Relations bilatérales

Les échanges commerciaux bilatéraux entre la France et la Mongolie en 2017

 
Alors que le commerce franco-mongol avait été multiplié par six entre 2003-2011, passant de 8 M € à 52 M €, il n’avait cessé de diminuer depuis 2012. L’année 2017 marque une inversion de cette tendance avec une hausse de près de 79% du volume d’échanges entre les deux pays, se situant désormais à 26,1 M €. Cette nette reprise du commerce bilatéral s’appuie exclusivement sur la hausse des exportations françaises vers la Mongolie – tandis que les importations ont baissé –portées par l’amélioration de la situation économique suite à la mise en œuvre du plan d’aide approuvé par le FMI en 2017.

 

1.     Evolution des échanges commerciaux entre la France et la Mongolie

La France se situait au 20ème rang des pays fournisseurs de la Mongolie tandis qu’elle se classait au 12ème rang de ses clients en 2016. La Mongolie est un partenaire commercial marginal de la France, ne représentant que son 156ème marché à l’exportation et se situant au 167ème rang de ses fournisseurs en 2017.

Le décollage de l’économie mongole au tournant des années 2010 a soutenu le développement du commerce bilatéral entre la France et la Mongolie. Le volume des échanges était passé de 8,3 M € en 2003 à 52,4 M € en 2011, année où la Mongolie a enregistré le taux de croissance du PIB le plus élevé de son histoire (+17,5%). La situation économique s’est ensuite dégradée, la croissance économique mongole et les échanges bilatéraux avec la France ont corrélativement diminué. Cependant, après 5 années de baisse, le commerce franco-mongol est reparti nettement à la hausse en 2017.

La crainte d’un défaut de paiement sur la dette souveraine mongole a conduit à l’intervention du Fonds Monétaire International (FMI) en 2017. Un plan d’aide de 5,5 milliards de dollars a été approuvé par l’institution et d’autres partenaires (Banque asiatique de développement, Banque mondiale, Japon, Corée du Sud), en échange d’une série de mesures prévoyant notamment un assainissement des finances publiques, le pays accusant un déficit budgétaire élevé. Le gouvernement mongol semble répondre aux attentes du FMI : l’économie s’est stabilisée, le déficit s’est nettement résorbé (de 18% en 2016 à 1,9% en 2017), la balance commerciale est désormais positive et les réserves de devises, notamment en dollar, ont augmenté. La Banque mondiale et le FMI tablent sur une croissance du PIB de 5% en 2018 et de 6,3% en 2019. Malgré ces améliorations notables, la Mongolie reste fragile économiquement. Le pays demeure fortement dépendant de son principal partenaire commercial, la Chine (près de 80% de ses exportations), et très exposé à la volatilité des cours sur les marchés miniers compte tenu de sa spécialisation productive dans les mines et du faible degré de diversification de son économie.

Les échanges commerciaux de la France avec la Mongolie restent structurellement excédentaires en faveur de la France. A l’exception de l’année 2007, au cours de laquelle les importations françaises en provenance de Mongolie ont pratiquement atteint le niveau de ses exportations vers ce pays, l’excédent commercial bilatéral a régulièrement progressé au cours des dix dernières années, en faveur de la France. Alors que l’écart s’était réduit en 2016 avec un solde de seulement 4 M €, il s’est de nouveau creusé en 2017 : les exportations françaises vers la Mongolie ont excédé de 17,5 M € ses importations depuis ce même pays, marquant une augmentation du solde commercial de plus de 337,5% par rapport à 2016. La Mongolie représente désormais le 85ème excédent commercial de la France dans le monde en 2017 (116ème  excédent en 2016).

2.     Les exportations françaises vers la Mongolie : en hausse à 21,8 M €

Les exportations françaises ont atteint 21,8 M € en 2017, en hausse de 78,8% par rapport à l’année passée. Après une forte augmentation de 2003 à 2011, passant de 7,2 M € à 48 M €, elles avaient ensuite progressivement diminué tombant à 9,3 M € en 2016..

En termes de part de marché, la France est très peu présente, 0,6% en 2016 (19e fournisseur), et stable par rapport à 2015. La Mongolie réalise la très grande majorité de ses achats auprès de ses deux pays voisins. Ainsi, ses principaux fournisseurs sont la Chine et la Russie avec respectivement 31,6% et 26,2% de part de marché (le carburant représente 50% des importations depuis la Russie), devant le Japon (9,8%, achat de voitures) et la Corée du Sud (5,9%). La France se situe très loin du premier fournisseur européen, l’Allemagne, qui se classait au 6e rang des fournisseurs de la Mongolie et détenait 3,6% de part de marché en 2016.

