Publications et études du Service économique

LETTRE ECONOMIQUE MENSUELLE

La lettre mensuelle est élaborée par le Service Economique Régional de Mexico avec le concours des Services Economiques de Guatemala, de Panama, de Saint-Domingue et de La Havane.

Ces lettres économiques sont une publication mensuelle, qui vise à diffuser les grandes nouvelles économiques du mois ainsi que certaines analyses plus approfondies réalisées par les services économiques de la région.

 Si vous souhaitez recevoir cette publication, merci d'adresser un courrier électronique à guatemala@dgtresor.gouv.fr, afin d'être ajouté à la liste de diffusion.

 

ETUDES ET NOTES REALISEES PAR LE SE DE GUATEMALA

 

Documents à télécharger en bas de page.

 Les banques commerciales du CA-4 face à la pandémie

Les banques commerciales des pays du CA-4 ont joué un rôle majeur pendant la pandémie, soutenant notamment le tissu économique local et la population. Cette omniprésence a entrainé une concentration du secteur favorisant les grosses banques régionales portées par des grandes familles dont l’influence s’est entendue. Le Guatemala, première économie de la région, représentait le plus gros marché en 2020. La digitalisation du système bancaire et l’inclusion financière représentent les principaux défis de l’après Covid-19 pour combattre la pauvreté et favoriser le développement des PMEs, mais les banques restent pour le moment très conservatrices dans leur gestion du risque.

 

Panorama de l’économie numérique en Amérique Centrale (CA-4)

Cette étude vise à présenter un panorama non-exhaustif du développement del’économie numérique au sein des pays centraméricains (CA-4). Elle présente un état des lieux de la connectivité des secteurs et des acteurs économiques, des services publics et de la population ainsi que des différentes fractures numériques existantes. La note égrène des engagements sur des projets décidés par les pouvoirs publics pour favoriser à la fois l’émergence d’une e-administration et e-gouvernement ainsi que pour impulser les initiatives privées. Enfin, la note met en exergue l’actualité desinitiatives portées par l’ensemble des acteurs économiques (grands groupes, PME, institutions) et académiques dans les secteurs d’activité traditionnels et les nouveaux secteurs liés à l’industrie4.0.

 

Panorama du développement durable en Amérique Centrale (CA-4)

Cette étude se propose de dresser un état des lieux non-exhaustif du degré de sensibilisationdes pays centraméricains (CA-4) au développement durable (DD). Elle vise à analyser les engagements et les politiques publiquesmis en œuvrepar ces pays,notamment dans le cadre de l’Agenda 2030 de l’ONU (17 Objectifs de Développement Durable) et des différentes conférences sur le climat (COP).Compte-tenu de l’ampleur du sujet, la note meten exergue l’actualité des principauxsecteurs liés au développement durable (décisions, projets, initiatives, investissements), considérés comme porteurs dans la région: transports et mobilité urbaine, eau et déchets, énergie, agriculture et tourisme. Enfin, sont présentés les principaux projets liés au DD soutenus financièrement par les bailleurs de fonds actifs dans la région.

 

Energies renouvelables en Amérique Centrale: Spécificités, opportunités et perspectives

L’Amérique Centrale (CA4) est composée de systèmes électriques différents en termes de participation de l’Etat et de recours aux énergies renouvelables. Selon les estimations de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), la région centraméricaine nécessite encore l’installation de 7.000 mégawatts (MW) jusqu’à la fin de la décennie correspondant à un montant d’investissements compris entre 12 et 18 milliards d’USD. Ces prévisions résonnent comme de nombreuses opportunités pour les investisseurs étrangers.

 

Panorama du secteur agricole en Amérique centrale–CA-4

Le secteur agricole occupe une part prépondérante dans les économies centraméricaines. Ilreprésente18% du produit intérieur brut (PIB) régional, le Honduras et le Guatemala étant les principaux contributeurs (à 78%). Très orientées vers le marché extérieur, les exportations de ce secteur se trouvent à la merci des évolutions erratiques des prix mondiaux des matières premières et restent très dépendantes des partenaires commerciaux à l’international. Les principaux produits exportés sont le café, le sucre, la banane, les produits de la mer, l’huile de palme et la viande. Ces derniers ont généré en 2017 plus de 7,4 Mds USD de recettes d’exportation. Les Etats-Unis sont les premiers clients de la zone, même si les ventes inter-régionales de produits agricoles ne sont pas à négliger (36%).

 

La présence des multilatinas et grands groupes économiques en Amérique centrale (CA-4).

Les ‘’multilatinas’’ sont des grandes entreprises latino-américaines dont les opérations dépassent les frontières de leurs pays d’origine et dont la croissance des activités est supérieure à la moyenne des entreprises de la région. Présentes, pour certaines, sur de nombreux marchés du continent, depuis longtemps, elles concurrencent parfois les plus grands groupes concurrents mondiaux  (américains,  européens,  en  particulier).  Dans  cette  étude,  certains  grands  groupes  économiques  ont  été  à  des multilatinas. Sur les dernières années, on observe une montée en puissance progressive et un poids croissant des multilatinas en Amérique Centrale (originaires notamment du Mexique, de Colombie et de  Panama), facilités par leur taille critique et leurs ressources et solidité financières, face aux Pme locales (parfois  leaders sur leurs marchés). Quelques-unes sont centraméricaines. Les multilatinas représenteraient environ 25% des flux d’IDE entrants annuels en CA-4 (en 2016 près de 1,5 Md USD, soit 23%).  Leurs  investissements  s’orientent  principalement  vers  les  services  financiers  et  d’assurance,  l’industrie (agroalimentaire, surtout), les télécommunications, le secteur de la construction (ciment) et des infrastructures, de l’énergie et des mines.

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique de Guatemala

Clause de non-responsabilité
Le Service Economique de Guatemala s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans ces publications.

Auteur : SE de Guatemala

© DG Trésor

Publié le