Commerce extérieur

Le commerce extérieur de la Jordanie en 2021

Les échanges commerciaux de la Jordanie sont en hausse de 23 %, ils ont atteint quasiment 22 Mds JOD (31 Mds USD) en 2021 contre 18 Mds JOD (25 Mds USD) en 2020. La Jordanie reste un importateur net, ses achats s’élèvent environ à la moitié de son PIB. Les exportations, ayant observé une augmentation de 18 %, ne permettent pas de réduire le déficit commercial qui enregistre une augmentation de 32 %. Les premières tendances de 2022 confirment la trajectoire de 2021 : les exportations sont robustes, tirées par l’effet prix des matières premières permettant de fabriquer les engrais mais les prix des hydrocarbures impactent négativement le déficit commercial.

En 2021, les importations ont représenté près de 48 % du PIB contre 39 % en 2020.

Les importations ont atteint 15,3 Mds JOD (21,6 Mds USD) en 2021 contre 12,2 Mds JOD (17,2 Mds USD) en 2020, soit une augmentation de plus de 25 %. Elles étaient en diminution depuis 2017 et ont été impactées par la pandémie de Covid-19 en 2020 (-10 % en glissement annuel -g.a.).

En 2021, la hausse des importations est tirée par l’augmentation des prix des hydrocarbures.

  • Le premier poste d’importation de la Jordanie, les produits pétroliers et dérivés, a atteint 1,8 Md JOD (2,6 Mds USD) en 2021 contre 1,3 Md JOD (1,8 Md USD) en 2020, soit une hausse de 43 %. Les produits pétroliers représentent 12 % du total des importations jordaniennes. Cette hausse est attribuée, entre autres, à l’augmentation des prix du pétrole et à la réouverture de l’économie jordanienne après les restrictions liées à la crise sanitaire, ce qui alourdit leur poids dans les importations jordaniennes (10 % du total en 2020).
  • Les véhicules et pièces détachées, deuxième poste d’importation, représentent, avec 1,1 Md JOD (1,6 Md USD), 7 % du total des importations, en hausse de 24 % en g.a.
  • Les importations de bijoux ont observé une hausse de 558 % en g.a. La raison de la hausse de ces importations reste peu claire. En 2021, c’est le troisième poste avec 6,5 % du total des importations pour un montant de 995 M JOD (1,4 Md USD).
  • Les céréales sont le sixième poste d’importation de la Jordanie soit 5 % du total. Les achats de céréales ont augmenté de 29 % en 2021 et ont atteint un montant de 717 M JOD (1 Md USD). Tirant les leçons de la crise sanitaire, le Roi avait demandé à son gouvernement de renforcer les stocks stratégiques de blé du pays ce qui a conduit à des achats en quantité exceptionnelle en 2021. Ces stocks, dans le contexte de la guerre en Ukraine, lui ont permis de retarder ses prochains achats sur un marché où les cours ont flambé.

Les principaux fournisseurs de la Jordanie sont les pays de la région et la Chine.

  • Les importations en provenance des pays arabes ont augmenté de 51 % et sont dominées par l’Arabie Saoudite qui reste le premier fournisseur de la Jordanie (15 % des parts du marché jordanien ; importations en hausse de 50 % en g.a.) ainsi que par les Emirats arabes unis, troisième fournisseur de la Jordanie (7 % des parts de marché ; +126 % en g.a.).
  • Les importations en provenance des pays d’Asie, non arabes, ont également augmenté de 23 %. La Chine est le deuxième fournisseur de la Jordanie avec 15 % des part de marché et une augmentation des achats jordaniens en provenance de ce pays de 16 % en g.a.
  • Les importations en provenance d’Israël ont, elles aussi, connu une forte augmentation de 44 % en raison des importations de gaz. Israël détient 3 % des parts du marché jordanien.
  • Les exportations de l’Union européenne ont observé une croissance de 14 %, tirées notamment par l’augmentation de 307 % des importations en provenance de la Suisse. La France détient 1,4 % des parts de marché en 2021 et est le cinquième fournisseur européen de la Jordanie.
  • Les Etats-Unis observent, en 2021, les mêmes niveaux qu’en 2020, 976 M JOD (1,4 Md USD) en 2020 et 988 M JOD (1,4 Md USD) en 2021. Cependant, les Etats-Unis perdent une place et deviennent le quatrième fournisseur de la Jordanie, sa part de marché est passée de 8 % en 2020 à 6 % en 2021.

En 2021, la hausse des exportations nationales n’est pas seulement due à la reprise.

