Relations bilatérales

Commerce bilatéral – Bilan des échanges commerciaux franco-coréens en 2017

 

La Corée devient le 5ème excédent commercial de la France en 2017

Les exportations françaises vers la Corée enregistrent une progression marquée de 29,5 % en 2017 et passent pour la première fois au-dessus du seuil de 5 Md EUR. Elles ont notamment bénéficié d’un rebond des livraisons aéronautiques, après une année 2016 creuse. Les importations en provenance de Corée sont quant à elles en hausse de 4,9 %, poussées principalement par une forte hausse des achats de véhicules automobiles. L’excédent commercial de la France augmente de façon prononcée pour s’établir à 1,6 Md EUR, contre 621 M EUR en 2016. La Corée devient le 5ème excédent commercial de la France (3ème en Asie).

        1. Les exportations françaises vers la Corée progressent de 29,5 % pour atteindre un niveau record de 5 Md EUR

Après deux années de baisse en 2015 (- 2,9 %) et 2016 (- 19,5 %), les exportations françaises vers la Corée enregistrent une hausse marquée de 29,5 % en 2017 et s’établissent à 5 Md EUR, un niveau historiquement haut. Cette variation s’explique avant tout par le rebond des ventes aéronautiques, qui constituent le premier poste d’exportation français vers la Corée. Les exportations aéronautiques progressent en effet de 130 M EUR en 2016 à 870 M EUR en 2017 (17,3 % du total), après une année particulièrement creuse en 2016 en termes de livraisons. Ce rebond explique près des deux tiers du total de la hausse des exportations. Il est dû aux livraisons de 4 A350-900 auprès du groupe Asiana  (sur un contrat de 12 appareils). Le carnet de commandes des deux principales compagnies aériennes coréennes demeure fourni et devrait soutenir les exportations aéronautiques lors des années à venir.[1]

Hors aéronautique, les ventes vers la Corée progressent également de 10,8 % en 2017, reflétant le dynamisme de la majorité des principaux postes d’exportation français. Les ventes de produits chimiques, le 2ème poste d’exportation, progressent ainsi de 7,5 %, notamment grâce à l’augmentation des exportations de parfums et produits pour la toilette (+ 15,3 %) et de produits chimiques organiques (+ 29,5 %). Les exportations de machines industrielles, 3ème poste, sont également en hausse de 13,9 %, poussées avant tout par une forte augmentation des ventes d’équipements destinés à la fabrication de semi-conducteurs (+ 204,0 %), en lien avec le dynamisme de l’investissement des entreprises coréennes de ce secteur en 2017.

Les exportations de matériels de transport (hors aéronautique) continuent par ailleurs de progresser (+ 20,2 %) et constituent le 4ème poste d’exportation. Elles sont soutenues par la très nette hausse des ventes de véhicules automobiles en 2017 (+ 49,5 %), qui s’élèvent désormais à 252 M EUR. Les véhicules automobiles sont le 2ème contributeur à la hausse des exportations françaises vers la Corée en 2017.

Les exportations de produits des industries agroalimentaires, 5ème poste, sont elles aussi en hausse de 13,1 % en 2017, grâce à la progression de postes traditionnellement importants comme les produits laitier et fromages (+ 10,4 %) et les vins (+ 11,1 %), mais aussi à la très forte augmentation des ventes de produits à base de tabac (+ 575,5 %). Les ventes de produits de mode et de maroquinerie deviennent quant à elles le 6ème poste d’exportation (+ 9,3 %). Les produits informatiques, électroniques et optiques sont le seul poste d’exportation majeur à enregistrer une baisse en 2017 (- 10,1 %), en raison d’un recul des ventes d’appareils de mesure (- 17,5 %). La hausse des exportations de produits pharmaceutiques (+ 32,2 % à 182 M EUR) mérite par ailleurs également d’être signalée.

On remarquera que les exportations françaises vers la Corée sont diversifiées : aucun poste ne dépasse 20 % du total en 2017.

La Corée devient le 17ème client mondial de la France en 2017, en hausse de 7 places par rapport à l’année précédente, et demeure son 6ème client asiatique. Selon les chiffres des douanes coréennes[2], la France n’est toutefois que le 20ème fournisseur mondial de la Corée en 2017 (16ème en 2016) et son 4ème fournisseur européen (2ème en 2016), derrière l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. En termes de produits, la France est le 1er fournisseur de la Corée pour les vins, 2ème pour les produits cosmétiques, 3ème pour les produits de maroquinerie et 4ème pour les produits pharmaceutiques (en hausse de 2 places par rapport à 2016). La part de marché de la France dans les importations coréennes s’établit à 1,2 % en 2017, en baisse par rapport à l’année précédente (1,4 %).         

