Relations bilatérales

Le commerce bilatéral France-Madagascar en 2019

En 2019, les exportations françaises vers Madagascar ont augmenté de 1,9 % passant à 378 M€, les importations ont significativement baissé de 10 % à 562 M€. La France est en situation de déficit structurel vis-à-vis de Madagascar, celui-ci atteignant -183 M€ en 2019 contre -256 M€ en 2018. Le commerce bilatéral entre la France et Madagascar représente 940 M€ en 2019, un niveau largement supérieur à sa moyenne décennale (752 M€). Selon les données CNUCED en 2018, La France est le 3ème fournisseur de la Grande Île (7% de parts de marché), devancée par la Chine (22%) et les Emirats Arabes Unis (12%). La France est également le 2ème client de Madagascar en 2018 (20,5% des exportations malgaches, légèrement devancée par les Etats-Unis (22%).

Le déficit commercial de la France vis-à-vis de Madagascar est en baisse, atteignant -184 M€ en 2019

La France accuse un déficit commercial structurel vis-à-vis de Madagascar : les exportations augmentent légèrement en 2019, passant de 371 M€ à 378 M€ (+1,9%), et les importations baissent significativement de 626 M€ à 562 M€ (-10%). Les exportations s’élèvent en moyenne à 315 M€ sur 10 ans, tandis que la moyenne des importations est de 437 M€ (562 M€ en 2019). Le volume des échange bilatéraux était de 752 M€ en moyenne sur la décennie. En constante augmentation depuis 2010, il baisse pour la première fois de 997 M€ à 940 M€ en 2019. Madagascar est le 81ème client de la France, son 67ème fournisseur et son 46ème déficit.

Nos exportations, en légère hausse en 2019, sont dominées par les produits textiles et agroalimentaires

En 2019, les exportations françaises vers Madagascar ont augmenté de 1,9 % passant à 378 M€. Leur structure évolue peu, avec près de trois quarts concentrés sur quatre secteurs (73%) :

  • Les produits textiles, habillement, cuir et chaussures (114,8 M€, soit 30 %), en légère hausse de 4 % en 2019 ;
  • Les équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique (84,2 M€, 22 %), en baisse de 8% en 2019, en raison notamment de la diminution de nos ventes d’ordinateurs et d’équipements périphériques (-11%); 
  • Les produits agroalimentaires (45,5 M, 12 %), dont la hausse de 10 % sur l’année s’explique par la forte hausse de nos ventes d’aliments pour animaux de ferme (15 M€, +14%) et de produits laitiers et de fromage (5,1 M€, +37%);
  • Les produits pharmaceutiques (29,8 M€, 8 %) augmentent de 11% en 2019 en raison des bonnes performances des laboratoires Sanofi, Servier et Upsa.
Nos importations, en baisse sur l’année 2019 et concentrées dans les produits de rentes

En 2019, les importations françaises depuis Madagascar ont significativement baissé de 10 % à 562 M€, et restent à 91 % concentrés sur trois secteurs :

  • Les produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture (200,2 M, soit 36 %), en forte baisse de 17% en 2019. Cette baisse s’explique par la diminution de 23% de nos achats de « plantes à épices, aromatiques, médicinales et pharmaceutiques », consécutive à la baisse des prix de la vanille sur le marché international ;
  • Les produits textiles, habillement, cuir et chaussures (185,6 M€, 33 %), stables (+0,6%) en 2019, qui continuent à profiter du dynamisme des entreprises franches suite au retour de Madagascar dans l’ordre constitutionnel en 2014 ; 
  • Les produits agroalimentaires (123,5 M€, 22 %), en baisse de 16% en 2019 en raison notamment de la diminution de 17% de nos achats de « préparation et conserves à base de poisson et de produits de la pêche ». L’épidémie de white spot a entraîné une diminution des ressources crevettières malgaches.

 

Publié le