Les IDE et la présence française en Serbie

Les flux d’IDE en Serbie sont en constante progression depuis 2012, passant de 1 Md EUR en 2012 à 3,8 Mds EUR en 2019 (avec une hausse d’environ 8% par rapport à 2018). Sur la période 2010-2019, les principaux investisseurs en Serbie sont les Pays-Bas, la Russie, l’Autriche, le Luxembourg, l’Allemagne et la France ; ces sept pays représentant deux tiers du stock investi depuis 2010. Pour la France, l’année 2019 a été marquée par l’investissement de Suez dans la concession du centre de traitement des déchets de Belgrade mais aussi par le départ de Serbie de la Société générale. A noter que l’année 2018 avait connu une progression spectaculaire à la suite de l’investissement de Vinci Airports (501 M EUR pour la concession de l’aéroport de Belgrade). Par ailleurs, les principaux investisseurs français sont Vinci, Schneider Electric, Michelin, Crédit Agricole, Tarkett, Savencia, Atos et Lactalis.

1. Les flux d’IDE en Serbie, en progression constante depuis 2012, ont connu une augmentation moins marquée en 2019 qu'en 2018.

Les flux d’IDE connaissent une tendance positive engagée depuis plusieurs années. Ainsi, selon la Banque centrale de Serbie (NBS), les flux d’IDE sont passés de 1 Md EUR en 2012 à 3,8 Mds EUR en 2019. La hausse a été moins marquée en 2019 qu’en 2018, lorsque les IDE avaient fortement augmenté (près d’1 Md EUR) du fait de la réalisation de grands projets, notamment celui de Vinci Airports.

En termes de stocks, sur la période 2010-2019, les premiers investisseurs en Serbie sont les Pays-Bas (16,8% du total), suivis par la Russie (11,7%) et l’Autriche (11,6%). Les principaux investisseurs étrangers en Serbie sont le groupe de télécommunication norvégien Telenor (acquis par le groupe tchèque PFF en 2018), le constructeur automobile italien Fiat (deuxième exportateur du pays), le groupe gazier russe Gazprom, le groupe sidérurgique chinois HBIS (premier exportateur du pays), les entreprises françaises Vinci et Michelin (4ème exportateur du pays), les entreprises américaines Microsoft et Coca-Cola et les groupes allemands Bosch et Siemens.

2. La France est le 7ème investisseur en Serbie en 2019, 6ème sur la période 2010-2019.

En 2019, la France est le 7ème investisseur en termes de flux (276 M EUR, soit environ 8% du total), derrière les Pays-Bas (704 M EUR), la Russie (658 M EUR), la Hongrie (463 M EUR), la Suisse (378 M EUR), l’Allemagne (280 M EUR) et l’Autriche (278 M EUR). L’année 2019 a essentiellement été marquée par l’investissement de Suez dans la concession de traitement des déchets de Vinca à Belgrade, mais aussi par le départ de Serbie de la Société générale. A noter qu’en 2018 la France était le premier investisseur en termes de flux (710 M EUR, 20% du total), devant Hong-Kong (435 M EUR, 12,5%) et les Pays-Bas (317 M EUR, 9%), grâce à l’investissement de Vinci Airports. Selon la NBS, sur la période 2010-2019, la France se situe au 6ème rang des investisseurs en Serbie avec un stock d’environ 1,3 Md EUR, devant la Suisse (1,2 Md EUR) et derrière l’Allemagne (1,5 Md EUR)[1].

Plus de 120 d’entreprises françaises sont présentes en Serbie, employant plus de 12 000 salariés.

En 2018[2], le secteur financier et de l’assurance représentait l’essentiel des investissements français en Serbie avec 461,2 M EUR, soit 47% du stock. Les sociétés françaises sont également bien représentées dans le secteur de l’équipement automobile avec ces dernières années l’inauguration d’une nouvelle usine d’Hutchinson, l’extension des implantations de Michelin, Le Bélier et Novares et l’investissement de Mecafor. Les principaux investisseurs français en Serbie sont Michelin, Vinci Airports, Suez, Schneider Electric, le Crédit agricole, Tarkett, Savencia, Atos et Lactalis.

