Commerce et investissement

 Trade IE

Le commerce bilatéral entre la France et l'Irlande en 2017

 Après deux années de croissance consécutives, les échanges commerciaux entre la France et l’Irlande ont légèrement diminués en 2017 (-1%), pour s’établir  à 9,5 Md€. Selon les douanes françaises, nos exportations s’élèvent à 2,8 Md€, en baisse de 1,7%, alors que nos importations ont diminué de 0,7% à 6,6 Md€. Notre déficit commercial vis-à-vis de l’Irlande, 3,8 Md€, est stable par rapport à 2016. A l’inverse, les statistiques irlandaises estiment que l’Irlande affiche vis-à-vis de la France son plus important déficit commercial (4,3 Md€). La France est le troisième fournisseur de l’Irlande et son septième client.

Le commerce extérieur irlandais de marchandises en 2017

 En 2017, les échanges commerciaux entre l’Irlande et le reste du monde ont atteint près de 200 Mds€, une augmentation de +2,9% par rapport à 2016 – un record historique. Toujours largement dominées par les produits chimiques et pharmaceutiques, les exportations irlandaises de biens ont crû de +2,4%, s’établissant à 122 Mds€, tandis que les importations ont augmenté de +3,7% à 77 Mds€. Le solde commercial est stable à 45 Mds€ (+0,2 %). Le Royaume-Uni demeure le principal fournisseur de l’Irlande avec 24% de part de marché, tandis que les Etats-Unis restent le premier client, absorbant 27% de ses exportations. Le commerce extérieur irlandais a pour l’instant bien résisté aux incertitudes générées par les négociations sur le Brexit et à la dépréciation de la livre sterling.

L'investissement direct étranger en Irlande en 2017

En 2017, l’Irlande a désinvesti à hauteur de 34,5 Mds€ de l’étranger ;  les flux d’investissements étrangers en Irlande étaient également négatifs à -1,1 Md€, faisant chuter le pays dans les classements internationaux. Le stock d’ID irlandais à l’étranger, bien qu’en baisse, demeure toutefois très conséquent, à 715 Mds€, quasiment égal à celui d’IDE en Irlande (745 Mds€), soit environ 250% du PIB du pays. La France était le 6ème récipiendaire d’ID irlandais dans le monde et le 8ème investisseur de par son stock, alors que les flux redevenaient positifs dans les deux sens. L’entrée en vigueur de la réforme fiscale américaine fin 2017 pourrait réduire l’attractivité de l’Irlande aux yeux des multinationales : les premières données disponibles pour le 1er semestre 2018 semblent ainsi faire état d’une réduction des flux d’ID entre les deux pays. 

Publié le