Relations bilatérales

En 2019, malgré sa taille, Maurice est le 81ème fournisseur de l’hexagone et son 69ème client. Selon le FMI, la France est en 2019 le 1er client de Maurice avec 12,7 % du total exporté et son 5ème fournisseur avec 7 % de parts de marché sur le total des importations mauriciennes. La France dispose d’un excédent commercial structurel avec Maurice, de 70 MEUR par an en moyenne entre 2011 et 2019 (hors matériels de transport), et qui atteint 294 MEUR en 2019, du fait de la livraison de deux Airbus A330-neo. Nos exportations vers Maurice sont aux trois quarts des matériels de transport, des produits agroalimentaires, mécaniques ainsi que des produits chimiques et cosmétiques; côté mauricien, les exportations vers la France sont essentiellement des produits textiles, agroalimentaires (pêche, sucre) et manufacturés.

Hors matériels de transport, les exportations françaises vers Maurice sont en moyenne de 355 MEUR sur la décennie. Les livraisons de deux Airbus A350-900 en 2017 puis deux A330-neo en 2019 ont entraîné un boom global de ses exportations, occultant le repli constaté pour la plupart des postes (-7 %) en 2019. Cette performance du secteur des transports explique l’augmentation globale de 37 % des exportations en 2019, atteignant au total 555 MEUR. 75 % de nos exportations vers Maurice se concentrent sur 4 secteurs :

  • Les matériels de transport (35 % - 195 MEUR), ordinairement de l’ordre de 20 M€ (automobiles, bateaux de plaisances) ;
  • Les produits des industries agroalimentaires (16 % - 86 MEUR), qui diminuent de 2 % en 2019, mais dont la tendance reste marquée à la hausse sur la décennie (51 M€ en 2010).  
  • Les équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (15 % - 85 MEUR), en baisse de 4 % restent globalement stables à leur moyenne de long terme. 
  • Les produits chimiques, parfums et cosmétiques (8 % - 45 MEUR), en diminution de 4 % sur l’année, semblent avoir atteint un plateau en 2016, après une forte progression depuis 2010 (27 M€).

Malgré son poids dans le PIB mondial (0,02 %), Maurice représente 0,11 % du total des exportations françaises, et constitue notre principal partenaire de l’Océan Indien devant Madagascar. Cette situation s’explique par (i) l’existence de grands contrats dans le secteur aéronautique bien que ponctuels ; (ii) par la forte pénétration d’opérateurs français dans le secteur de l’immobilier résidentiel de haut standing, et (iii) une offre française dynamique dans les secteurs de la relation client ou du tourisme haut de gamme.

Au 1er semestre 2020, les exportations françaises à Maurice chutent de 56 % par rapport au 1er semestre 2019. La baisse s’explique par le retour des matériels de transports à leur niveau normal (- 175 MEUR) et la mise en place des mesures de confinement.

Depuis 2017, les importations françaises depuis Maurice baisse tendanciellement pour atteindre 261 MEUR en 2019 (- 16 % par rapport à 2017), en raison de la baisse des achats de produits textiles (- 27 % depuis 2017) mais également d’« Hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité et déchets » (- 94 %) constituées principalement de la collecte de déchets non dangereux. En 2019, les importations françaises diminuent de 2 %, après une baisse de 14 % en 2018 et retrouvent leur niveau de 2010 (260 MEUR). Leur structure a évolué, les textiles, habillement, cuir et chaussures représentent 81 MEUR en 2019, contre 131 MEUR en 2010. Viennent ensuite les produits des industries agroalimentaires (23 %-poisson et sucre principalement) et les produits manufacturés divers (19 %).

Sur le 1er semestre 2020, les importations françaises depuis Maurice ont baissé de 36 % par rapport au 1er semestre 2019, passant de 142 MEUR à 91 MEUR. Cette baisse s’explique notamment par le retour du poste « matériels de transport » à son niveau moyen, un forte diminution des importations de produits des industries agroalimentaires (-46 %), de produits textiles (-33 %) et des produits manufacturés (-33 %).

Publié le