Les échanges commerciaux entre la France et la Mauritanie

Les échanges commerciaux entre la France et la Mauritanie sont en hausse en 2019, à 291 M EUR, et la France affiche un excédent de 109 M EUR, en baisse de 19,5% sur un an. Les exportations françaises vers la Mauritanie augmentent de 12,6%, pour s’établir à 200 M EUR. Notre part de marché s’accroit, à 7,7% des importations mauritaniennes sur les trois premiers trimestres de 2019.

La France augmente ses exportations vers la Mauritanie ainsi que sa part de marché

L’excédent commercial de la France vis-à-vis de la Mauritanie atteint 109 M EUR en 2019, après 135 M EUR en 2018 (-19,5% en ga). Nos échanges avec ce pays sont structurellement excédentaires, à l’exception de l’année 2011 où nous avons enregistré un léger déficit d’1 M EUR en raison d’une forte hausse de nos importations d’ « hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets », qui peut s’expliquer par des cours du minerai de fer élevés cette année-là.

Selon les douanes françaises, les exportations françaises en Mauritanie s’élèvent à 200,1 M EUR en 2019, en hausse de 12,6% par rapport à 2018, alors que les importations mauritaniennes totales sur les trois premiers trimestres[1] de 2019 sont en baisse de 9,8% sur un an. A titre de comparaison, nos exportations en 2019 s’élèvent à 334 M EUR vers le Mali (-2% en ga), 264 M EUR vers le Burkina Faso (-2,3%), 169 M EUR vers le Togo (-29%), 163 M EUR vers le Bénin (-27% en ga), 148 M EUR vers la Guinée (-13%) et 127 M EUR vers le Niger (+17%). La Mauritanie est le 95ème client de la France, le 15ème en Afrique subsaharienne et le 5ème dans la sous-région. Selon l’Office national des statistiques (ONS) mauritanien, notre part de marché augmente sur les trois premiers trimestres de 2019, à 7,7% des importations mauritaniennes, contre 6% en 2018. La France est le 5ème fournisseur du pays sur la période, derrière les Emirats arabes unis, la Chine, l’Espagne et la Belgique.

Les importations françaises de Mauritanie atteignent 91,2 M EUR en 2019, en hausse de 114,7% sur un an alors que les exportations mauritaniennes totales ont diminué de 27% en ga sur les trois premiers trimestres de 2019. La France est le 9ème client de la Mauritanie sur la période. La Mauritanie est notre 99ème fournisseur en 2019, le 13ème en Afrique subsaharienne et le 3ème dans la sous-région (derrière la Côte d’Ivoire et le Togo).


[1] Les chiffres de l’Office national des statistiques mauritaniens ne sont disponibles que pour les trois premiers trimestres 2019

Les exportations françaises sont dominées par les céréales, légumineuses et oléagineux

Les exportations de céréales (à l’exclusion du riz), légumineuses et oléagineux atteignent 54,9 M EUR en 2019, soit 27% des exportations françaises en Mauritanie, en hausse de 168% par rapport à 2018, quand elles s’élevaient à 20,4 M EUR (11,5% du total).

Notre deuxième poste d’exportations vers la Mauritanie concerne les équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique, à 52,3 M EUR en 2019, soit 26% du total, en baisse de 11% par rapport à 2018. Parmi ces équipements, les machines industrielles et agricoles, machines diverses, comptent pour 33,3 M EUR (17% du total).

Les produits pharmaceutiques constituent le troisième poste, également à 22,5 M EUR, en baisse de 5% sur un an. Nos exportations de produits des industries agroalimentaires sont en baisse de 7%, à 22,1 M EUR (11% du total).

La France importe principalement du minerai de fer de Mauritanie

Les importations de minerai de fer s’élèvent à 74,7 M EUR en 2019, soit 82% du total des importations, en très forte hausse sur un an (+274%). Cette évolution s’explique par la reprise des cours du minerai de fer en 2019, qui a atteint un pic à 120 USD/tonne métrique sèche en juillet 2019, son plus haut niveau depuis février 2014.

Les produits des industries agroalimentaires constituent le deuxième poste d’importations françaises de Mauritanie, à 9 M EUR en 2019 (10% du total), en baisse de 36,5%. Ces produits sont dominés par les huiles et graisses (5,2 M EUR). Les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture représentent 6,9 M EUR, soit 7,5% des importations.

 

Publié le