Le commerce bilatéral entre la France et l'Irlande en 2017

Echanges Fr IE

Après deux années de croissance consécutives, les échanges commerciaux entre la France et l’Irlande ont légèrement diminués en 2017 (-1%), pour s’établir  à 9,5 Md€. Selon les douanes françaises, nos exportations s’élèvent à 2,8 Md€, en baisse de 1,7%, alors que nos importations ont diminué de 0,7% à 6,6 Md€. Notre déficit commercial vis-à-vis de l’Irlande, 3,8 Md€, est stable par rapport à 2016. A l’inverse, les statistiques irlandaises estiment que l’Irlande affiche vis-à-vis de la France son plus important déficit commercial (4,3 Md€). La France est le troisième fournisseur de l’Irlande et son septième client.

Les exportations françaises en Irlande sont en baisse modérée en 2017 (-1,7%)

Les exportations françaises en Irlande s’élèvent à près de 2,8 Md€ en 2017. Selon le CSO (Central Statistic office, équivalent irlandais de l’INSEE), la France est le 3e fournisseur de l’Irlande avec 12% de ses importations, derrière le Royaume-Uni (24%) et les Etats-Unis (20%). Le secteur chimie/pharmacie reste le principal débouché des exportateurs français qui fournissent des produits chimiques, parfums et cosmétiques (669 M€) ainsi que des produits pharmaceutiques (345 M€), le plus souvent non encore conditionnés pour la vente au détail. Les matériels de transport (avions et automobiles) figurent également en bonne place : la France a vendu pour près de 549 M€ en 2017. La France exporte également pour 442 M€ de produits agricoles et agroalimentaires.

Les produits chimiques et organiques de base constituent le premier poste de nos exportations (17,2% du total). Le montants des exportations est cependant en forte baisse en 2017 (-9,2% à 486 M€ contre 536 M€ en 2016) et contribue largement à diminution de nos exportations à destination de l’Irlande. De même, les exportations de préparations pharmaceutiques (7,4% du total des exportations, soit 209 M€) ont diminué de 4,1% en 2017. Dans cette catégorie de biens, seuls les produits pharmaceutiques de base ont enregistré une progression de 5,3% (135 M€) ainsi que les instruments et fournitures à usage médical et dentaire (113 M€, +16%). Pour autant, les exportations françaises de produits pharmaceutiques augmentent au niveau mondial (notamment à destination des Etats-Unis et de l’Asie), ce qui tend à indiquer qu’une réorganisation des chaînes de valeur est en cours.

En matière de transport, les aéronefs constituent le deuxième poste d'exportations à destination de l'Irlande (11,3 % des exportations) avec 320 M€. Ce secteur contribue largement à la baisse du montant des exportations s'inscrivant en baisse de 9,2 % en 2017 après une très forte croissance en 2016 (montant des exportations multiplié par 3 entre 2015 et 2016). Cette diminution s’inscrit dans un contexte global de baisse des exportations françaises d’avions et autres aéronefs d’un poids à vide supérieur à 15 tonnes (-6,8% entre 2016, 38,2 Mds€, et 2017, 35,6 Mds€). Les ventes de véhicules automobiles progressent fortement (207 M€ en 2017, soit +8,3% par rapport à 2016), contribuant ainsi positivement aux exportations : les marques françaises constituent environ 10% des nouvelles immatriculations en 2017 en Irlande avec une prédominance de Renault sur ses concurrents Peugeot et Citroën, qui représente plus de 60% des nouvelles immatriculations de véhicules individuels de marque française.

En matière agroalimentaire, on relève une forte progression de nos exportations de céréales (+52% à 55 M€), principalement destinées à la production du whisky irlandais ainsi qu’à l’alimentation animale. Les rendements des céréales irlandaises ont été particulièrement faibles en 2017 en raison de conditions climatiques défavorables. Les exportations de vin, à hauteur de 53 M€, ont progressé de 5,1 % par rapport à 2016, année qui a vu un léger recul dans ce domaine, confirmant le goût des consommateurs irlandais pour les vins français. Les exportations de produits laitiers et fromages (40 M€) ont fortement diminué, -18,8 %, confirmant la tendance observée en 2016. Les exportations de sucre (26 M€) ont fortement augmenté en 2017 (+74,2%), l’Irlande ayant arrêté la production de betterave sucrière.

Le CSO fait apparaître un montant d'importation de biens en Irlande en provenance de la France de 9,6 Mds€ en 2017, soit un différentiel de 6,8 Mds€ entre les institutions françaises et irlandaises. Cet écart s'explique par la comptabilisation du leasing aérien : les douanes françaises enregistrent probablement ces avions selon leur lieu d’exploitation finale alors que le CSO – conformément au manuel de la balance des paiements du FMI – applique le critère de la propriété économique, que le bailleur irlandais conserve dans le cas de contrats de leasing opérationnel.

