Commerce extérieur

Le commerce extérieur de la Mongolie en 2017

En 2017, les échanges commerciaux de la Mongolie se situent à 10,5 milliards de dollars, en hausse de 27% par rapport à 2016. Les exportations ont fortement progressé (6,2 Md USD, +26%), en grande partie grâce à la hausse des cours des matières premières. Corolaire du regain de croissance de l’économie mongole et de l’amélioration des perspectives, les importations sont elles aussi en nette augmentation (4,3 Md USD, +29%). Pour la quatrième année consécutive, la Mongolie affiche une balance commerciale excédentaire (1,87 Md USD, +19%). Le taux d’ouverture du pays est de 45% tandis que le poids du commerce extérieur rapporté au PIB est de 90%. Les exportations mongoles sont composées à 90% de produits miniers. Ses importations sont quant à elle variées : produits minéraux (23% du total des importations, pétrole principalement), alimentaires (9%), véhicules et pièces détachées automobiles (14%) ou encore machines et équipements (21%). La Mongolie est en situation de grande dépendance vis-à-vis de la Chine, son premier fournisseur mais surtout son premier client puisque qu’elle capte plus de 85% des exportations mongoles.

1. Forte augmentation des échanges commerciaux (+27%) et de l’excédent commercial (+19%) en 2017

Selon le bureau mongol des statistiques, après une légère hausse en 2014 (+3,6%) et une forte baisse en 2015 (-23%), les échanges commerciaux de la Mongolie s’étaient stabilisés en 2016 (-2,3%, à 8,2 Md USD). Ils repartent nettement à la hausse en 2017 pour se situer à 10,5 Md USD (+27%), se rapprochant ainsi du niveau record de 2012 (11,12 Md USD).

Eu égard au modèle économique de la Mongolie, les résultats de son commerce extérieur sont subordonnées à deux facteurs principaux : le cycle économique chinois et les cours des matières premières. En 2017, la croissance chinoise, ralentie au cours des dernières années, a rebondi (+6,9%) tandis que les cours des matières premières, charbon et cuivre en tête, repartaient à la hausse. L’horizon économique mongol s’est alors dégagé, à tout le moins à court terme. La Mongolie a retrouvé une croissance soutenue en 2017, +5,1% (contre +1,1% en 2016) et un commerce extérieur dynamique.

Outre ces deux facteurs exogènes, la Mongolie a profité d’une conjoncture favorable sur le plan interne. Tout d’abord, le pays bénéficie d’une aide internationale sous l’égide du FMI, dans le cadre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) accordé en mai 2017. Ce programme de 5,5 Md USD est assorti d’une large part concessionnelle financée notamment par des bailleurs multilatéraux ainsi que par le Japon et la Corée du Sud. S’ajoute à cela l’accélération du gigantesque projet minier d’Oyu Tolgoi (cuivre et or) dont la phase II – correspondant à l’exploitation souterraine (80% du gisement) – devrait être enclenchée d’ici à 2020. Il pourrait assurer à lui seul plus de la moitié des exportations mongoles et représenter 30% du PIB national lorsqu’il aura atteint sa pleine potentialité en 2027. D’autres projets miniers (mine de charbon de Tavan Tolgoi, extraction d’uranium par Orano dans le Gobi…) sont également en développement. Il en résulte un retour de l’investissement direct étranger et une augmentation des importations, notamment en biens d’équipements industriels.

La balance commerciale de la Mongolie est excédentaire pour la quatrième année consécutive. En 2017, l’excédent s’élève à 1,87 Md USD, soit une hausse de 19,7% par rapport à l’année passée. Malgré une importante reprise de ses importations, la Mongolie a vu son excédent progresser grâce à la hausse en valeur et en volume, de ses exportations de matières premières.

2. Hausse significative des exportations en 2017 (+26%, 6,2 Md USD) 

Les exportations mongoles s’élèvent à 6,2 milliards de dollars en 2017 (+26% par rapport à 2016). Les produits miniers représentent la grande majorité de ces exportations : 5,5 Md USD en 2017, soit 89% du total exporté (86% en 2016). Les deux produits phares des exportations mongoles sont le charbon (36% du total des exportations) et le cuivre (26%).

