Le commerce extérieur du Kirghizstan en 2020

La crise économique mondiale due à la pandémie a fortement impacté le Kirghizstan avec une baisse du PIB de -8,6% en 2020. Elle a provoqué une baisse du volume des échanges à -17,8% en 2020 après +3% en 2019. Le pays affiche toujours une balance commerciale nettement négative, à -1,71 Mds USD, soit 22,2% du PIB. Ses exportations, stables, ont atteint un total de 1,97 Mds USD. Les métaux précieux et minerais – au premier rang desquels l’or – en représentent plus de la moitié (59,8%). 50,4% de ces exportations sont destinées au Royaume-Uni, qui a acquis la quasi-totalité de la production d’or kirghize en 2020. Les importations kirghizes s’élevaient à 3,68 Mds USD en 2020. Bichkek se fournit principalement auprès de ses voisins, mais surtout auprès de la Russie (à elle seule 35,7% des parts de marché en 2020). Le panier de produits importés est plutôt varié, seules la part des hydrocarbures se détachant légèrement (15% du total).

I. Un ralentissement à relativiser des échanges commerciaux

Courbe

Pour mémoire, après un pic à 7,76 Mds USD en 2013, le commerce extérieur kirghize a connu trois années de baisse consécutives avant de rebondir en 2017. L’année 2020 a été marquée par une nouvelle chute des échanges commerciaux à -17,8%, notamment lié à un fort recul conjoncturel des importations. Ces dernières ont atteint 3,68 Mds USD contre 1,97 Mds USD pour les exportations, ce qui constitue respectivement une baisse de -25% et une valeur stable pour les exportations.

On peut noter que les restrictions imposées par la Chine aux frontières avec le Kirghizstan en raison de la pandémie ont fortement impacté les échanges commerciaux entre les deux pays. En 2020, les exportations kirghizes vers la Chine ont ainsi baissé de -46,9% à 43 M USD et les importations de -57,5% à 737 M USD. Ceci profite néanmoins à la balance commerciale qui s’est améliorée en 2020 à -1,71 Mds USD (-2,94 Mds USD en 2019).

carte

II. Des exportations soutenues par la hausse du cours de l’or

En 2020, les métaux précieux et minerais représentaient comme à l’accoutumée plus de la moitié des exportations de biens du Kirghizstan avec 59,8% (51,5% en 2019) du total pour 1,18 Mds USD, en augmentation de +16,2% par rapport à 2019 et de +45,6% sur 2 ans. Ce résultat rappelle que l’économie du pays, peu diversifiée, dépend des exportations d’or, dont le Royaume-Uni est devenu le principal client en 2018, récupérant la place que la Suisse occupait depuis plusieurs années.

Ipso facto les exportations du pays sont donc sujettes à une volatilité élevée, qui dépendent essentiellement du cours de l’or et de la production de la principale mine du pays : Kumtor. Ces facteurs se font sentir aussi sur le PIB du pays, la courbe de la croissance étant fortement liée avec la production de la mine de Kumtor, cf. ci-dessous.or

En 2020, la hausse des cours de l’or a permis de compenser la baisse de la production de la mine et de compenser la baisse généralisés des autres biens kirghizes à l’export. Loin derrière, les combustibles minéraux représentent la deuxième denrée d’exportation du pays pour une valeur de 81,7 M USD (4,2% du total, en baisse de -31,9% par rapport à 2019), juste devant les légumes (78,5 M USD, 4% du total, -9,1% par rapport à 2019). Les autres produits d’exportation du Kirghizstan représentent tous moins de 4%, avec dans l’ordre :

4. produits comestibles d'origine animale (47,8M USD soit 2,4% du total) ;

5. Vêtements (44,4 M USD soit 2,3%) ;

6. Plastique (39,4 M USD soit 2%) ;

7. Fruits (38,8 M USD, soit 2%) ;

8. Voitures et autres véhicules terrestres (35,1 M USD, soit 1,8%) ;

9. Machines (34,7 M USD, soit 1,8%) ;

10. Cuivre (29,9 M USD, soit 1,5%).

rond

En 2020, les principales destinations des exportations kirghizes étaient le Royaume-Uni (990 M USD, 50,4% du total) et les pays voisins : le Kazakhstan (294 M USD, 15%), l’Ouzbékistan (153 M USD, 7,8 %) et dans une moindre mesure la Chine (43 M USD, 2,2 %) et le Tadjikistan (28 M USD ; 1,4 %). Non limitrophes mais partenaires traditionnels, la Russie et la Turquie sont aussi des marchés importants pour Bichkek avec respectivement 12,3 % et 3,8 % du total (242 et 75 M USD). Après le Royaume-Uni, le premier partenaire européen est l’Allemagne avec 0,7 % du total (13 M USD). La France a importé 0,35 M EUR de biens kirghizes en 2020 et est le 14ème client de Bichkek.

III. Des importations en provenance de Chine en forte baisse

En 2020, le montant des importations de biens s’est élevé à 3,68 Mds USD, en baisse de -25% par rapport à 2019. Le pays importe principalement des hydrocarbures, pour une valeur de 551 M USD en 2020 soit 15% du total, loin devant le fer et l’acier, qui représentent une valeur de 332 M USD soit 9% du total et les machines, appareils et engins mécaniques, qui représentent une valeur de 326 M USD soit 8,8% du total. Viennent ensuite :

4. Machines, appareils et matériels électriques (232 M USD soit 6,3% du total) ;

5. Produits pharmaceutiques (204 M USD soit 5,5%) ;

6. Automobiles (202 M USD soit 5,5%) ;

7. Matières plastiques (132 M USD soit 3,6%).

8. Bois (68 M USD soit 1,9%) ;

9. Tabac (63 M USD soit 1,7%) ;

10. Chaussures (61 M USD soit 1,7%).

car

En 2020, la Russie était de loin le premier fournisseur du Kirghizstan avec 35,7% de parts de marché (1,32 Mds USD), place qu’elle ravi à la Chine dont la part de marché est passée de 35,4% en 2019 à 20% en 2020 avec 737 M USD. Le Kazakhstan complète le podium avec 13,6% (500 M USD). Le premier pays européen en termes de part de marché est l’Allemagne, avec 52 M USD et 1,4% du total. La France était le 17ème fournisseur du Kirghizstan en 2020 (18,8 M EUR, 0,6% de part de marché).

Clause de non-responsabilité

Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Publié le