Situation économique et financière de la Pologne à la fin de l'année 2020

Après une croissance ininterrompue depuis 30 ans, l’économie polonaise a basculé en récession au second trimestre de l’année 2020. Un fort rebond a été enregistré au 3ème trimestre, soutenu par la consommation des ménages, les dépenses publiques et les exportations nettes. La Pologne devrait être l’une des économies européennes les moins impactées par la crise en 2020, avec une contraction du PIB estimée à 3,5%. La politique budgétaire de relance (14,5% du PIB), combinée à la politique monétaire accommodante de la Banque centrale polonaise, devraient renforcer la résilience interne de l’économie polonaise.

Après être entrée en récession au 2ème trimestre de l’année 2020, l’économie polonaise a fortement rebondi au 3ème trimestre.

Malgré un fléchissement, l’économie polonaise demeurait bien orientée fin 2019 avec une croissance annuelle de 4,1%, soutenue principalement par le dynamisme de la consommation des ménages, la contribution positive des exportations et la reprise de l’investissement public. Après avoir décliné de 0,4% au 1er trimestre 2020, le PIB a diminué de 8,4% au 2nd trimestre, faisant basculer l’économie polonaise en récession. Les principaux facteurs de ce recul ont été l’effondrement de la consommation des ménages (-10,9% en g.a.), principal moteur de la croissance polonaise depuis des années, et l’investissement (-10,9% en g.a.).

Malgré un rebond de l’activité économique au 3ème trimestre (+7,9% sur un trimestre), la croissance du PIB reste  négative sur un an (-1,5% en g.a.). Ce rebond a été soutenu par la levée partielle des restrictions mises en place au préalable, l’amélioration des conditions commerciales à l’étranger et les mesures de soutien introduites par le gouvernement et la Banque centrale polonaise. La consommation finale a contribué positivement à la reprise économique (+1% en g.a.), avec une hausse de la consommation des ménages (+0,4%) et des dépenses publiques (+3,4%). On notera en revanche la baisse de l’investissement privé (-9% en g.a.), qui devrait mettre plus de temps à repartir. La reprise du commerce international a conduit à une hausse des exportations de biens et services de 2% en rythme annuel au 3ème trimestre. Les exportations ont été soutenues par l’affaiblissement du zloty, qui s’est déprécié de 5% contre l’euro depuis le début de l’année. Les exportations nettes ont ainsi contribué positivement à la croissance du PIB, en progressant de 1% sur un an. Sans surprise, les secteurs les plus impactés par la 2ème vague sont les secteurs de l’hôtellerie, la restauration, le tourisme et le transport. Néanmoins, les secteurs du commerce en ligne et de l’industrie manufacturière enregistrent de bonnes performances.

L’activité économique devrait être amenée à décliner de nouveau au dernier trimestre de l’année, en raison de la réintroduction de mesures de restriction, d’une incertitude grandissante et du déclin de l’activité dans les services. La baisse d’activité attendue au 4ème trimestre de l’année devrait cependant être nettement inférieure à celle observée au 2ème trimestre. En effet, la Pologne enregistre au mois d’octobre une hausse de la production industrielle de 3,5% sur un an, soit le 2nd résultat le plus élevé au sein de l’UE. De plus, les exportations, libellées en euros, continuent de progresser à un rythme soutenu (+3,7% en g.a.) tandis que les importations déclinent de 3,5%, pénalisées par la dépréciation du zloty qui renchérit le coût des importations. Au total, la Pologne enregistre un surplus commercial de près de 10 Md EUR au cours des dix premiers mois de l’année. Les exportations deviennent ainsi un élément essentiel de la reprise économique de la Pologne alors même que le commerce international est en berne depuis le début de la crise.

Les prévisions des principales institutions internationales et du gouvernement polonais ont été révisées à la hausse au cours du 3ème trimestre et tablent désormais sur une récession proche de 3,5% en 2020, suivi d’un rebond compris entre 2,9% et 4,6% en 2021. Ces prévisions restent néanmoins dépendantes de l’évolution de la situation sanitaire. La principale source d’incertitude, qui n’a pas été prise en compte jusqu’alors dans les prévisions, est l’arrivée d’une troisième vague au cours du 1er semestre 2021. L’évolution de la situation macroéconomique des principaux partenaires de la Pologne, tels que l’Allemagne qui représente 28% de ses exportations, est également un élément déterminant de la reprise économique de la Pologne.