La hausse des exportations mongoles de produits miniers en 2017 s’appuie quasi exclusivement sur les ventes de charbon vers la Chine qui a absorbé  97% des exportations mongoles de charbon. Celles-ci ont progressé de près de 133%, soit une multiplication par 2,3 sur la seule année 2017. Les chiffres sont encore plus éloquents si on les compare à ceux de l’année 2015 : les exportations de charbon ont augmenté de 300% en deux ans. Deux facteurs conjoncturels expliquent cette augmentation. Le  premier est la hausse du cours du charbon en 2017 qui a permis à la Mongolie d’améliorer le terme de l’échange (effet prix). Le second est d’ordre géopolitique – embargo sur la Corée du Nord - et climatique – tempêtes ayant réduit les capacités d’exportations de charbon de l’Australie -, qui a contraint la Chine à concentrer son approvisionnement depuis  la Mongolie (effet quantité). Les industries minières mongoles ont parfaitement su répondre à cette demande accrue. C’est ainsi que production de charbon a atteint un nouveau record en 2017, se situant à 47,1 millions de tonnes (+33% par rapport à 2016).

S’agissant des autres produits miniers exportés par la Mongolie, leurs ventes stagnent en 2017 – cuivre (1,6 Md USD, sans évolution) – voire reculent – or (595 M USD, -21%). Les ventes de fer (+25%) et de zinc (+21%) ont progressé mais demeurent à des volumes modestes, respectivement 313 M USD et 181 M USD.

A l’inverse les exportations de produits  alimentaires bondissent (+92,8%) de même que les produits issus du bois (+47,7%)  mais leur apport au commerce extérieur mongol est insignifiant.

Exportations vers les « Grands voisins » : la Chine omniprésente, la Russie inexistante

Outre ses achats de charbon, la Chine est de très loin le premier client de la Mongolie. En 2017, elle a concentré la totalité des exportations de zinc, de cuivre et de fer mongol. De manière générale, la Chine était la destination de 85,6% des exportations mongoles pour un montant de 5,3 Md USD. En 2016, cette part était de 79%. Cependant, la tendance longue semble être à la diminution du poids de la Chine dans les exportations mongoles même si celui-ci reste plus que prépondérant. Le Chine absorbait en effet plus de 93% des exportations mongoles en 2012.

Enfin, le commerce extérieur mongol n’est pas seulement subordonné à la Chine en matière de débouchés mais aussi de logistique. Le port de Tianjin est de fait le principal moyen pour le pays d’assurer la réexportation de ses produits par voie maritime. On peut donc y déceler un gonflement, non quantifiable à l’heure actuelle, des exportations mongoles vers la Chine.

La Russie, troisième client de la Mongolie (mais son premier fournisseur en produits pétroliers),  ne représente qu’1% du total exporté, illustrant le déséquilibre total des débouchés mongols au profit de la Chine et dans une moindre mesure du Royaume-Uni.

Exportations vers les « Troisièmes voisins » : des partenaires très marginaux mis à part le Royaume-Uni

Parmi les pays dits « Troisièmes voisins », le Royaume-Uni occupe une place particulière, au deuxième rang des pays clients (10,6% du total des exportations mongoles) grâce à ses achats d’or. En 2017, 99% des ventes d’or mongol sont à destination du Royaume-Uni, pour un montant de 595 M USD. La France, avec 5,7 M USD d’importations depuis la Mongolie (cachemire pour l’essentiel), se situe au 11ème rang de ses clients (4ème pays de l’UE), ne représentant que 0,09% du total des exportations mongoles.

3. Progression des importations en 2017 (4,3 Md USD, +29%)

Les importations mongoles sont en nette augmentation en 2017, elles ont bondi de 29% et se situent désormais à 4,3 Md USD. Contrairement aux exportations, tant les postes de produits importés que les fournisseurs, sont diversifiés.

La structure des importations mongoles est relativement similaire à celle des années précédentes. On retrouve en premier poste les produits minéraux (22,7%, soit 986 M USD, +36% par rapport à 2016). Il s’agit pour l’essentiel de produits pétroliers, diesel et pétrole brut (15% du total des importations mongoles). Ils proviennent quasi exclusivement de Russie (98%).