Les exportations françaises vers la Mongolie se concentrent sur un nombre restreint de secteurs. En 2017, les ventes de biens d’équipements représentent près de la moitié de nos exportations (48,7%) et ont été multipliées par 4,5 par rapport à 2016. Ces ventes sont à mettre en parallèle avec le regain d’activité du secteur minier et du secteur de la construction en 2017. Viennent ensuite les autres produits industriels (produits minéraux, pharmaceutiques, chimiques…), représentant 33% de nos exportations (hausse de 53% par rapport à 2016), puis les produits issus de l’industrie agroalimentaire (15% des exportations en 2017, en hausse de 69% par rapport à 2016).

Selon les années, des ventes sporadiques de bétail sur pied, chèvres (2013), vaches (2014) et moutons (2016 et 2017), viennent grossir le montant de nos exportations du secteur agriculture/élevage. Les exportations de bovins sur pied français vers la Mongolie sont aujourd’hui suspendues en l’absence d’accord sur le certificat sanitaire. Ce certificat pourrait être renouvelé pour une durée de 10 ans.

La baisse de 35% des exportations françaises de produits agricoles et agroalimentaires observée entre 2013 et 2016 vers la Mongolie n’était que marginalement liée à l’embargo russe sur les produits alimentaires européens. En effet, le vin, qui représente la grande majorité des produits agroalimentaires exportés, échappe à l’interdiction de transit via la Russie. Néanmoins, de l’avis de quelques importateurs mongols et agents de marques françaises à Oulan-Bator, l’embargo russe a coupé court à de nouveaux contrats, de fromages et produits laitiers par exemple. De fait, les produits alimentaires de marques françaises présents sur le marché mongol sont surtout des produits des usines russes de Bonduelle (conserves de légumes), Danone (yaourts Activia) et Lactalis (beurre Président…) ou proviennent de Chine (épicerie et conserves de marque Belle France, confitures Andros/Bonne Maman), lorsque la durée de validité des produits permet de répondre aux exigences pour le réexport vers la Mongolie. En 2017, les exportations agricoles et de produits agroalimentaires sont reparties à la hausse, respectivement de 284% et 69% par rapport à 2016.

Par ailleurs, les statistiques douanières françaises ne rendent pas compte des exportations de produits français acheminés par la Chine, qui représentent une part non quantifiable des produits et équipements français présents en Mongolie.

 

3.     Les importations françaises depuis la Mongolie : en baisse à 4,3 M €

Les importations françaises en provenance de Mongolie sont en baisse de 19,1% à 4,3 M € en 2017.

Alors qu’elles avaient été multipliées par dix entre 2003 et 2007, passant de 1,1 M € à 11,5 M €, les importations françaises depuis la Mongolie se sont stabilisées depuis 2008 (autour de 3,5 M €). En 2017, elles retrouvent leur niveau de 2015, soit 4,3 M €, alors qu’elles avaient augmenté de 1 M € en 2016.

Selon les statistiques mongoles, la France n’était que le 11ème client de la Mongolie (soit 0,2% du total des produits exportés par ce pays) en 2016. Le principal client de la Mongolie est de très loin la Chine, qui a absorbé près de 80% de ses exportations (produits miniers pour les ¾) en 2016. Venaient ensuite le Royaume-Uni (11,3%) et la Suisse (4,7%) grâce à l’achat quasi exclusif d’or, la Russie (1,1%) grâce à l’achat de fluorite et l’Allemagne (0,9%).

En 2017, les importations françaises de produits textiles, notamment des chandails en cachemire, ont diminué de 28,9% par rapport à l’année passée. Toutefois, ces produits constituent toujours, et de loin, l’essentiel de nos importations depuis la Mongolie, soit 83% des 4,3 M € d’importations. La deuxième catégorie, les produits issus de l’agroalimentaire, ne représentent que 8,5% des importations françaises.

