Le commerce extérieur et les IDE de la Macédoine du Nord en 2020

La Macédoine du Nord a subi une récession de -4,5 % en 2020, après une croissance de +3,2 % en 2019. Ses échanges commerciaux ont diminué de -10,4 % en g.a. en 2020 sous l’effet de la crise économique mondiale, diminuant légèrement le déficit commercial du pays a -16,9 % du PIB en 2020. L’UE reste le 1er client de la Macédoine du Nord, recevant plus de 77,5 % de ses exportations et son 1er fournisseur avec 46,3 % de part de marché en 2020.

1/ Des échanges dynamiques, portés par les entreprises étrangères

En 2020, le déficit commercial s’est légèrement rétracté atteignant -1,8 Md EUR, soit ‑16,9 % PIB, contre -2,0 Mds EUR en 2019 soit -18,0 % du PIB. Les échanges commerciaux de la Macédoine du Nord ont diminué de -10,4 % en g.a. en 2020, s’élevant à 13,4 Mds EUR contre 14,9 Mds EUR en 2019. Le déficit de la balance des biens, partiellement compensé par l’excédent du solde des revenus secondaires, a cependant baissé de -19,9 % en g.a s’élevant à 1,4 Md en 2021. Le déficit du compte courant s’est quelque peu dégradé passant de ‑3,3 % du PIB en 2019 à ‑3,5 % en 2020.

Les autorités macédoniennes ont créé des zones franches en 2006 pour attirer des entreprises étrangères. Parmi les principales firmes étrangères implantées figurent des fabricants de pièces de voitures et de bus, des entreprises spécialisées dans l’industrie chimique, etc. Toutefois, l’impact des entreprises étrangères sur le tissu économique du pays est atténué par le fait qu’elles importent l’essentiel de leurs intrants. Le pays continue de présenter un indice de complexité économique peu élevé (¬ 0,18 en 2019) signe d’une production à faible valeur ajoutée

La Macédoine du Nord est membre de l’Accord de libre-échange centre européen (CEFTA). Elle a rejoint l’OMC en 2003. Elle est candidate à l’adhésion à l’UE depuis 2005 et dispose d’un accord de stabilisation et d’association avec elle. Le 26 mars 2020, le Conseil européen a donné son aval à l’ouverture des négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE.

2/ Une prédominance du secteur des transports dans l’appareil productif
       A.  Les exportations sont principalement portées par le secteur du transport

Le premier poste d’exportation est celui des « machines et matériel de transport » qui représente 33,0 % du total des ventes (soit 1,9 Md EUR) et qui affiche une baisse de -10,2 % en ga en 2020. Dans le détail, les machines et équipements électriques occupent la 1ère place au sein de cette rubrique (14,8 % des exportations totales soit 854,3 M EUR), suivies des machines et appareils industriel (12,6 % soit 726,3 M EUR) et des véhicules routiers (4,3 % soit 247,8 M EUR).

Le 2ème poste d’exportation est constitué des produits chimiques et produits connexes, en diminution de -11,7 % en g.a. en 2020. Ils comptent pour 23,8 % du total des exportations (soit 1,4 Mds EUR) et incluent principalement les produits chimiques (20,0 % soit 1,1 Md EUR) et pharmaceutiques (1,9 % soit 10,9 M EUR).

Le 3ème poste est composé des produits manufacturés (14,7 % du total, soit 850,4 M EUR), sensiblement au même niveau qu’en 2019.

Le 4ème poste est composé du fer et de l’acier qui représente 9,6 % des exportations totale soit 556,1 M EUR.

       B Les importations restent majoritairement composées de produits manufacturés

Les 1er poste d’importation est composé des produits manufacturés représentant 35,7 % des achats totaux soit 2,7 Mds EUR, en baisse de ‑13,6 % par rapport à 2019. On y retrouve principalement : les métaux non ferreux (14,1 % soit 1,1 Md EUR), les articles minéraux non métalliques manufacturés (5,8 % soit 440,0 M EUR) et les fils, tissus, articles textiles façonnés et produits connexes (5,2 % des 393,0 M EUR).

Les machines et matériels de transport constituent le 2ème poste d’importations (1,7 Md EUR ; 22,0 % du total), en baisse de -8,9 %. Il comprend notamment les machines, le matériel et les appareils électriques (9,0% soit 686,6 M EUR), les véhicules routiers (324,8 M EUR soit 4,3 %) et la machinerie industrielle générale (3,1 % soit 237,0 M EUR).