La dégradation sur le marché de l’emploi reste pour l’instant contenue. Le ralentissement de la progression des salaires et la hausse de l’inflation pourraient venir limiter la consommation des ménages, moteur essentiel de l’économie polonaise. 

La dégradation de la situation sur le marché de l’emploi reste modérée avec un taux de chômage s’élevant à 3,5% en octobre, après s’être situé à 3% en début d’année. La Pologne présente ainsi le deuxième taux de chômage le plus faible au sein de l’Union européenne, derrière la République tchèque. En revanche, on observe un net ralentissement de la progression des salaires. Les salaires bruts nominaux ont progressé de 4,7% on octobre en glissement annuel contre 7,2% en moyenne en 2019. Le salaire brut moyen s’établit ainsi à 5458 PLN par mois (soit 1226 euros). Avec un taux d’inflation qui ressort à 3,1% en octobre, les salaires réels progressent de 1,6% en octobre. Les salaires réels disponibles devraient continuer de décliner début 2021, en raison d’une inflation qui devrait se maintenir à un niveau élevé avec la hausse des prix de l’électricité en janvier et l’introduction d’une taxe sur le sucre. La baisse du rythme de progression des salaires réels, combinée à la hausse du chômage, pourraient ainsi venir limiter la consommation des ménages et freiner in fine le rebond de l’économie en 2021.

La réaction forte du gouvernement et de la Banque centrale polonaise a fortement contribué à limiter l’impact de la crise sur l’économie polonaise. Néanmoins, il faut s’attendre à une forte détérioration des finances publiques en 2020 et 2021.

Le gouvernement polonais a réagi rapidement au début de la crise, en mettant en place un « bouclier anticrise », ayant pour objectif de venir en aide aux entreprises et de préserver l’emploi. L’ensemble des mesures représente 72 Md EUR (soit 14,5% du PIB). Fin novembre, le montant total des aides octroyées aux entreprises dans le cadre du programme anticrise était de 30 Md EUR dont 13,7 Md EUR de soutien en liquidités dans le cadre du « bouclier financier », 6 Md EUR pour les garanties aux crédits par la banque de développement BGK, 5 Md EUR pour les exemptions des cotisations sociales, 5,6 Md EUR aux prêts pour les microentreprises, mesures de chômage partiel et d'aide à l'emploi. Les programmes sociaux  phares existants au préalable, tels que le programme familial 500+, ont également été maintenus afin de soutenir la consommation des ménages. Le gouvernement polonais a annoncé en novembre la mise en place d’un nouveau programme d’aide à la trésorerie pour les entreprises (« bouclier financier 2.0 »), portant sur un montant de 7,5 Md EUR. Ce programme devrait débuter en janvier 2021 et s’adressera aux branches frappées par la 2ème vague de la crise de la Covid-19, qui représentent environ 5% de l'emploi et du PIB polonais.

Par ailleurs, la Banque centrale polonaise (NBP) a introduit depuis le mois de mars de nombreuses mesures afin de garantir la liquidité au sein du système bancaire. Elle a notamment procédé à trois baisses de taux depuis le début de l’épidémie, faisant passer les taux directeurs à un niveau historique de 0,10% (-140 pb) et a réduit les ratios de fonds propres et de liquidité. La Banque centrale polonaise a aussi mis en place son premier programme de Quantitative Easing et a racheté 24,6 Md € depuis le mois de mars.

D’après les prévisions du ministère des Finances, le déficit public pourrait atteindre jusqu’à 12% du PIB en 2020 avant de redescendre à 6% du PIB en 2021. L’endettement de l’Etat pourrait ainsi s’élever à 62,2% du PIB en 2020 et à 64,7% en 2021 (contre 46% fin 2019). Vu l’impact sur les finances publiques, le gouvernement mise pour l'essentiel sur les fonds européens concernant le plan de relance. La Pologne devrait être le quatrième bénéficiaire du fonds de relance européen derrière l’Italie, l’Espagne et la France, en bénéficiant de 57,3 Md € dont 37,7 Md € sous forme de prêts.

