Les échanges entre la France et la Namibie en 2017

En 2017, le commerce total entre la France et la Namibie s’est élevé à 117 M € (exportations + importations), en baisse de 16,5 % par rapport à 2016, en raison du recul important des importations françaises (-20 % à 105,2 M€) depuis la Namibie comparé à la hausse mineure des exportations françaises vers la Namibie (+35,8% à 11,8 M€). Structurellement déficitaire, l’excédent enregistré en 2013 faisant figure d’exception car directement lié à la livraison de deux Airbus (58,3 M€), le déficit commercial s’est néanmoins réduit en 2017 de -24 % à 93,3 M€ (50ème déficit commercial au plan mondial). Globalement, la Namibie reste un partenaire commercial marginal, se classant au 170ème rang des débouchés à l’exportation et 99ème fournisseur de la France, le pays livrant essentiellement de l’uranium.

 *** 

  • Reprise des ventes françaises en 2017 après trois années successives de repli

Pour la première fois en quatre ans, les exportations françaises vers la Namibie ont progressée en 2017 (+35,8% après -19 % en 2017), représentant 11,8 M€ (après 8,7 M€ en 2016, le niveau le plus faible depuis 2007). Cette reprise reste en ligne avec l’augmentation des ventes françaises au plan mondial (+4,5 %) et contraste avec la contraction enregistrée au niveau de l’Afrique sub-saharienne (-2 %).

Le marché namibien demeure plutôt marginal pour la France, avec un poids quasi-nul dans le total des ventes françaises, ne représentant que le 170ème débouché à l’exportation de la France, en hausse de 15 places par rapport à 2016. La Namibie se situe au 39ème rang des clients de la France au sein de l’Afrique sub-saharienne (sur les 52 pays et territoires répertoriés par les Douanes) et au 6ème rang en Afrique australe.

Le rebond des ventes en 2017 s’explique principalement par l’augmentation des ventes de machines industrielles (+141,4 % en g.a à 5,7 M€) et des ventes de matériel de transport (+253,3% à 1,3M€). En parallèle, les ventes de « produits des industries agroalimentaires » se sont contractées de -90,8% à 121 000€.

En termes de composition, les équipements mécaniques, électriques et informatiques restent le 1er poste d’exportation de la France en 2017 (64,6% du total des ventes en 2017 après 46,8% en 2016), suivi du matériel de transport (11,1 %) et des produits pharmaceutiques (10 %).

 

  • Baisse des importations en provenance de Namibie, en particulier celles d’uranium

Les exportations de la Namibie vers la France se sont établies à 105,1 M€ en 2017, en baisse de -20 % par rapport au niveau de 2016. Ce résultat tranche avec l’augmentation des importations françaises au niveau mondial (+6,8%) ainsi qu’au niveau de l’Afrique sub-saharienne (+4,9%).

Le repli des importations résulte essentiellement de la baisse des achats français d’uranium de -32,2 % en g.a à 66,7 M€, premier poste d’achat avec 63,4% des importations en 2017 (contre 74,9 % en 2016), Areva disposant d’une mine en Namibie.

La Namibie constituait en 2017 le 99ème fournisseur de la France, en baisse de 6 places par rapport à 2016. Parmi les pays d’Afrique sub-saharienne, le pays se classe au 15ème rang des fournisseurs de la France au 4ème rang pour l’Afrique australe.

Les achats de « produits métallurgiques et métalliques » (dont uranium) demeurent assez volatils (181 M € en 2010, 3,7 M € en 2008), néanmoins, ils occupent traditionnellement le premier poste bien qu’en diminution depuis 2016 (64,3% des importations l’année précédente contre 78,9 % en 2016). Les produits des industries agroalimentaires occupent la deuxième place avec 26,4 %.

***

La balance commerciale de la France à l’égard de la Namibie est structurellement déficitaire, l’excédent enregistré en 2013 faisant figure d’exception car directement lié à la livraison des deux Airbus (58,3 M€). Le solde commercial bilatéral s’est ainsi élevé à -93,3 M€ après -122,8 M€ en 2016, soit une réduction de -24%. En 2017, la Namibie représentait le 50ème déficit commercial de la France (le 48ème en 2016)

Selon les statistiques du Centre du commerce international (agence conjointe de l’Organisation Mondiale du Commerce et des Nations Unies), la France était le 6ème de la Namibie en 2016 avec 5,4 % des exportations (14ème en 2014 avec 1,8 % des exportations), très loin derrière le Botswana (premier client du pays avec 30,8 % des exportations) et l’Afrique du Sud (11,5 %), pays avec lequel les relations commerciales sont extrêmement fortes (liens historiques, mais aussi appartenance à l’Union douanière d’Afrique australe et à la zone monétaire commune, le dollar namibien ayant parité égale avec le Rand, accepté localement dans les échanges).

L’Afrique du Sud reste le 1er fournisseur de la Namibie avec 60,8 % des importations, loin devant le Botswana (11,8 %) et la Chine (7,9 %). La part de marché de la France n’atteint que 0,2 % en 2016 (0,3 % en 2015).

 

Publié le