarqués au port de Victoria pour être conditionnés et exportés ; 
  • Les équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (22 % - 12,5 MEUR), dont l’évolution de -17 % sur l’année a été marquée principalement par un écrasement des ventes de produits informatiques électroniques et optiques;
  • Les matériels de transport (14 % - 7,8 MEUR), doublent en 2019, pour atteindre leur deuxième meilleure performance de la décennie (après 17,6 MEUR en 2013).

Bien qu’en volume les exportations françaises vers les Seychelles soient faibles, dû à la taille réduite du marché seychellois et à l’absence de grands contrats, les performances à l’export de la France sont bonnes : nous sommes le 3ème fournisseur du pays (8,6 % de parts de marché) et exportons 0,01 % du total de nos exportations là où le pays représente 0,004 % du PIB mondial. Il est donc, compte tenu de sa taille, surreprésenté parmi les clients français, témoignant du lien fort entre nos deux pays.

Au 1er semestre 2020, les exportations françaises aux Seychelles augmentent de 5 % par rapport au 1er semestre 2019, passant de 23,9 MEUR à 25,1 MEUR. Cette hausse se concentre sur les produits agroalimentaires (+45 %) et les produits métallurgiques et métalliques (+51 %).

Les importations françaises depuis les Seychelles ont augmenté de 2015 à 2018 pour atteindre 117 MEUR (+29 % par rapport à 2015), avant de se replier en 2019. Cette évolution est portée principalement par les achats de produits agroalimentaires, en particulier le thon (+ 29 % sur 2015-2018), auparavant importation exclusive et accompagnée depuis 2016 par des produits pétroliers raffinés (de 0 à 7 MEUR en quatre ans). En 2019, elles demeurent à 88 % constitués de thon (90 MEUR contre 107 MEUR en 2018) pêché dans l’Océan Indien, débarqué au port de Victoria, et conditionné par Indian Ocean Tuna pour être réexporté. Les produits pétroliers raffinés sont en hausse de 30 %, atteignant 9,8 MEUR.  

Sur le 1er semestre 2020, les importations françaises depuis les Seychelles ont fortement baissé par rapport au 1er semestre de l’année précédente (- 20 %), passant de 56,1 MEUR à 44,8 MEUR. Cette tendance s’explique par le déclin des achats de thon (-20 %), atteignant 40,2 MEUR contre 50,3 MEUR au 1er semestre 2019.

Le déficit commercial par rapport aux Seychelles diminue ainsi sur le 1er semestre 2020 (de -32,2 à - 19,7 MEUR).

Publié le