Viennent ensuite les biens d’équipements, destinés aux particuliers ou aux industries (21,2% du total des importations), également en forte augmentation (+35,3%, à 920 M USD) du fait de l’accélération de plusieurs grands projets miniers, au premier rang desquels Oyu Tolgoi. Les véhicules et pièces détachées automobile représentent le troisième poste des importations (14,4% du total, 623 M USD, +43% par rapport à 2016) dont une très grande majorité provient du Japon. Enfin, on retrouve les produits alimentaires (8,7% du total, 379 M USD, +15%) et les produits chimiques (7,3% du total, 315 M USD, +15,8%).

Les produits d’origine végétale sont le poste ayant subi la plus forte baisse entre 2016 et 2017 (-28,4%, 78 M USD) tandis que la plus forte hausse concerne les métaux de base (+58,3%, 334 M USD).

Importations en provenance des « Grands voisins » : Chine et Russie sont les deux principaux fournisseurs de la Mongolie

Le classement des fournisseurs de la Mongolie reste inchangé par rapport à 2016. On y retrouve aux deux premières positions la Chine (1,43 Md USD, 32,9% du total des importations mongoles) et la Russie (1,22 Md USD, 28%). Le panel des biens importés depuis la Chine est varié. Au contraire, les biens importés de Russie sont pour plus de la moité des produits pétroliers (54% des importations depuis la Russie). 

Importations en provenance des « Troisièmes voisins » : Le Japon en tête, la France loin derrière

Le Japon est le 3ème fournisseur de la Mongolie (363 M USD, 8,3%) grâce aux ventes de véhicules (66% des importations depuis le Japon). Il est suivi des Etats-Unis et de la Corée du Sud (Cf. Annexe 2).

La France a progressé de 5 places et se situe au 14ème rang des pays fournisseurs en 2017 (6ème européen). Les exportations françaises vers la Mongolie ont atteint 33 M USD l’année passée (contre 19,5 M USD en 2016). Cette tendance se poursuit début 2018 avec une hausse des exportations françaises vers la Mongolie de 23% au premier trimestre 2018.

* * *

Le commerce extérieur de la Mongolie se caractérise par  une forte dépendance vis-à-vis de ses deux grands voisins : la Russie pour son approvisionnement en pétrole et surtout la Chine son principal client et fournisseur. La Mongolie tente de renforcer la valeur ajoutée des produits d’exportation, à travers une transformation des matières premières, et de créer de nouvelles filières tournées vers l’export, notamment dans l’agriculture et la filière viande. Ces politiques sont appuyées par les bailleurs de fonds (Banque mondiale, BAD…). La prépondérance des exportations minières devrait néanmoins se maintenir en lien avec le développement des grands projets miniers : mine de cuivre et d’or d’Oyu Tolgoï, mine de charbon de Tavan Tolgoï et mine d’or de Gatsuurt. La mise en œuvre du programme du FMI signé en main 2017 a eu des conséquences très favorables sur l’économie mongole en 2017, confirmées par la 4ème mission du FMI en mai 2018. Les prévisions de croissance du commerce extérieur pour 2018 sont néanmoins très fortement assujetties aux variations des cours des matières premières et à la demande chinoise.

* * *

Annexe statistique

 

  1. Répartition des échanges par produit
  2. Principaux pays clients et fournisseurs

 

Annexe statistique

1. Répartition des échanges par produits

 

Répartition des échanges par produits

 

Répartition des échanges par produits

 

2. Principaux pays clients et fournisseurs de la Mongolie en 2016

 

Rang

Pays fournisseur

Montant (en millions de dollars)

1

Chine

1 427,8

2

Russie

1 217,3

3

Japon

363,1

4

Etats-Unis

208,4

5

Corée du Sud

197,7

6

Allemagne

128,3

7

Pologne

48,3

8

Italie

45,8

9

Malaisie

40

10

Vitenam

39,8

14

France

32,4

Total

4 335,5

Rang

Pays client

Montant (en millions de dollars)

1

Chine

5 307,5

2

Royaume-Uni

660,5

3

Russie

67,7

4

Italie

43,3

5

Singapour

26,1

6

Japon

14,8

7

Allemagne

11,6

8

Corée du Sud

11,6

9

Etats-Unis

8,3

10

Iran

8,3

11

France

5,7

12

Australie

3,5

Total

6 200,7

  Sources : Socio-economic situation of Mongolia 2017/12, National Statistics Office of Mongolia

 

Clause de non-responsabilité - Le service économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

 

Publié le