[1] D’après les données de la Banque de France, les flux nets d’IDE français en Serbie en 2019 ont été de -364M€ et son stock d’IDE s’élève à 631M€.

[2] Les données de la Banque de France ne sont pas encore disponibles pour l’année 2019.

3. Le climat des affaires s’améliore progressivement

Membre de l’ALECE (Accord de Libre-Echange Centre Européen), la Serbie a également conclu des accords de libre-échange avec la Russie (2000), la Biélorussie (2009), l’AELE (2009), la Turquie (2009, étendu en 2018 pour faciliter les échanges de textile et biens alimentaires notamment) et le Kazakhstan (2010). Les relations commerciales avec l’Union européenne sont régulées dans le cadre de l’ASA entré en vigueur en septembre 2013 (précédé d’un accord intérimaire sur le commerce dès 2010). Un nouvel accord de libre-échange a été signé en octobre 2019 avec l’Union économique eurasiatique (Russie, Biélorussie, Kazakhstan, Arménie et Kirghizistan). Le pays se caractérise par un taux d’imposition des entreprises faible (15 %) et une main d’œuvre qualifiée à un coût parmi les moins élevés en Europe, avec un salaire mensuel moyen net de 491 EUR en mai 2020.

Dans le rapport de la Banque mondiale Doing Business 2020, la Serbie se classe 44ème (sur 190 pays), soit un gain de quatre places par rapport à l’année précédente. Le rapport relève des améliorations relatives aux permis de construire, au raccordement à l’électricité, à la protection des actionnaires minoritaires, au recouvrement des impôts et taxes et au traitement des insolvabilités. Le principal frein concerne les démarches de création d’entreprises.

Cependant, certains aspects de l’économie serbe nécessitent encore d’importantes réformes : en février 2018, la Serbie avait été placée sur la « liste grise » du Groupe d’Action Financière (GAFI) pour inciter le pays à lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un plan d’action a néanmoins été mis en place dans le pays, avec des résultats satisfaisants qui ont permis à la Serbie de quitter cette liste en juin 2019. Enfin, le manque de transparence de certaines procédures publiques reste un obstacle pour les investisseurs étrangers.

 

 ANNEXES

Flux d’IDE nets par provenance pour 2019 et stock sur la période 2010-2019 (source : NBS)

PAYS

IDE NETS 2010 - 2019 (M EUR)

Pays-Bas

3455,6

Russie

2420,5

Autriche

2381,5

Luxembourg

1848,8

Allemagne

1479,2

France

1252,5

Suisse

1142,6

Italie

1012,8

Hongrie

811,11

Hong-Kong

755,3

Chine

683,7

Emirats Arabes Unis

621,8

Etats-Unis

508,7

Danemark

425,3

Royaume-Uni

370,1

Chypre

279,5

Slovénie

223,1

Croatie

216,6

Espagne

190,6

République Tchèque

176,8

PAYS

IDE NETS 2019 (M EUR)

Pays-Bas

704,5

Russie

658,7

Hongrie

463,9

Suisse

378,7

Allemagne

279,7

Autriche

278,9

France

276,3

Chine

206,3

Etats-Unis

188,1

Royaume-Uni

162,2

Italie

156,3

Luxembourg

114,9

République Tchèque

66,8

Hong-Kong

66,6

Danemark

57,0

Emirats Arabes Unis

50,5

Malte

48,9

Taïwan

43,4

Slovénie

39,5

Espagne

23,4

 

Flux d’IDE entrants en 2019 par destination (source : NBS)

Flux d’IDE entrants en 2019 par destination (source : NBS)

 

Total des flux d’IDE entrants sur 2010-2019 (source : NBS)

Total des flux d’IDE entrants sur 2010-2019 (source : NBS)

 

 

 

 

 

Publié le