Les exportations ont, elles aussi, augmenté entre 2020 et 2021 de 18 % et ont atteint 6,6 Mds JOD (9,4 Mds USD) en 2021 contre 5,6 Mds JOD (7,9 Mds USD) en 2020. Les exportations avaient été réduites pendant la pandémie de façon relativement modérée (-4,5 % entre 2019 et 2020). En 2021, elles enregistrent une bonne performance qui n’est pas entièrement due à la reprise post-pandémie, +12 % entre 2019 et 2021.

Les exportations nationales ont progressé de manière plus importante que les réexportations, respectivement +20 % et +1,4 %. Ces hausses concernent globalement tous les secteurs. Les exportations domestiques représentent 91 % des exportations totales. Elles sont toujours, en 2021, dominées par les vêtements (19 % du total), dont les ventes ont augmenté de 10 % et s’élèvent à 1,3 Md JOD (1,8 Md USD), soutenues par l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis et la production dans les zones industrielles qualifiées. Cependant, ce sont les engrais, ainsi que les matières premières qui servent à les fabriquer, qui ont connu les hausses les plus importantes en 2021. Les engrais, avec 872 M JOD (1,2 Md USD), sont le deuxième poste à l’export (13 % du total) et ont connu une hausse de 71 % par rapport à 2020. Les exportations de matières premières servant à les fabriquer, la potasse et le phosphate, ont augmenté respectivement de 35% et 55 %, se plaçant à la troisième et à la cinquième place. Les produits pharmaceutiques enregistrent une très légère baisse de 0,4 % mais reste le quatrième poste à l’export pour un montant de 421 M JOD (594 M USD). Les exportations de produits chimiques ont cru de 17 % et se placent avec 296 M JOD (416 M USD) en sixième place des exportations.

Les Etats-Unis restent le principal client de la Jordanie mais les exportations ont globalement augmenté vers toutes les zones géographiques tirées par les exportations d’engrais. Les exportations ont augmenté vers quasiment toutes les zones géographiques du monde, +32 % vers les pays asiatiques non-arabes, +30 % vers les pays de l’Union européenne, +29 % vers les pays de l’Amérique du Nord et +12 % vers les pays arabes. Les exportations vers les autres pays ont chuté de 4 %. Les Etats Unis restent le premier client de la Jordanie avec un peu plus d’un quart du total des exportations soit 1,6 Md JOD (2,2 Mds USD), en hausse de 30 %. L’Inde est le deuxième client de la Jordanie avec 15 % du total des exportations. Les ventes jordaniennes vers l’Inde ont augmenté de 48 % en 2021 par rapport à 2020, probablement grâce à des achats d’engrais. Il semble que ce soit également le cas du Brésil +190 %. L’Arabie saoudite, troisième client de la Jordanie (12 % des exportations totales), voit également ses importations en provenance de la Jordanie augmenter de 27 %.

Malgré la hausse des exportations, le déficit commercial ne s’améliore pas.

La croissance plus importante des importations que des exportations a induit une hausse du déficit commercial en 2021 de 32 % par rapport à 2020. Le déficit est passé de -6,6 Mds JOD (-9,3 Mds USD) en 2020 à -8,7 Mds JOD (-12,3 Mds USD) en 2021. Il représente ainsi 27 % du PIB en 2021 contre 21 % du PIB en 2020.

Le taux de couverture est également moins bon en 2021 qu’en 2020. Les exportations nationales permettent de couvrir 39 % des importations en 2021 contre 41 % en 2020.

 

Premières tendances de 2022 :

Les données du Département des statistiques (DoS), pour les cinq premiers mois de l’année 2022, montrent une augmentation importante à la fois des importations et des exportations par rapport à la même période de 2021, respectivement +35,8 % et +41,2 % menant à une hausse du déficit de +31,7 %. Les importations, 7,5 Mds JOD (10,6 Mds USD) lors des cinq premiers mois de 2022, sont affectées par l’augmentation mondiale des prix et plus spécifiquement des hydrocarbures : la facture pétrolière enregistre, par exemple, une augmentation de 68,1 % par rapport à la même période de 2021. Quant aux exportations, 3,4 Mds JOD (4,8 Mds USD) lors des cinq premiers mois de 2022, elles sont tirées par les engrais et les matières premières qui les composent (potasse, phosphate, etc.) dont les prix ont flambé dans le contexte de la guerre en Ukraine. Ainsi, la croissance du déficit commercial de la Jordanie, 4,2 Mds JOD (5,9 Mds USD) lors des cinq premiers mois de 2022, peut largement être attribuée aux hausses des prix mondiales et au coût des transports. Le FMI prévoit néanmoins une baisse du déficit courant en 2022 par rapport à 2021 (de -8,8 % du PIB en 2021 à -6,7 % du PIB en 2022).

Publié le