Les principales agences de notation ont maintenu jusqu’à présent la notation de la dette souveraine de la Pologne, au vu des bons fondamentaux du pays et de la grande capacité du gouvernement polonais à se financer via des emprunts en monnaie locale, avec de longues maturités et de faibles taux d’intérêt.

 

 

Annexes

Tableau 1 : Principaux indicateurs économiques de la Pologne

 

2017

2018

2019

Population

 

 

 

Population (en millions)

38

38

38

Macroéconomie

 

 

 

PIB (Md EUR courants)

467

498

532

Taux de croissance du PIB nominal (%)

4,8

5,4

4,5

Indice de Gini

29

28

29

PIB / habitant (EUR)

11 790

12 420

13 000

Prix

 

 

 

Inflation (%y/y)

1,6

1,2

2,1

Emploi

 

 

 

Taux de chômage (% pop active)

4,9

3,9

3,3

Taux de chômage des jeunes (15-24)

14,8

11,7

9,9

Taux d'emploi (% pop 20-64 ans)

70,9

72,2

73,0

Travail à temps partiel (% pop active)

6,3

6,2

5,9

Salaires

 

 

 

Salaire minimum (PLN)

2000

2100

2250

Salaire mensuel moyen (PLN)

4533

4885,0

5278,0

Croissance du salaire nominal (%y/y)

5,9

7,1

7,2

Croissance du salaire réel (%y/y)

4,1

5,9

5,1

Recherche et développement

 

 

 

R&D (% PIB)

1,0

1,2

1,3

Extérieur

 

 

 

Balance commerciale (Md EUR)

0,6

-4,6

1,2

Exportations (%y/y)

9,5

7,0

4,7

Importations (%y/y)

9,8

7,6

2,7

Solde courant (% PIB)

-0,3

-1,3

0,5

Taux de change

 

 

 

PLN / EUR

4,26

4,26

4,30

Finances publiques

 

 

 

Déficit public (% du PIB)

-1,5

-0,2

-0,7

Dette publique (% PIB)

50,6

48,8

45,7

Dette extérieure (% PIB)

30,1

25,9

21,0

Source: Eurostat; GUS; Banque mondiale

     

%y/y : en glissement annuel

     

 

Tableau 2 : Prévisions de croissance du PIB (en %) de la Pologne

 

Prévisions de croissance du PIB (en %)

Dernière
actualisation

 

2019

2020

2021

Gouvernement polonais

4,1

-3,0

4,0

déc-20

Banque centrale (NBS)

4,1

-3,5

3,1

nov-20

Commission européenne

4,1

-3,6

3,3

oct-20

FMI

4,1

-3,6

4,6

oct-20

OCDE

4,1

-3,5

2,9

déc-20

Banque mondiale

4,1

-3,9

3,5

oct-20

 

Tableau 3 : Composition du « bouclier anticrise » (Mars 2020)

Secteur

Montant (Md €)

Mesures effectuées

Sécurité et emploi

6,8

Chômage partiel, aide à l'emploi, prestations de tutelles pour les parents, aides aux personnes en auto-emploi

Financement des entreprises*

17,2

Prêts non-remboursables pour les TPE, exemptions de cotisations sociales ZUS, extension du programme des garanties de crédits aux entreprises par la banque publique BGK (équivalent de la Caisse des dépôts)

Protection de la santé

1,7

Renforcement des mesures de lutte contre la Covid-19, financement du système de santé, dématérialisation de certains services d'accès aux soins médicaux et développement de la sensibilisation des patients

Renforcement du système financier

16,4

Rachat d’actifs

Programme d’investissements publics

7

Investissements publics

Soutien au secteur du tourisme

0,7

Introduction d’un « voucher touristique », mesure adressée aux familles avec enfants (500 PLN par enfant) effectuant du tourisme en Pologne

* Ce volet est géré par la Banque centrale polonaise (NBP) en coopération avec la Commission de la supervision financière (KNF) et le Fonds de résolution bancaire (BFG)

 

 
 
 
 
 
Publié le