        2. Les importations en provenance de Corée augmentent de 4,9 % à 3,4 Md EUR

Les importations françaises en provenance de Corée augmentent pour la 3ème année consécutive en 2017. Cette hausse n’est toutefois pas uniforme et recouvre des variations importantes selon les postes.

L’augmentation des importations est avant tout le fait de la hausse des achats de véhicules automobiles, qui progressent de 73,7 % en 2017 pour atteindre 679 M EUR. Les matériels de transport demeurent par conséquent le premier poste d’importation (26,3 % du total), malgré une forte baisse des achats de navires (- 75,5 %). Cette progression marquée contraste avec le manque de dynamisme des ventes d’automobiles coréennes au niveau mondial (+ 3,6 % en 2017). Les achats de produits électroniques et informatiques, 2ème poste d’importation, reculent quant à eux de 8,8 %, en raison d’une nette baisse des importations de composants électroniques (- 41,8%) et d’ordinateurs (- 14,6 %), que la hausse des achats d’équipements de communication (+ 19,7 %) et de produits électroniques grand public (+ 6,3 %) ne vient pas compenser.

Les équipements électriques progressent également en 2017 (+ 22,2 %) et demeurent le 3ème poste d’importation, notamment en raison d’une nouvelle hausse des achats de piles et accumulateurs électriques (+ 50,9 %), qui sont le 2ème principal contributeur à la hausse des importations. Les importations de produits chimiques, 4ème poste sont également en hausse (+ 7,3 %), grâce au dynamisme prolongé des achats de produits cosmétiques (+ 29,3 %). Les importations de machines industrielles, 5ème poste, augmentent elles aussi de 20,1 %. Les importations de pétrole raffiné, qui constituaient le 5ème poste d’importation en 2016, enregistrent une baisse majeure (- 56,8 %), en dépit de la hausse du cours du pétrole en 2017.

La hausse des importations en provenance de Corée est comparable à celle de l’ensemble des importations françaises hors énergie en 2017 (+ 5,1 %). Elle est nettement moins marquée que la progression des exportations coréennes sur la même période (+ 15,8 %). La France passe du 32ème au 29ème rang des clients de la Corée (6ème européen), alors que la Corée devient le 31ème fournisseur de la France, en recul d’un rang par rapport à 2016.

        3. Hausse marquée de l’excédent commercial français à 1,6 Md EUR en 2017

L’excédent commercial français enregistre un net rebond en 2017, après un creux à 621 M EUR en 2016 dû aux faibles livraisons aéronautiques. Il ne renoue toutefois pas avec les niveaux record enregistrés en 2014 (1,9 Md EUR) et 2015 (1,7 Md EUR). Il s’agit de la 7ème année consécutive d’excédent avec la Corée. La Corée devient le 5ème excédent commercial de la France en 2017 (20ème en 2016), alors que l’accroissement de l’excédent commercial français avec la Corée contraste avec le creusement du déficit commercial français au niveau mondial enregistré en 2017. Les échanges commerciaux totaux entre la France et la Corée augmentent quant à eux de 18,8 %  à 8,4 Md USD en 2017.

Comme lors des années précédentes, l’importance de l’excédent commercial français avec la Corée dépend avant tout du calendrier des livraisons aéronautiques, qui demeurent la principale source de l’excédent français dans les échanges commerciaux bilatéraux (813 M EUR). Le secteur des produits chimiques et cosmétiques est toutefois également fortement excédentaire (468 M EUR), tout comme celui de l’agroalimentaire (320 M EUR) et des machines industrielles (300 M EUR). L’importance de l’excédent français avec la Corée est notable, dans la mesure où il est avant tout le fait de produits industriels à haute valeur ajoutée, alors même que la Corée dispose d’un très fort excédent commercial au niveau mondial (95 Md USD en 2017).



[1] En plus du contrat pour 12 A350-900 mentionné, Asiana attend 9 A350-1000 et 9 A350-900 supplémentaires, ainsi que 25 A321neo. Korean Air attend également 30 A321neo.

[2] Les chiffres concernant la part relative de la France dans les importations coréennes proviennent des douanes coréennes. Ils diffèrent substantiellement des données des douanes françaises, tant en montant qu’en tendance.

Publié le