Indicateurs et conjoncture

Etat membre de l’Union Européenne depuis janvier 2007, la Roumanie compte une population de 19,6 millions d’habitants et enregistre en 2017 un PIB nominal de 189 Mds EUR.

Le chemin parcouru en termes de convergence réelle par la Roumanie est considérable avec un PIB par habitant en SPA équivalent à 59% de la moyenne de l’UE en 2016 contre 26% en 2000. La Roumanie a connu une croissance forte de 2002 à 2008 (+6,7% de PIB par an en moyenne) tirée par la consommation, le crédit et l’afflux de capitaux étrangers. Le pays a ensuite été durement touché par la crise, qui s’est accompagnée d’une forte dégradation du solde budgétaire (-7,1% du PIB en 2009) et du compte courant (-11,5% en 2008). Grâce notamment à trois programmes du FMI et de la Commission européenne (2009-2013), la situation économique s’est nettement améliorée et le pays a rééquilibré ses comptes et renoué avec la croissance. Soutenue par une politique budgétaire pro-cyclique très accommodante lancée en 2015 par le gouvernement Ponta et poursuivie par les gouvernements suivants, l’économie roumaine a connu une nouvelle accélération en 2017, affichant le deuxième taux de croissance le plus élevé de l’UE (6,9%) grâce au dynamisme de la consommation des ménages, le principal moteur de l’activité. Celui-ci entraîne néanmoins une aggravation des déséquilibres macroéconomiques (déficit public : 2,9% ; déficit courant : 3,4%).

La Roumanie dispose de nombreux atouts. Outre un marché de taille significative, le pays a une forte tradition industrielle et bénéficie d’un coût de main d’œuvre attractif au sein de l’UE. Ces deux éléments ont contribué au développement d’un secteur industriel dynamique, en particulier dans l’automobile, mais aussi dans les activités de service (informatique et communication, transports). La Roumanie possède par ailleurs un secteur agricole qui présente un potentiel considérable même s’il demeure insuffisamment exploité.

Tableau

Publié le