 

Les importations françaises depuis l’Irlande ont très faiblement diminué en 2017 (-0,7%)

Les importations en provenance de l'Irlande se sont montées à 6,6 Mds€, soit une légère diminution par rapport à 2016 (6,7 Mds€). Selon le CSO, la France est le 7ème client de l'Irlande, soit 4,4 % de ses exportations. Les importations sont dominées par le secteur de la chimie/pharmacie, 3,8 Mds€ ou 57,5 % des importations en provenance de l'Irlande. La France importe des produits agricoles et agroalimentaires (947 M€ en 2017) à hauteur de 12,3% de ses importations en provenance de l'Irlande. Elle importe également des produits informatiques, électroniques et optiques pour 554 M€ (8,3 % des importations).

Le secteur chimie/pharmacie a connu en 2017 des évolutions contrastées. Les préparations pharmaceutiques (1,8 Mds€ en 2017) sont en progression de 5,4 % par rapport à 2016 et contribuent à limiter la baisse des importations. Dans le même temps, les produits pharmaceutiques de base (1 Mds€ en 2017) chutent de 28,6 % par rapport à 2016 et contribuent fortement à la baisse de nos importations. Les instruments et fournitures médicaux et dentaires (400 M€) progressent de 4% quand les importations d'huiles essentielles (512 M€) baissent de 12,8 %. Au global, le secteur des produits pharmaceutiques connait une forte baisse qui s’explique par une réorientation des chaines d’approvisionnement y compris au sein de la zone euro (la diminution de la part de nos importations en provenance d’Irlande semble compensée par celles d’Autriche).

Dans le domaine agricole et agroalimentaire, les importations de viande (324 M€) et de produits laitiers (184 M€) progressent fortement, respectivement +5% et +23%. Ces deux secteurs sont les points forts de l’Irlande en matière agricole et sont encouragés à se développer à l’export dans le cadre de la stratégie irlandaise pour le secteur (Food Wise 2025). La perspective du Brexit incite les producteurs à réorienter leurs ventes à destination de marchés autres que le Royaume-Uni, notamment l’Europe continentale et en particulier la zone euro. La pénurie de beurre qu’a connu la France en 2017 a également favorisé les importations. Le secteur de la pêche et de l’aquaculture est également en progression (122 M€) : il s’agit là encore d’une production largement destinée à l’export (et en partie alimentée par des producteurs français installés en Irlande) eu égard à la taille réduite du marché irlandais et par conséquent concernée par la réorientation des flux commerciaux dans la perspective du Brexit.

En matière de produits informatiques, électronique et optiques, la France a importé 85 M€ d’équipements de communication en provenance d’Irlande, en forte progression (+69%), des instruments et appareils de mesure, d'essai et de navigation (46 M€, +19%) et des composants électroniques (18 M€, +47%). En revanche, nos importations d’ordinateurs et d’équipements périphériques (255 M€) ont fortement diminué (-5%), de même que les produits grand public (74 M€, -17%).

Il convient de noter que le CSO estime la valeur des exportations irlandaises vers la France à 5,3 Md€, soit 1,3 Md€ de moins que le chiffre des douanes françaises. Cet écart provient en large part d’une différence de traitement des produits de la chimie organique : l’Irlande déclare en avoir exporté pour 85 M€ vers la France, alors que les douanes françaises ont comptabilisé 1,5 Md€ en provenance d’Irlande en 2017. Les circuits d’exportation des laboratoires pharmaceutiques implantés en Irlande passent souvent par la Grande-Bretagne, mieux dotée en unités de stockage : le CSO compte peut-être une partie des flux pris en compte par les douanes françaises comme des exportations irlandaises vers le Royaume-Uni.

 

Les échanges commerciaux franco-irlandais sont en légère diminution par rapport à 2017 (-1%) et notre déficit est stable à 3,8 Mds €

Les échanges de biens entre la France et l’Irlande se sont établis à 9,47 Mds€ en 2017, soit 1% de moins qu’en 2016. Selon les douanes françaises, la France affiche un déficit commercial de 3,8 Md€ vis-à-vis de l’Irlande, remarquablement stable, tant par rapport à 2016 que sur ces dix dernières années. En revanche, selon le CSO et pour les raisons évoquées plus haut, la France enregistre un excédent commercial de 4,3 Md€, largement dû à la différence de comptabilisation des exportations dans le secteur aéronautique.

 * * *

Echanges commerciaux entre la France et l’Irlande en 2017

Echanges commerciaux France Irlande 2017

Sources : Douanes françaises

 Répartition sectorielle des échanges entre la France et l’Irlande

Repartition exporations 2017

Repartition importations 2017

Sources : Douanes françaises

 
Analyse de la contribution des produits à la hausse ou à la baisse des exportations françaises vers l’Irlande en 2017 (en €)  

Top 10 des secteurs contributeurs à la baisse de nos exportations

Top 10 des secteurs contributeurs à la hausse de nos exportations

Top 10 contrib baisse export

Top 10 contrib hausse export

Sources : Douanes françaises

Analyse de la contribution des produits à l’évolution des importations françaises depuis l’Irlande en 2017 (en €)

Top 10 des secteurs contributeurs à la baisse de nos importations

Top 10 des secteurs contributeurs à la hausse de nos importations

Top 10 contrib baisse import

Top 10 contrib hausse import

 Sources : Douanes françaises

Publié le