 

***

 Malgré une forte augmentation observée cette année, le commerce bilatéral franco-mongol se caractérise par un volume d’échanges très modeste. En raison d’une offre très peu diversifiée, les importations françaises depuis la Mongolie ne devraient que très peu progresser durant les années à venir. Elles resteront cantonnées principalement à l’achat de produits issus de l’industrie du cachemire. En revanche, les exportations françaises présentent un potentiel de progression sur le marché mongol. Ouverte (taux d’ouverture de plus de 40% en 2016) et riche en ressources minières, l’économie mongole tend à se stabiliser depuis l’intervention du FMI et devrait retrouver une croissance solide dans un futur proche (5% en 2018 et 6,3% en 2019 selon les prévisions) offrant dès lors des perspectives intéressantes pour les exportateurs français. Cependant, il convient de souligner que la dépréciation quasi continue de la monnaie mongole, le tugrik, depuis 2015, renchérit fortement nos exportations. Alors qu’un euro valait 2084 tugriks en mars 2015, il en vaut désormais environ 3000. La stabilisation attendue du tugrik en 2018 sera favorable au développement de nos ventes vers ce pays.

 

 

***

Annexes statistiques

  • Les échanges commerciaux France - Mongolie de 2003 à 2017
  • Ventilation des échanges par secteur - Année 2017
  • Evolution des exportations françaises par secteur vers la Mongolie 2009-2017
  • Evolution des importations françaises par secteur depuis la Mongolie 2009-2017
  • Importations 2017
  • Exportations 2017

Les échanges commerciaux France - Mongolie de 2003 à 2017 (en millions €)

En Millions €

2003

2007

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

Variation 2016/2017

Volume d’échanges

8,3

23,9

52,4

45

34,9

21,3

19,1

14,6

26,1

+78,8%

Exportations françaises (FAB)

7,2

12,4

48

37,9

31,8

18

14,9

9,3

21,8

+133,8%

Importations françaises (CAF)

1,1

11,5

4,4

4

3,1

3,4

4,3

5,3

4,3

-19,1%

Solde

6,1

0,9

43,6

33,9

28,7

14,6

10,6

4

17,5

+337,5%

 

Ventilation des échanges par secteur - Année 2017

Valeur (en milliers d’euros)

Exportations
FAB

Importations
CAF

AZ

Produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture

279 

DE

Hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets

C1

Produits des industries agroalimentaires (IAA)

3 307 

369 

C2

Produits pétroliers raffinés et coke

65 

C3

Equipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique

10 609 

22 

C4

Matériels de transport

278 

10 

CB

Textiles, habillement, cuir et chaussures

429 

3 537 

CC

Bois, papier et carton

50 

142 

CE

Produits chimiques, parfums et cosmétiques

1 962 

46 

CF

Produits pharmaceutiques

1 123 

CG

Produits en caoutchouc et en plastique, produits minéraux divers

2 588 

CH

Produits métallurgiques et métalliques

352 

CM

Produits manufacturés divers

714 

155 

ZZ

Produits divers

20 

 

Ensemble

21 777 

4 304 

       

Part

(en %)

Exportations

Importations

AZ

Produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture

1,3   

0,0   

DE

Hydrocarbures naturels, autres produits des industries extractives, électricité, déchets

0,0   

0,1   

C1

Produits des industries agroalimentaires (IAA)

15,2   

8,6   

C2

Produits pétroliers raffinés et coke

0,3   

0,0   

C3

Equipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique

48,7   

0,5   

C4

Matériels de transport

1,3   

0,2   

CB

Textiles, habillement, cuir et chaussures

2,0   

82,2   

CC

Bois, papier et carton

0,2   

3,3   

CE

Produits chimiques, parfums et cosmétiques

9,0   

1,1   

CF

Produits pharmaceutiques

5,2   

0,2   

CG

Produits en caoutchouc et en plastique, produits minéraux divers

11,9   

0,1   

CH

Produits métallurgiques et métalliques

1,6   

0,1   

CM

Produits manufacturés divers

3,3   

3,6   

ZZ

Produits divers

0,1   

0,1   

 

Ensemble

100,0   

100,0   

Evolution des exportations françaises par secteur vers la Mongolie 2009-2017

Exportations francaises par secteur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Evolution des importations françaises par secteur depuis la Mongolie 2009-2017

Importations francaises par secteur

 

Importations francaises

 

 

 

 

 

 

 

Exportations francaises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Source : Douanes françaises

Clause de non-responsabilité – Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

 

Publié le