Le commerce bilatéral entre la France et l'Irlande en 2018

Echanges Fr IE

Après une légère diminution en 2017, les échanges commerciaux de biens entre la France et l’Irlande sont repartis à la hausse en 2018 (+2,5%), pour s’établir à 9,8 Md€. Selon les douanes françaises, nos exportations s’élèvent à 3,2 Md€, en hausse de 12,1%, alors que nos importations ont diminué de 1,5% à 6,6 Md€. Notre déficit commercial vis-à-vis de l’Irlande, 3,4 Md€, est en baisse de 11,5% par rapport à 2017. A l’inverse, les statistiques irlandaises estiment que l’Irlande affiche vis-à-vis de la France son plus important déficit commercial (6,0 Md€) – écart principalement dû aux activités de leasing aéronautique. La France est le troisième fournisseur de l’Irlande et son huitième client.

Les exportations françaises en Irlande sont en forte augmentation en 2018 (+12,1%)

Les exportations françaises en Irlande s’élèvent à près de 3,2 Md€ en 2018. Selon le CSO (Central Statistic office, équivalent irlandais de l’INSEE), la France est le 3e fournisseur de l’Irlande avec 12,6% de ses importations, derrière le Royaume-Uni (22%) et les Etats-Unis (17,5%). Le secteur chimie/pharmacie reste le principal débouché des exportateurs français qui fournissent des produits chimiques, parfums et cosmétiques (704 M€) ainsi que des produits pharmaceutiques (430 M€), le plus souvent non encore conditionnés pour la vente au détail. Les matériels de transport (avions et automobiles) figurent également en bonne place : la France a vendu pour près de 533 M€ en 2018. La France exporte également pour 479 M€ de produits agricoles et agroalimentaires.

Les produits chimiques et organiques de base constituent le premier poste de nos exportations (15,8 % du total). Le montants des exportations est en légère hausse en 2018 (+3,8% à 505 M€ contre 486 M€ en 2017). Les préparations pharmaceutiques (9,8% du total des exportations, soit 312 M€), en progression de 47,2%, contribuent fortement à la hausse des exportations vers l’Irlande. De même, les instruments et fournitures à usage médical et dentaire (123 M€) continuent leur progression (+9,3% après +16% en 2017). Au contraire, les produits pharmaceutiques de base ont enregistré une baisse de -14,7% (117 M€).

En matière de transport, les ventes de véhicules automobiles continuent leur progression (260 M€ en 2018, soit +25,8% par rapport à 2017), contribuant ainsi positivement aux exportations : les marques françaises représentent 10,7% des nouvelles immatriculations en 2018 en Irlande. Si Renault garde une avance sur ses concurrents, la marque est rattrapée par Peugeot, notamment avec le modèle 3008. Citroën demeure en retrait. En revanche, les exportations d’aéronefs poursuivent leur baisse (-27,4%) bien que constituant le quatrième poste d'exportations à destination de l'Irlande (7,3 % des exportations) avec 232 M€. Ce secteur contribue largement à la baisse du montant des exportations. Cette diminution s’inscrit dans un contexte global récurrent de baisse des exportations françaises d’avions et autres aéronefs d’un poids à vide supérieur à 15 tonnes (-6,7% entre 2017 et 2018).

En matière agroalimentaire, on relève une forte progression de nos exportations de céréales (+30% à 71 M€), principalement destinées à la production du whisky irlandais ainsi qu’à l’alimentation animale. Plus encore que 2017, l’année 2018 a été marquée par des conditions climatiques particulièrement défavorables affectant les rendements des céréales irlandaises et décuplant les besoins en alimentation animale. Les exportations de vin se maintiennent à hauteur de 53 M€, confirmant le goût des consommateurs irlandais pour les vins français. Les exportations de produits laitiers et fromages (34 M€) poursuivent leur baisse (-13,6%), confirmant la tendance observée en 2016 et 2017. Les exportations de sucre (26,5 M€) poursuivent leur progressions à un rythme moins soutenu qu’en 2017, année au cours de laquelle l’Irlande a arrêté la production de betterave sucrière.

On note une forte progression, en 2018, des exportations d’ordinateurs et d’équipements périphériques (90 M€ en 2018 contre 17 M€ en 2017) et des équipements de communication (56 M€ contre 36 M€ en 2017), poursuivant la tendance observée en 2017. Cette augmentation s’inscrit en sens contraire des mouvements constatés sur les importations depuis l’Irlande pour la même catégorie.

Le CSO fait apparaître un montant d'importation de biens en Irlande en provenance de la France de 11,3 Mds€ en 2017, soit un différentiel de 8,1 Mds€ entre les institutions françaises et irlandaises. Cet écart s'explique par la comptabilisation du leasing aérien : les douanes françaises enregistrent ces avions selon leur lieu d’exploitation finale alors que le CSO – conformément au manuel de la balance des paiements du FMI – applique le critère de la propriété économique, que le bailleur irlandais conserve dans le cas de contrats de leasing opérationnel. Le CSO enregistre ainsi 8,5 Mds€ d’importation d’aéronefs.

