La relation économique bilatérale entre la France et le Liban

La France est un des principaux partenaires commerciaux du Liban, dont elle a été le septième fournisseur en 2017. Avec une part de marché 4%, le Liban constitue le dix-huitième excédent commercial de la France dans le monde en 2017. L’augmentation régulière du nombre d’entreprises exportant au Liban (4 707 en 2017, dont 93% étaient des microentreprises, PME et des ETI) traduit le dynamisme de la relation bilatérale.

La France est un des premiers partenaires commerciaux du Liban

La France se maintient parmi les premiers partenaires commerciaux du Liban. D’après les Douanes françaises, le volume des échanges commerciaux entre la France et le Liban a atteint 780 M€ en 2017. Structurellement favorable à la France, le solde de la balance commerciale franco-libanaise s’est établi à 686 M€ en 2017 (contre 838 M€ en 2016). Le Liban représentait le dix-huitième excédent commercial de la France dans le monde en 2017 et le deuxième au sein de la zone Proche-Orient, derrière l’Egypte.

Les exportations françaises au Liban

Le volume des exportations françaises vers le Liban a atteint 733 M€ en 2017, faisant de la France le septième fournisseur du Liban (4% de parts de marché). Les ventes françaises vers le Liban ont été dominées par les produits agro-alimentaires (21%), les produits pharmaceutiques (15%), les parfums, produits chimiques et cosmétiques (14%) et les équipements mécaniques, matériel électrique, et électronique (13%).

Les importations de produits libanais en France

Les importations de produits libanais en France sont marginales. Le volume de nos importations depuis le Liban a diminué de 1,2% l’année dernière, pour s’établir à 47 M€ en 2017. La France est le dix-huitième client du Liban et son quatrième client parmi les pays de l’Union Européenne. Les achats français au Liban ont été réalisés principalement dans le secteur des produits manufacturés (28%), des équipements mécaniques, matériel électrique, et électronique (22%), des produits agro-alimentaires (17%), et des produits textiles, cuir et chaussures (15%).

Les investissements directs

Le stock d’IDE français au Liban atteignait 598 M€ à la fin de l’année 2017, soit 4% du stock d’IDE français au Moyen-Orient. Les activités immobilières, avec une part de 36%, en sont la principale composante. Suivent les services financiers (13%) et l’industrie manufacturière (22%). Quant au stock d’investissements libanais en France, il augmente régulièrement depuis la fin des années 2000. Le stock d’IDE libanais en France s’élevait à 3,926 mds€ à la fin de l’année 2017, soit 45% du stock d’IDE du Moyen-Orient en France. Ils sont largement concentrés dans trois secteurs : transport maritime, services financiers et immobilier.

La présence française au Liban

Près d’une centaine d’entreprises françaises sont présentes au Liban dans des secteurs variés, tels que l’agro-alimentaire, les télécommunications et les services financiers. Même s’il est aujourd’hui inférieur à ce qu’il était au tout début des années 2000, le nombre des entreprises françaises qui exportent au Liban a sensiblement augmenté par rapport à ce qu’il était au milieu des années 2000, passant de 4064 en 2006 à 4707 en 2017. En 2016, 21% des entreprises françaises exportant au Liban étaient des microentreprises, 48% étaient des PME, 24% étaient des ETI et 7% étaient des grandes entreprises.

Publié le