Les échanges de biens entre la France et la Jamaique en 2019

Alors que les exportations françaises avaient fortement augmenté en 2017 pour atteindre 49 M EUR, ces dernières ont fortement diminué en 2018 (-41,6% ; 28,6 M EUR), et continuent de se réduire en 2019, pour s’établir à seulement 23,5 M USD. Les importations depuis la Jamaique se sont également effondrées entre 2018 et 2019, passant de 58 M EUR à 21 M EUR en 2019 (soit une baisse de 63,7%).

Alors que les exportations françaises vers la Jamaïque avaient connu un dynamisme jamais rencontré depuis 2010, pour atteindre 49M EUR en 2017, une baisse importante de 41,6% avait été observée en 2018 (28,6 M EUR). Cette tendance se confirme en 2019, avec une baisse de 18% des exportations qui s’établissent à 23,5 M EUR. Les importations depuis la Jamaique ont également fortement diminué de 63,7% pour atteindre 21 M EUR, engendrant alors un excédent commercial de la France par rapport à la Jamaique de 2,4 M EUR. Au sein de la zone des Caraïbes anglophones, la Jamaïque est notre 7ème client et notre 3ème fournisseur après Trinité et Tobago et les Bahamas (en 2018 2ème fournisseur). Au sein de l’ensemble de la région Amérique Latine et Caraïbes, la Jamaïque est notre 24ème client (en 2018, 22ème client) et notre 21ème fournisseur (en 2018, 15ème fournisseur).

Ce boom des exportations en 2017, comptabilisant un total de 49 M EUR, s’explique par l’installation du hub régional de CMA-CGM à Kingston qui avait eu recours aux services de Vinci pour l’agrandissement du quai, entrainant alors une hausse très marquée des moteurs, génératrices et transformateurs électriques ainsi que des instruments et appareils de mesure. En 2018, les exportations de produits français ont fortement diminué pour n’atteindre que 28,6 M EUR. Cette tendance se confirme en 2019, pour n’atteindre seulement que 23,5 M EUR.

En 2019, le premier poste d’exportations de produits français demeure « les boissons alcoolisées distillées », avec une hausse de 32,3%, comptabilisant 5,6 M EUR. Les exportations de « vins » continuent leur progression en 2019 (+12,1%) pour s’établir à 1,9 M EUR, se positionnant ainsi comme le deuxième poste des exportations françaises. Alors qu’une chute importante des exportations de « moteurs, génératrices et transformateurs électriques » avait été observée en 2018 (-72,7%), ces dernières connaissent une légère hausse en 2019 (+8,4%) pour atteindre 1,6 M EUR, s’établissant comme le troisième poste des exportations françaises (en lien avec l’investissement d’INEO – centrale solaire). « Les produits laitiers et fromages » (5ème poste des exportations en 2018), continuent leur augmentation en 2019 (+2,4%), s’établissant comme le quatrième poste des exportations, à 1,5 M EUR. Enfin les ventes des « autres produits chimiques » ont connu une forte augmentation de 96%, à 1,3 M EUR et se positionne comme le sixième poste d’exportations. Les exportations de « moteurs et turbines à l’exclusion des moteurs pour avions, automobiles et motocycles » font de nouveau face à un déclin important (92,5%) pour atteindre seulement 102 K EUR (contre 1,4 M EUR en 2018). De la même manière, les exportations de « travaux de fonderie de fonte » ont fortement diminué (-74,2%), à 460 K EUR, alors qu’ils étaient le deuxième poste d’exportations en 2018 (1,8 M EUR). Les exportations de « machines pour le travail du caoutchouc ou des matières plastiques » ont également fortement régressé (-79,3%), à 252 K EUR.

En 2018, les importations depuis la Jamaïque avaient fortement augmenté (+112,7%) et s’établissaient à 58 M EUR. Cette forte hausse était essentiellement portée par les importations françaises d’aluminium. Toutefois en 2019, est observée une baisse significative des importations (-63,7%) qui atteignent 21 M EUR. Cette baisse s’explique principalement par la chute des importations d’aluminium (-79,9%) qui totalisent 10 M EUR (mais restent le premier poste d’importation). Les importations de « produits du raffinage du pétrole » ne représentaient qu’une part infime des importations en 2018 (166 EUR), en 2019, ces dernières se positionnent comme le deuxième poste d’importations, à 3,7 M EUR (en lien avec les activités de Total et de Rubis). Pour troisième année consécutive, « les préparations et conserves à base de poisson et de produits de la pêche » reculent légèrement (-2,3%) pour atteindre 3,5 M EUR. L’importation de « boissons alcoolisées distillées » avaient connu un dynamisme important en 2018 (2 M EUR), en 2019 une légère baisse est observée (-4,7%), à 1,9 M EUR.

 

On est, hors secteur bancaire, le premier investisseur direct européen. Les échanges commerciaux ne reflètent pas cette position.

 

Annexes :

Echanges commerciaux France-Jamaique

Millions d’euros

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

2018

2019

Exportation

17174

14226

16821

16941

16915

13912

22343

48981

28616

23474

Importation

9296

14249

14992

13948

33573

18532

11412

27312

58094

21073

Solde

7878

-23

1829

2993

-16658

-4620

10931

21669

-29478

2401

Source : Douanes françaises

Publié le