Les importations françaises depuis l’Irlande diminuent légèrement en 2018 (-1,5%)

Les importations en provenance de l'Irlande se sont montées à 6,6 Mds€, soit une légère diminution par rapport à 2017 (6,7 Mds€). Selon le CSO, la France est le 8ème client de l'Irlande, soit 3,8 % de ses exportations. Les importations sont dominées par le secteur de la chimie/pharmacie (3,7 Mds€, soit 56 % de nos importations en provenance de l'Irlande). Les produits agricoles et agroalimentaires (943 M€ en 2018) représentent 14,3% de nos importations en provenance de l'Irlande et le produits informatiques, électroniques et optiques pour (902 M€), 13,7 %.

Les importations en provenance du secteur chimie/pharmacie ont globalement diminué en 2018 (-5%), passant de 3,9 Mds€ en 2017 à 3,7 Mds€, ce qui traduit des mouvements en sens contraires, accentuant la tendance observée en 2017 et laissant deviner une réorganisation de la production pharmaceutique en Irlande. Ainsi, les préparations pharmaceutiques (2,3 Mds€ en 2018) sont en forte progression de +25,1 % par rapport à 2017 et contribuent à limiter la baisse des importations. Dans le même temps, les produits pharmaceutiques de base (0,45 Mds€ en 2018) chutent de 55,4 % par rapport à 2017 et contribuent fortement à la baisse de nos importations. Les tendances se poursuivent également sur les instruments et fournitures médicaux et dentaires (408 M€) qui progressent de 2,8 % et les huiles essentielles (463 M€) qui baissent de 9,6 %.

Dans le domaine agricole et agroalimentaire, les importations de viande (324 M€), quasi stables, et de produits laitiers et fromages (162 M€), en baisse (-12,2% en 2018 après une hausse de 23% en 2017) représentent les points forts de l’Irlande en matière agricole. Cependant, Bord Bia (agence irlandaise chargée de l’exportation des produits agricoles et agroalimentaires) a constaté une diminution des volumes de viande bovine à destination de certains pays européens dont la France, qu’elle met en regard avec la concurrence des produits bovins en provenance des pays de l’est de l’Europe. Concernant les produits laitiers, la forte croissance constatée en 2017 correspondait notamment à une période de pénurie de beurre en France. Le secteur de la pêche et de l’aquaculture est également en baisse (102 M€), principalement due à une baisse des exportations de saumon liée aux difficultés que rencontrent les producteurs à augmenter leurs capacités de production.

En matière de produits informatiques, électronique et optiques, les importations d’ordinateurs et d’équipements périphériques (243 M€) poursuivent leur baisse (-5,1 %). Contrairement à 2017, les importations d’équipements de communication (74 M€ à -12,9 %) chutent alors que les produits grand public (74 M€) stagnent.

Il convient de noter que le CSO estime la valeur des exportations irlandaises vers la France à 5,4 Md€, soit 1,2 Md€ de moins que le chiffre des douanes françaises. Cet écart provient en large part d’une différence de traitement des produits de la chimie / pharmacie. A titre d’exemple, le CSO estime à 1,5 Mds€ la valeur des préparations pharmaceutiques à destination de la France, contre 2,3 Mds€ comptabilisés par les douanes françaises en provenance d’Irlande. Les circuits d’exportation des laboratoires pharmaceutiques implantés en Irlande passent souvent par la Grande-Bretagne, mieux dotée en unités de stockage. Le CSO compte peut-être une partie des flux pris en compte par les douanes françaises comme des exportations irlandaises vers le Royaume-Uni.

Les échanges commerciaux franco-irlandais sont en augmentation par rapport à 2018 (+3 %) et notre déficit se réduit (3,4 Mds €)

Les échanges de biens entre la France et l’Irlande se sont établis à 9,8 Mds€ en 2018, soit 2,5 % de plus qu’en 2017. Selon les douanes françaises, la France affiche un déficit commercial de 3,4 Md€ vis-à-vis de l’Irlande, en forte réduction (-11,5 %) après avoir été remarquablement stable depuis une dizaine d’années. En revanche, selon le CSO et pour les raisons évoquées plus haut, la France enregistre un excédent commercial de 6 Md€, largement dû à la différence de comptabilisation des exportations dans le secteur aéronautique.

 * * *

Echanges commerciaux entre la France et l’Irlande en 2018

Echanges bilatéraux France-Irlande 2018

Sources : Douanes françaises

 Répartition sectorielle des échanges entre la France et l’Irlande

Répartition des exportations

Répartition des importations

Sources : Douanes françaises

 
Analyse de la contribution des produits à la hausse ou à la baisse des exportations françaises vers l’Irlande en 2018 (en €)  

Top 10 des secteurs contributeurs à la baisse de nos exportations

Top 10 des secteurs contributeurs à la hausse de nos exportations

Contribution export

Contributions export

Sources : SE de Dublin

Analyse de la contribution des produits à l’évolution des importations françaises depuis l’Irlande en 2018 (en €)

Top 10 des secteurs contributeurs à la baisse de nos importations

Top 10 des secteurs contributeurs à la hausse de nos importations

Contribution import

Contribution import

 Sources : SE de Dublin

Publié le