Les relations commerciales bilatérales en 2020

La crise économique mondiale due à la pandémie a touché modérément le Kazakhstan avec une baisse du PIB de -2,6% en 2020. Elle marque cependant la première récession du pays depuis l’indépendance et a provoqué une baisse du volume des échanges de -11,6% en 2020 après +2,8% en 2019, dégageant un excédent commercial de 8,8 Mds USD. Les échanges bilatéraux franco-kazakhstanais restent structurellement dominés par l’importation de pétrole brut kazakhstanais (91,9% de nos échanges totaux) et ont donc particulièrement souffert de la chute brutale du prix du baril au 1er semestre 2020. La hausse de nos exportations vers le Kazakhstan est principalement imputable à la livraison de matériels de transports cette année.

I. Un recul des échanges commerciaux entre la France et le Kazakhstan en 2020

courbe

D’après les Douanes françaises, les échanges commerciaux franco-kazakhstanais ont baissé de -39,6% en 2020. La baisse du prix du pétrole brut en 2020 a fortement impacté nos importations en provenance du Kazakhstan, composées à 91,9% d’hydrocarbures. Elles ont baissé de -50,2% en 2020 à 1,58 Mds EUR. Nos exportations vers le Kazakhstan sont en hausse pour la troisième année consécutive : elles ont connu une progression de +40,5% en 2020, atteignant 590 M EUR. Cette augmentation provient notamment du fort dynamisme des exportations des aéronefs (+187% à 194 M EUR). Le déséquilibre est donc toujours très marqué, même si le taux de couverture progresse fortement pour atteindre 37,3%. En 2020, le Kazakhstan était le 2ème fournisseur de pétrole brut de la France, derrière les États-Unis, mais devant l’Arabie Saoudite et le Nigéria.

II. Le déficit de notre balance commerciale avec le Kazakhstan se réduit mais reste important.

balance

La balance commerciale entre la France et le Kazakhstan est structurellement déficitaire en notre défaveur du fait de l’importation massive de pétrole brut – pour mémoire, la balance commerciale globale du Kazakhstan est structurellement nettement bénéficiaire du fait de ses exportations d’hydrocarbures (58,2% du total en 2020). La France avait progressivement réduit son déficit commercial vis-à-vis du Kazakhstan de 2012 à 2016, essentiellement grâce à la diminution des importations (années marquées par une baisse du prix moyen du baril). La tendance s’est nettement inversée en 2017 (hausse en volume de nos importations de pétrole et augmentation du cours moyen de celui-ci). La tendance due à la pandémie semble n’être que conjoncturelle et les prix du pétrole recommencent à augmenter au deuxième semestre 2020.

III. Des exportations et importations toujours très conjoncturelles

tableau

Les exportations françaises vers le Kazakhstan ont progressé de +40,5% en 2020 (+20% en 2019). Avec une part de marché de 2,2% (contre 1,8% en 2019), la France est le 8ème fournisseur du Kazakhstan, loin derrière la Russie et la Chine.

long

En 2020, les exportations françaises vers le Kazakhstan étaient majoritairement composées d’aéronefs et engins spatiaux (32,7% du total), de locomotives et autre matériel ferroviaire roulant (15,7% du total), ainsi que de préparations pharmaceutiques (8,4%).

En 2020, la France est devenue le 8ème client du Kazakhstan, absorbant 4% des exportations kazakhstanaises (contre 6,3% en 2019). Elle se place derrière la Chine (19,2%), l’Italie (14,2%), ou encore la Russie (10,4%).

Clause de non-responsabilité - Le service économique s'efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l'utilisation et de l'interprétation de l'information contenue dans cette publication.

Publié le