Le commerce extérieur du Monténégro en 2019

Depuis son indépendance en 2006, le Monténégro enregistre un déficit commercial préoccupant, qui représente 44,5 % du PIB en 2019. L’économie monténégrine repose essentiellement sur le secteur des services et notamment du tourisme. Si la Serbie demeure le principal partenaire commercial du Monténégro, l’Union européenne représente plus de 48% des échanges et la Chine est désormais le troisième fournisseur du pays.

Le déficit commercial du Monténégro atteint un niveau préoccupant

Le déficit commercial monténégrin (2,19 Mds EUR) s’est creusé par rapport à 2018 même si son poids relatif au PIB est resté stable. Le creusement de ce déficit est dû à la hausse continue des importations depuis plusieurs années, non compensée par la hausse des exportations étant donné leur faible volume.

Les exportations du Monténégro s’élèvent à 415 M EUR en 2019, en hausse de 3,8% par rapport à 2018. L’augmentation est principalement le fait de la hausse de la production de liège et de bois (+ 21,8%) et d’électricité (+ 13,7%). La légère hausse des importations (2,60 Mds EUR en 2019), de 1,8% par rapport à 2018, s’explique en grande partie par une augmentation des importations d’articles manufacturés divers (+ 8,6%, notamment du mobilier et des biens vestimentaires), et de produits alimentaires et animaux vivants (+ 7,0%).

La balance des services (1,02 Md EUR) a augmenté de 9,0% en 2019, grâce notamment à une très bonne saison touristique qui contribue à hauteur de 1,04 Md EUR au PIB du pays, soit plus de 20%. Dans ce contexte, le déficit du compte des biens et services a légèrement reculé en 2019 (21 % du PIB en 2019, contre 24% en 2018). Selon la Banque centrale du Monténégro, ce déficit du compte des biens et services, qui pèse lourdement sur le solde du compte courant (-744 M EUR en 2019, en baisse de 6% par rapport à 2018), est largement corrélé au cycle d’investissements du pays, qui devrait se stabiliser en 2019 après plusieurs années de forte hausse.

 

Le Monténégro exporte essentiellement des produits fabriqués à partir de metaux non ferreux et importe en grande partie des matériels de transport ainsi que des produits alimentaires

Près d’un quart des exportations du Monténégro, soit 97,2 M EUR, sont des produits manufacturés faits de métaux non ferreux (dont l’aluminium). Ils proviennent essentiellement du Kombinat Aluminijuma Podgorica (KAP) et de l’aciérie Toscelik de Nikšić, rachetés en 2014 par des investisseurs privés (Uniprom). Alors que les exportations d'aluminium représentaient 55 % des exportations totales de marchandises en 2007, la part de l'aluminium a diminué ces dernières années, et représente aujourd’hui moins de 20% des marchandises exportées.

 Avec 90,3 M EUR, les ventes de combustibles minéraux, de lubrifiants et matières apparentées constituent le deuxième poste des exportations monténégrines, en hausse de 10,1% par rapport à 2018. Cette hausse s’explique principalement par l’exportation d’électricité, qui a augmenté de 13,7% par rapport à 2018. En troisième lieu, les matériaux bruts s’établissent à 89,4 M EUR en 2019, enregistrant une hausse de 10% par rapport à 2018. Cette hausse est principalement due à l’augmentation de la production de liège et de bois (32,9 M EUR, en hausse de 21,8%).

Le Monténégro a importé 577,7 M EUR de biens d’équipement et de matériel de transport en 2019 (soit 22% des importations totales), en baisse de 10,5% par rapport à 2018. Le deuxième poste d’importations du pays est celui des produits alimentaires avec 474,3 M EUR en 2019 (soit 18,2 % des importations totales), en hausse de 7,0 % par rapport à 2018. Les produits manufacturés (essentiellement des produits faits à partir de minéraux non métalliques, de fer et d’acier) correspondent au troisième poste d’importations monténégrines et représentent 471,1 M EUR en 2019 (soit 18,1% des importations totales), en légère hausse (+ 2%) par rapport à 2018.

La Serbie demeure le principal partenaire commercial du Monténégro

La Serbie est le premier client du Monténégro avec 107,9 M EUR d’exportations en 2019 (+16% par rapport à 2018), soit plus d’un quart des exportations totales du Monténégro. La Hongrie prend la deuxième place avec 44,9 M EUR, en baisse de 3% par rapport à 2018. La Bosnie-Herzégovine occupe la troisième place avec 29,8 M EUR, en recul de 4% par rapport à 2018. Suivent ensuite le Kosovo (+72% par rapport à 2018, les produits monténégrins s’étant en partie substitués aux produits en provenance de Serbie et de Bosnie-Herzégovine, soumis à une hausse de 100% de la taxe à compter de novembre 2018) et la République Tchèque.

La Serbie est aussi le premier fournisseur du Monténégro. Le Monténégro importe de ce pays 500,3 M EUR en 2018 (représentant 19,2 % des importations totales). L’Allemagne est le deuxième fournisseur du Monténégro avec 244,1 M EUR, en hausse de 4% par rapport à 2018. La Chine perd une place par rapport à 2018 mais reste le troisième fournisseur du Monténégro avec 221,6 M EUR, soit une baisse de 14% par rapport à 2018. Cela s’explique par les gros investissements réalisés en 2018 par des entreprises chinoises pour la construction de l’autoroute Bar-Boljare.

L’UE représente 46,9% des échanges du Monténégro, tandis que les pays du CEFTA en représentent 30,8%.

 

 

L’aggravation du déficit commercial du Monténégro représente un risque pour la stabilité macroéconomique du pays. La base productive du Monténégro est très étroite et a besoin d’être élargie afin de diversifier et d’augmenter les exportations. Les exportations de produits bruts et de produits manufacturés sont les deux principaux soutiens du commerce extérieur. Cependant, les exportations de produits manufacturés restent trop faibles pour conclure à un renouveau de l’industrie de transformation du pays. Le pays n’a pas la maîtrise du change, puisqu’il a adopté unilatéralement l’euro en 2002. 

 

 

 

ANNEXES

Ann 1

 

 Ann 2

Ann 3

 

 

Publié le