Le commerce extérieur du Mozambique en 2018.

Evolution des échanges extérieurs du Mozambique (en milliers d’USD)

 

Echanges extérieurs 

Le commerce extérieur du Mozambique est en déficit historique, pâtissant d’une faible industrie de transformation, dans l’incapacité de produire suffisamment de valeur ajoutée. Pourtant, le pays est particulièrement riche en ressources primaires variées qui attirent les grands investisseurs internationaux. L’un des défis majeurs des années à venir sera de tirer profit des grands projets gaziers pour, enfin, faire émerger une classe moyenne. En 2018, le déficit commercial a été de 973 Mios$.

 

 

  1. Les exportations en tendance haussière et concentrées sur cinq commodités.

 

- Après un point bas à 3,3 Mds$ en 2016, les exportations mozambicaines augmentent pour la seconde année consécutive en 2018 pour atteindre 5,1 Mds$, soit 37,7% du P.I.B. Le Mozambique reste néanmoins un acteur peu significatif du commerce global, à la 110ème place des pays exportateurs mondiaux ;

 

- les exportations restent structurellement concentrées sur un nombre limité de commodités ce qui les expose aux éléments conjoncturels. En 2018, cinq produits de base ont représenté 75% des exportations : le charbon (1,7 Md$), l’aluminium (1,2 Md$), l’électricité (386 Mios$ en hausse grâce à une augmentation du tarif), le gaz (312 Mios$), les sables lourds (262 Mios$). Ces flux sont liés  aux grands investissements étrangers, les plus importants étant la fonderie d’aluminium de Mozal, les mines de charbon de Vale, les champs gaziers de Sasol, les mines de sables lourds de Kenmare et de Savannah Resources. À l’exception de l’aluminium et de l’électricité, il s’agit de produits non transformés, à faible valeur ajoutée, et directement exposés aux cycles des matières premières ;

 

- le Mozambique dispose de ressources primaires exceptionnelles au niveau mondial, celles-ci devraient continuer à dominer les exportations à long terme : (i) le pays dispose de la plus importante mine de graphite du monde, à Balama, dont les exportations impacteront les statistiques à compter de 2019, (ii) la gigantesque mine de charbon de Moatize - 4ème plus importante au monde - opérée par Vale est en phase d’expansion pour augmenter sa production de 11 à 15 Mios de tonnes, (iii) trois grands projets gaziers dans le bassin du Rovuma cumulent 60 Mds$ d’investissement et permettront au Mozambique de devenir le 6ème exportateur mondial de gaz à partir de 2026 et le 4ème à plus long terme, (iv) la plus grande mine de rubis du monde à Montepuez, opérée par MRM/Gemfields ;

 

- le charbon compose le premier poste d’exportation du Mozambique : la mine de Moatize affiche une croissance de sa production de 136% au cours des deux dernières annéespour atteindre 1,7 Md$ en 2018, soit 33% des exportations nationales ;

Exportations

 

  1. Des importations dynamiques.

     

- les importations mozambicaines confirment leur dynamisme depuis 2016 (+18%) et atteignent 6,1 Mds$ en 2018. Les principales importations sont les biens d’équipements, les carburants, l’aluminium brut, les matériaux de construction, les véhicules, les céréales (riz, blé), les médicaments et les matériels médicaux.

Les grands projets jouent un rôle essentiel dans la dynamique et représentent 20,6% du total importé en valeur ;

 

- les biens d’équipements (1,1 Md$) ont progressé de +36% et constituent, comme les années précédentes, le premier poste d’importation. Les développements industriels dans les secteurs minier (charbon, gaz..) et agroalimentaire (bière et autres) ont été les grands bénéficiaires ;

 

- les achats de produits pétroliers et dérivés ont progressé de +33% du fait d’une hausse des prix mais aussi d’une demande soutenue ;

 

- l’analyse des biens destinés à la consommation montre la prépondérance des produits alimentaires peu transformés (riz, blé, farine, sucre, viande huile..). La quasi inexistance d’une classe moyenne explique les très faibles flux de biens élaborés dans les importations.

Importations

 

  1. Au plan géographique, les échanges sont fortement tournés vers l’Afrique du Sud.

 

- les trois premiers pays fournisseurs du Mozambique sont restés inchangés au cours des dernières années. l’Afrique du Sud reste, de loin, le premier pays-fournisseur du Mozambique avec 26,1% des parts de marché soit 1,6 Md$. La Chine est le second pays-fournisseur du Mozambique (726 Mios$) avec une part de 11,7%. Les Emirats Arabes Unis figurent au troisième rang (471,7 Mios$, 7,6%). Viennent ensuite les Pays-Bas (470,9 Mios$, 7,6% des parts), et l’Inde avec 445,7 Mios$ (7,4% des parts).

La France a exporté vers le Mozambique pour 30 Mios$, 27 ème partenaire à l’importation avec une part de 0,5%. Le poids des Pays-Bas s’explique par le fait que les exportations de plusieurs pays européens, dont celles de la France, transitent par les ports hollandais et sont comptabilisées en conséquence ;

 

- quatre pays absorbent 73% des exportations mozambicaines : l’Inde, les Pays-Bas, l’Afrique du Sud, la Chine. L’Inde conserve sa position de premier pays-client du Mozambique (1,4 Md$, soit 27,6% du total des exportations) notamment du fait des achats de charbon, mais également des noix de cajou, de coton, de pierres précieuses, de débris de fer, de cuivre, etc. Les Pays-Bas (1,1 Md$, 22,2%) forment le second pays-client, grâce à ses commandes d’aluminium, de charbon, de tabac. L’Afrique du Sud (895 Mios$, 17,2%) apparaît au troisième rang grâce au gaz (acheminé par un pipeline), à électricité (achète 80% de l’électricité produite au barrage de Cahora Bassa), aux câbles en aluminium, aux bananes, aux crustacés. Enfin la Chine (301 Mios$, 5,8%) en quatrième position grâces aux achats de sables lourds, de bois scié, de graines d’oléagineux, de bananes, de crustacés.

La France est le 6 ème  pays-client du Mozambique (117 Mios$) avec une part de 2,3%.

 

* * * * *

 

Commentaire : à moyen terme, les échanges extérieurs mozambicains devraient nettement progresser en lien avec les grands projets en cours, miniers et gaziers. Toutefois, un constat reste alarmant : le Mozambique figure au 218ème rang pour l’indice de développement humain sur 228 pays classés alors qu’il dispose des principaux gisements mondiaux de charbon, de gaz, de rubis, de graphite, et d’ilménite.

L’incroyable richesse dont dispose le Mozambique, en plus de disposer d’un climat propice à l’agriculture, permet d’attirer des investissements diversifiés.

Enfin, la mise en place des accords de partenariat économique (le 04/02/18) devrait favoriser les échanges avec l’UE./.

Publié le