Le commerce extérieur de la Serbie en 2018

Depuis 2007, la part du commerce extérieur dans l’économie serbe ne cesse d’augmenter et le déficit de la balance commerciale tend à se réduire malgré une relative stabilité en 2018 (4,8% du PIB). La diversité des échanges de biens transformés atteste de l’existence d’une large base industrielle, centrée notamment sur les secteurs automobile et électronique. La filière agro-alimentaire dégage l’excédent commercial le plus élevé avec 806 M EUR. L’UE est le principal partenaire commercial de la Serbie avec 62,9% des échanges. Les pays membres du CEFTA assurent 17,4% des débouchés des exportations de la Serbie. Le pays enregistre ses principaux excédents avec le Monténégro et la Bosnie-Herzégovine et ses déficits les plus élevés avec la Chine, l’Allemagne et la Russie.

 

Les produits échangés attestent de l’existence d’une base industrielle solide et du dynamisme des secteurs industriel et agro-alimentaire

 

1. Les machines et le matériel de transport arrivent en tête des exportations avec 27,7 % du total, soit 4,52 Mds EUR. Cette catégorie enregistre également les importations les plus élevées (5,67 Mds EUR, soit 25,8% du total). Dans cette catégorie, les exportations des machines, appareils et matériels électriques s’élèvent à 1,72 Md EUR, soit 25,7% d’augmentation par rapport à 2017 et 53% d’augmentation par rapport à 2016. GORENJE (électro ménager), YURA CORPORATION (machines électriques, fils, etc.), LEONI WIRING SYSTEM (fils) figurent parmi les plus grands exportateurs de ces produits.

Les exportations de véhicules routiers se sont élevées à 1,07 Md EUR, et les importations à 1,5 Md EUR. Malgré une diminution de 14,5% des exportations par rapport à 2017, le dynamisme de la filière automobile se confirme depuis l’implantation de FIAT à Kragujevac en 2012. Plusieurs sous-traitants et fabricants d’accessoires se sont implantés en Serbie dont les entreprises françaises STREIT, NOVARES, MECAFOR, LOHR et LE BELIER.

Les exportations de machines industrielles ont, quant à elles, augmenté de 16,6%, atteignant 551,5 M EUR.

2. Les biens manufacturés représentent 24,8% de la totalité des exportations (4,04 Mds EUR en 2018 contre 3,55 Mds EUR en 2017, soit une progression de 14%), mais aussi 18,5% des importations (4,06 Mds EUR en 2018 contre 3,64 Mds EUR en 2017, soit une progression de 11,5%). Les exportations de produits en caoutchouc s’élèvent à 759,4 M EUR, dont notamment les pneumatiques neufs utilisés pour les véhicules. Ces résultats sont dus à la présence de TIGAR TYRES (groupe Michelin). Le dynamisme du secteur des pneumatiques se confirme avec l’arrivée en Serbie du géant chinois Shandong LingLong, dont la construction de la première usine a débuté en mars 2019. Le fer et l’acier (894,9 M EUR d’exportations), les métaux non-ferreux (751,1 M EUR d’exportations) et les ouvrages en métaux (571,7 M EUR d’exportations) représentent 55% des exportations de la catégorie avec 2,22 Mds EUR. Les exportations et importations de ces produits représentent un solde positif de 146,6 M EUR. Les principaux exportateurs dans ce secteur sont ZELEZARA SMEDEREVO (fer et acier, acquis en 2016 par la société chinoise Helsteel) et RTB BOR (cuivre, rachetée en 2018 par le groupe chinois Zijin). Les échanges de papier et carton sont déficitaires (402,4 M EUR d’exportations contre 571,8 M EUR d’importations). Ils sont utilisés dans le processus de production de grands exportateurs tels que TETRA PAK et BALL PACKAGING EUROPE. Le textile est le secteur de la catégorie le plus fortement déficitaire (353 M EUR).

Les articles manufacturés divers sont excédentaires de 490 M EUR (soit une baisse de 11,8% par rapport à 2017), avec des exportations de 2,1 Mds EUR. Les principaux produits exportés sont les vêtements et les accessoires (601,7 M EUR) et les meubles et articles de literie (476,5 M EUR).