Le 3ème poste est composé des produits chimiques et produits connexes (14,3 % des importations totales soit 1,1 Mds EUR), en hausse de +8,3 %. On y retrouve les produits chimiques inorganiques (3,4 % soit 254,4 M EUR), les médicaments et produits pharmaceutiques (2,8 % soit 214,5 M EUR).

3/ Le pays reste toujours très intégrée dans la chaîne de production allemande

L’UE est le plus important client de la Macédoine du Nord, recevant plus de 77,5 % de ses exportations en 2020 contre 79,0 % en 2019. La Macédoine du Nord s’est en effet davantage intégrée dans les chaînes de production européennes : les ventes vers certains pays de l’UE s’expliquent dans une large mesure par les investissements réalisés en Macédoine du Nord, notamment dans les zones franches. Le premier client du pays est l’Allemagne qui absorbe 26,4 % des exportations totales. Le deuxième client est la Bulgarie (9,8 %), suivi du Kosovo (8,8 %) et de la Serbie (6,1 %). La Grèce en 7ème position en 2019, est désormais le 5ème client de la Macédoine du Nord. La France se situe à la 24ème position, absorbant 0,9 % de ses exportations.

L’Union européenne est également le premier fournisseur de la Macédoine du Nord, avec 46,3 % de part de marché en 2020. Cette part est cependant en baisse puisque l’UE représentait 62,4 % des importations macédoniennes en 2019. Cette différence s’explique cependant principalement par le Brexit, le Royaume-Uni étant le premier pays fournisseur de la Macédoine absorbant 15,4 % de ses importations. Le deuxième fournisseur est l’Allemagne (10,7 %) suivie de la Serbie (7,4 %), de la Chine (6,9 %) et de la Grèce (5,9 %). La France est le 18ème fournisseur de la Macédoine du Nord représentant 1,7 % de ses importations.

4/  Un Ralentissement de la progression du stock d’IDE en 2020

 Selon la Banque nationale de la république de Macédoine du Nord, le stock d’IDE en Macédoine du Nord s’établit en  2020, à 5,8 Mds EUR, soit 52,9 % du PIB, enregistrant une très légère progression de +0,4 % par rapport à 2019, après une progression de +6,0 % en 2019.

Les principaux investisseurs directs[1] en termes de stock d’IDE sont en 2020, l’Autriche (13,5 % du stock total), le Royaume-Uni (11,4 %), la Grèce (9,1 %), la Slovénie (7,1 %) et les Pays-Bas (7,0 %). La France était le 45ème investisseur en Macédoine du Nord en 2020 en termes de stock avec un total d’IDE de 4,2 M EUR (à la même position qu’en 2019). En Flux, les IDE français ont progressé de 0,07 M EUR en 2020. La France était le 45ème investisseur en Macédoine du Nord en 2020 en termes de stock avec un total d’IDE de 4,2 M EUR (à la même position qu’en 2019).

Les flux d’IDE ont atteint 239,8 M EUR en 2020, représentant 2,2 % du PIB contre 398,8 M EUR en 2019, soit une baisse de -39,9 %. Ils n’ont donc que partiellement couvert le déficit de la balance courante (-3,5 %).

 

Les échanges extérieurs de biens de la Macédoine du Nord (en Mds EUR) :

data

Source׃ NBRM

Part des principaux produits dans les échanges commerciaux de la Macédoine du Nord :

data

Source׃ NBRM

Les dix premiers clients de la Macédoine du Nord, en M EUR et en % :

data

Source׃ NBRM

Les dix premiers fournisseurs de la Macédoine du Nord, en M EUR et en % :

data

Source׃ NBRM

Principaux pays investisseurs en fonction de la part du stock d’IDE :
data

Source׃ NBRM

Principaux pays investisseurs en fonction de la part du stock d’IDE :
data

Source׃ NBRM

Flux d’IDE français en M EUR:

data

Source׃ NBRM



[1] Les données ont été compilées selon la méthode de l’investissement direct (et non ultime), dans le respect des exigences méthodologiques de la 6ème édition du Manuel de la balance des paiements et de la position extérieure globale du FMI.

Publié le