Conjoncture économique

Après une année 2017 de ralentissement de l’activité, l’économie péruvienne est en phase d’accélération en 2018. La croissance du PIB avait reculé à 2,5 % en 2017, elle est passée à 4,3 % au premier semestre 2018 et l’estimation pour l’ensemble de cette année est de 4,0 %. L’investissement privé, dont l’augmentation est passée de seulement 0,2 % en 2017 à 5,2 % en 2018 est un moteur fondamental de l’activité, en particulier dans le secteur minier, dans lequel plusieurs projets de grande ampleur (cuivre) ont démarré cette année. Les exportations péruviennes tirent également la croissance et continuent de croitre en 2018 (+ 4 %) après deux années de forte expansion (+ 9 % en moyenne). L’exportation de produits agro-industriels a notamment progressé de 17,9 % au premier semestre 2018.

Les autorités se sont engagées dans un politique de consolidation budgétaire qui vise à réduire le déficit progressivement à 1 % du PIB alors qu’il devrait s’élever à 3,0 % fin 2018. Elles ont également, depuis la mise en place du gouvernement du président Vizcarra, mis en place des réformes sur la fiscalité dans l’objectif d’augmenter les recettes de 1 % du PIB qui portent déjà leurs fruits. Quant à l’investissement public, les données chiffrées (estimation d’environ +10 % en 2018) sont trompeuses en raison d’un effet de base sur l’année 2017 dont les résultats ont été très faibles (effets Niño Costero et Lava Jato). En réalité, la reconstruction post Niño Costero avance très lentement et les grands projets d’investissement public, sous forme d’ouvrage public financé par les ministères ou les collectivités locales ou sous forme de partenariats publics privés, gérés par ProInversion, restent encore à l’étiage.

Les perspectives économiques pour l’année 2019 restent bonnes avec une estimation de croissance comparable à celle de 2018 mais dans un environnement international a priori un peu moins favorable (termes de l’échange, ralentissement du commerce mondial, croissance des principaux partenaires économiques dont la Chine, prix des matières premières etc …). Globalement les fondamentaux macro-économiques du Pérou (dette publique, déficits budgétaire et courant, stabilité de la monnaie etc …) restent excellents. Le Pérou est le seul pays d’Amérique latine dont la notation par les grandes agences ne s’est pas dégradée depuis 2 ans et il bénéficie toujours du « grade investissement » qui lui permet de se financer dans de bonnes conditions sur les marchés internationaux. Le Pérou a probablement le meilleur « risque-pays » de la région.

Pour autant, s’il est bien armé, le Pérou n’est pas exempt de tout risque. Ceux-ci ont tendance à augmenter, tels la politique monétaire de la FED qui entraine un mouvement de fuites des capitaux des pays émergents ou encore les conséquences des « guerres commerciales » en cours entre grandes puissances.

Publié le