3. Les produits alimentaires et animaux vivants dégagent un excédent de 806 M EUR en 2018, soit une baisse de 11,6% par rapport à 2017. Les exportations dépassent les 2Mds EUR. Les principaux produits sont les fruits et les légumes (701,9 M EUR, en baisse par rapport à 2017) dont notamment les framboises (un des principaux exportateurs mondiaux) et les pommes, et les céréales (585,4 M EUR). DELTA AGRAR (groupe Delta Holding) et VICTORIA sont les plus grands exportateurs de produits céréaliers. Les exportations de boissons et de tabac s’élèvent à 456,2 M EUR, en hausse de 4% par rapport à 2017, et dégagent un excédent de 164 M EUR.

4. Les combustibles, les minéraux et les lubrifiants enregistrent un solde de -2,03 Mds EUR (importations : 2,55 Mds EUR, soit une augmentation de 25,6% par rapport à 2017 expliquée en grande partie par une hausse du prix de l’énergie en 2018). Les importations de pétrole et ses dérivés s’élèvent à 1,65 Md EUR (+34,2%) et à 539,1 M EUR (+17,4%) pour le gaz naturel. L’entreprise NIS (détenue à 56% par le groupe russe GAZPROM et à 30% par l’Etat serbe) domine ce secteur, elle exploite les gisements de pétrole, gaz et de géothermie du pays, possède les deux raffineries existantes et le plus vaste réseau de distribution de dérivés de pétrole (environ 27,5% de part de marché).

5. Les produits chimiques enregistrent un solde de -1,39 Md EUR. Les importations (2,97 Mds EUR) sont concentrées sur les produits médicinaux ou pharmaceutiques (732,1 M EUR) et les matières plastiques (935 M EUR). Parmi les principaux acteurs de ce secteur figurent les industries HIP PETROHEMIJA, HEMOFARM et GALENIKA (industrie pharmaceutique privatisée fin 2017), comme importateurs de produits intermédiaires et exportateurs de produits finis.

Le commerce extérieur serbe est principalement orienté vers les pays de l’UE, Italie et Allemagne notamment, et de plus en plus vers les pays frontaliers

 

1. Depuis 2007, les exportations serbes vers l’UE sont passées de 3,6 Mds EUR à 10,9 Mds EUR en 2018, alors que les importations depuis l’UE ont cru de 7,4 Mds EUR à 13,2 Mds EUR. La part de l’UE dans les exportations serbes atteint 67 % du total, celle des produits importés 60,3%. Le déficit commercial avec l’UE a diminué, passant de -3,8 Mds EUR en 2007 à -2,32 Mds EUR en 2018 (malgré une hausse de 7% entre 2017 et 2018). Ces tendances sont le résultat du rapprochement de la Serbie avec l’UE : signature en 2008 de l’accord de stabilisation et d'association, entré en vigueur en 2013, précédé d’un accord commercial intérimaire en 2010. La Serbie a obtenu le statut de candidat à l’adhésion à l’UE en mars 2012. 

Les principaux pays clients de la Serbie dans l’UE sont l’Italie (1,98 Md EUR) et l’Allemagne (1,94 Md EUR) qui absorbent environ 24,1% de la totalité de ses exportations (36% de la totalité des exportations vers l’UE). L’Italie importe de la Serbie principalement des véhicules et des produits métallurgiques. L’Allemagne importe des pièces usinées destinées aux machines et au matériel électrique, des framboises, des automobiles, de l’électroménager et des médicaments. Au sein de l’UE, la Roumanie (968,9 M EUR d’exportations, en hausse de 33% par rapport à 2017), la Bulgarie (613,3 M EUR) et la Croatie (570,7 M EUR) sont également des clients importants. La France est le treizième pays client de la Serbie (le neuvième dans l’UE), avec 477,9 M EUR d’exportations serbes, dont notamment des produits industriels et agroalimentaires (source : douanes françaises). Le dynamisme économique des clients proches géographiquement de la Serbie et appartenant à l’Union Européenne explique en partie l’augmentation de ses exportations. La Roumanie a ainsi connu une croissance de 5% en 2018, la Bulgarie et la Hongrie de près de 4%, la Croatie de 3%.

