Commerce extérieur en 2019 et 2020

 

Dans le contexte de crise économique mondiale, le commerce extérieur coréen connaît une contraction significative après une année 2019 déjà morose. Les exportations de la Corée du Sud ont baissé de 11,3 % en valeur à 241 Mds USD et les importations se sont réduites de 9,1 % à 230 Mds USD durant le premier semestre 2020. Le solde commercial demeure positif mais chute de 41,9 % à 10,8 Mds USD.

Résumé du commerce extérieur en 2019

En 2019, les exportations coréennes ont diminué de 10,5 % pour atteindre 542 Mds USD et les importations de 5,9 % à 503,3 Mds USD le solde commercial diminuant de 44,8 % à 38,9 Mds USD. La principale raison de cette baisse des exportations est la chute des exportations en valeur des semi-conducteurs dans un contexte de baisse des prix causée par une offre mondiale trop abondante qui a entrainé une baisse de 25,9 % des ventes à 93,9 Mds USD.

Les exportations au premier semestre 2020 ont souffert du ralentissement de l’économie mondiale  

Les exportations coréennes ont diminué de 11,3 % en valeur lors du premier semestre 2020 par rapport au premier semestre de 2019 et s’établissent à 241 Mds USD. Les exportations s’étaient déjà réduites de 8,6 % durant le S1 2019 (et de 10 % sur l’ensemble de l’année 2019), ce qui s’expliquait par la baisse des prix des semi-conducteurs, particulièrement hauts en 2018 qui était donc une année exceptionnelle pour les exportations coréennes.

Le secteur souffrant le plus de la crise sanitaire est celui des transports, en baisse de 22,7 % (33 Mds USD) et principalement celui des voitures (- 27 %) à 15,0 Mds, dont les ventes furent limitées par le confinement d’une large partie de la population mondiale. L’industrie métallurgique essuie aussi une lourde chute de 14,4 % à 18 Mds USD. Enfin, les ventes équipements industriels se contractent de 8 % pour atteindre 27 Mds USD. La baisse des exportations de ces deux derniers secteurs est le signe du ralentissement, temporaire, de la production industrielle dans de nombreux pays et notamment la Chine.

Toutefois, plusieurs secteurs parmi les plus importants n’ont pas vu leurs ventes diminuer de la même ampleur. Le premier d’entre eux est celui des équipements électriques qui ne perdent que 6 % à 75 Mds USD. Ce secteur est largement porté par les semi-conducteurs dont les exportations restent stables (- 1 %) à 47 Mds USD, avec une légère remontée des prix des puces de mémoires DRAM dont la Corée est le principal producteur[1]. Les ventes de la chimie et la pétrochimie se sont contractées de 6,1 % pour atteindre 37 Mds USD.

La Chine (- 6,4 %, à 61 Mds) demeure le principal marché des exportations coréennes et voit même son importance dans le commerce extérieur de la Corée grandir, étant la destination de 25,5 % de ses produits, contre 24,2 % au S1 2019. Les exportations à destination de l’ASEAN ont chuté de 10,6 % à 42 Mds, dont 23 Mds à destination du seul Vietnam. Les exportations vers les Etats-Unis (- 6 %, à 35 Mds) et encore plus vers l’Union Européenne (- 11,6 % à 24 Mds) se sont aussi fortement contractées, demeurant toutefois plus importantes que celles à destination de Hong Kong (15 Mds, - 7,4 %) et du Japon (13 Mds, - 10,1 %).

 

La chute du prix des hydrocarbures réduit le montant des importations coréennes au premier semestre 2020

Les importations coréennes, diminuant de 9,1 % en valeur à 230 Mds USD, ne baissent donc pas autant que les exportations. Elles avaient déjà diminué de 4,9 % au S1 2019 (et de 3 % sur l’ensemble de l’année 2019).

Cette évolution de la valeur des importations s’explique principalement par une importante diminution des achats d’hydrocarbures (- 35,7 %, à 48,1 Mds USD), qui deviennent le deuxième secteur d’importation. Hors hydrocarbures, les importations coréennes ne se rétractent que de 3,3 %. Une baisse de la consommation a ainsi largement réduit la facture énergétique de la Corée. En dehors de ce secteur, la chimie et la pétrochimie (- 6,1 %, à 25 Mds), ainsi que les industries métallurgiques (- 13,7 %, à 18 Mds), sont parmi les chutes les plus importantes, ce qui reflète, comme pour les exportations, un ralentissement global de la production. Enfin les achats de textile et maroquinerie se contractent de 7 % à 10 Mds, sur fond de chute des ventes dans les magasins duty free.

A l’inverse les importations de plusieurs secteurs sont restées relativement stables ou ont augmenté. Les équipements électriques, dont les importations ne chutent que de 3 % à 48,5 Mds, deviennent donc le premier secteur d’importation. Les achats d’équipements industriels ont même augmenté de 6 % à 22 Mds durant le semestre. Une large partie de cette augmentation est due à des importations plus nombreuses de machines de production pour les usines de semi-conducteurs (passées de 5,2 Mds à 7,7 Mds).

La Chine demeure le principal pays fournisseur de la Corée (- 5 %, à 51 Mds) devant les Etats-Unis (- 0,4 %, à 30 Mds). Les importations en provenance de l’Union Européenne ont augmenté de 3,8% à 28 Mds durant le semestre, portées par une forte croissance des ventes d’automobiles allemandes (+ 38,6 % à 3,1 Mds). Les importations en provenance du Japon se contractent de 9,9% à 22 Mds. Alors que le Vietnam maintient ses ventes à la Corée (10 Mds, + 0,6 %) celles de l’ASEAN dans son ensemble baissent de 2,7 % à 27 Mds, étant maintenant devancée par l’UE.

                                                                                                                                                      

Le solde commercial coréen demeure positif à 10,9 Mds USD mais se réduit de 40,7 %, les principaux changements étant une augmentation de son déficit vis-à-vis de l’Allemagne de 20 % (5,8 Mds) ainsi qu’une réduction de son excédent vis-à-vis des Etats-Unis de 34 % (4,3 Mds).



[1] Samsung et SK Hynix représentent 74% des ventes de ce secteur.

 

 

 
Publié le