Les principaux pays fournisseurs de la Serbie sont également l’Allemagne (2,94 Mds EUR, en hausse de 20% par rapport à 2017) et l’Italie (2,05 Md EUR), représentant environ 22,7% de la totalité des importations serbes (37,7% des importations provenant de l’UE). Les produits importés d’Allemagne sont les machines et les matériels de transport, les véhicules, les pièces et les accessoires automobiles, les médicaments, les fils de cuivre. La Serbie importe d’Italie des pièces et les accessoires pour l’industrie automobile, du cuir, des composants de chaussures, des médicaments. La Hongrie (1,05 Md EUR), la Pologne (779,4 M EUR) et l’Autriche (610,4 M EUR) suivent parmi les pays fournisseurs de la Serbie dans l’UE. La France est le neuvième pays fournisseur de la Serbie (le sixième de l’EU), avec 477 M EUR. La Serbie importe de France principalement des médicaments, des cosmétiques et des machines agricoles (source : douanes françaises).

2. Les pays membres du CEFTA (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, Moldavie, Monténégro, Kosovo) représentent 26% des débouchés de la Serbie, avec une balance commerciale  excédentaire de 1,9 Md EUR. La Bosnie-Herzégovine est le principal pays client de la Serbie dans la région. La Serbie y exporte pour une valeur totale d’1,3 Md EUR, notamment de l’huile de tournesol et des dérivés du gaz. Le Monténégro est le deuxième client de la Serbie dans les Balkans avec 764,4 M EUR et achète principalement des voitures diesel et des boissons non alcooliques. Les exportations vers la Macédoine s’élèvent à 626,4 M EUR, elles se composent de rouleaux laminés à chaud et d’huile de tournesol.

3. Les échanges avec la Russie et la Chine sont largement déficitaires. La Chine est le troisième fournisseur de la Serbie, les importations atteignaient une valeur de 1,84 Md EUR en 2018 (+17,7% par rapport à 2017) alors que la Serbie n’y exporte que pour 78 M EUR. C’est le pays avec lequel la balance commerciale est la plus déséquilibrée. La Serbie importe de Chine principalement des équipements électroniques dont des téléphones, des ordinateurs et des équipements de traitement de l’information. Les importations de Russie s’élèvent à 1,73 Md EUR (en hausse de 22,4% par rapport à 2017), en faisant le quatrième fournisseur de la Serbie. Les exportations de la Serbie vers la Russie s’élèvent à 864,9 M EUR (en légère baisse après une hausse de 22,7% entre 2016 et 2017), ce qui en fait son cinquième pays client. Le déficit commercial avec la Russie est dû notamment aux importations de pétrole et de gaz naturel.

4. Enfin, les importations de Turquie, le sixième pays fournisseur de la Serbie, s’élèvent à 832,7 M EUR, alors que les exportations de la Serbie vers ce pays n’atteignent que 251,6 M EUR. La Serbie importe de  Turquie surtout les pièces et les accessoires pour l’automobile et des composants pour pneumatiques. La Serbie a d’ailleurs signé fin 2017 un nouvel accord de libre-échange avec la Turquie qui permettra d’exporter sans frais de douane de la viande bovine, de l’huile de tournesol, des graines de tournesol et certains types de produits de boulangerie, sous un régime de quotas. Les quotas d’exportations pour certains fruits et légumes surgelés seront également doublés.

 

Les exportations des services s’élèvent à 6 Mds EUR en 2018, soit 37% des exportations de biens et services, et les importations à 4,9 Mds, soit 22% des importations de biens et services. Le solde des services présente un excédent de 1,09 Md EUR (+13% par rapport à 2017), alors qu’il était en déficit de 245 M EUR en 2007. Il contribue ainsi pour plus d’un quart (26%) au redressement de la balance des biens et services. Le transport (1,27 Md EUR), le tourisme (1,32 Md EUR), les services en télécommunication, informatique et information (1,14 Md EUR) constituent donc environ deux tiers des services exportés.

 

 

Annexes

 

Figure 1: Evolution du degré d’ouverture de la Serbie (en %, 2007-2018)

X/M

 Figure 2 : Evolution des échanges commerciaux de la Serbie (M €)

 Echanges commerciaux

 

Figure 3 : Principales exportations et importations 2018  (M €)

2018

 Figure 4 : Evolution des échanges commerciaux avec l’UE (M €, 2007-2018)

UE

 

Figure 5: La part de l’UE dans les échanges de la Serbie (en %, 2007-2018)

UE-Serbie

 

Figure 6: Les principaux pays clients et fournisseurs de la Serbie en 2018 (M )

 clients-fournisseurs

  clause

 

Publié le