Le commerce extérieur de la Grèce en 2017

 

Le commerce extérieur grec est redevenu dynamique en 2017, enregistrant une croissance des échanges de 13,5% par rapport à 2016. Cependant, la hausse des importations (+13,7% à 49,0 Mds€), alimentée par la reprise de l’activité économique, conjuguée à la hausse des exportations (+13,2% à 28,5 Mds€), contribue à une détérioration significative du déficit commercial de 14,4% à 20,6 Mds€ (11,6% du PIB).

L’Union européenne demeure le principal partenaire commercial de la Grèce, représentant 51,6% des échanges grecs. La France est désormais le 8e fournisseur et le 10e client de la Grèce.

 I. Détérioration du déficit commercial de la Grèce en 2017…

 Selon les résultats provisoires fournis par l’Autorité nationale des statistiques de Grèce (ELSTAT), les échanges commerciaux de la Grèce s’établissent à 77,5 Mds€ en 2017, en hausse de +13,5% par rapport à 2016, en raison de la reprise de l’activité économique (croissance de +1,4% du PIB et de +15,7% de la FBCF). Après deux années 2015 et 2016 en demi-teinte, cette évolution peut être considérée comme très satisfaisante, même si ces échanges restent toujours inférieurs à leur niveau d’avant crise (86,2 Mds€ en 2008).

  Balance commerciale de la Grèce 2011-2017

 

En Mds€

2011

2012

2013

2014

2015

2016 (*)

2017 (*)

Δ 2017/2016

Exportations

24,38

27,58

27,30

27,12

25,48

25,15

28,46

+13,2%

Importations

48,89

49,54

47,00

48,33

42,65

43,12

49,03

+13,7%

Total

73,27

77,12

74,30

75,45

68,13

68,27

77,49

+13,5%

Déficit

-24,51

-21,96

-19,70

-21,21

-17,17

-17,97

-20,56

+14,4%

Taux de couverture (%)

49,9%

55,7%

58,1%

56,1%

59,7%

58,3%

58,0%

 

P.I.B. à prix courants

207,03

191,20

180,39

177,56

175,70

174,20

177,73

 

Export/PIB (%)

11,8%

14,4%

15,1%

15,3%

14,5%

14,4%

16,0%

 

Source : Autorité nationale des statistiques de Grèce (ELSTAT) et Association des exportateurs grecs/traitement SE d’Athènes

*données provisoires

 Les exportations grecques sont en hausse de +13,2% à 28,46 Mds€, soit 16% du PIB. Dans le même temps, les importations progressent de +13,7% à 49,03 Mds€, soit 27,6% du PIB. Ainsi, le déficit commercial s’est creusé de +14,4% à -20,56 Mds€ en 2017, contre -17,97 Mds€ en 2016. Comme avant la crise, la reprise de l’activité économique, qui se conjugue avec un alourdissement de la facture pétrolière, explique cette aggravation du déficit commercial.

 A noter que, hors produits pétroliers, le solde commercial grec, structurellement déficitaire, s’est nettement accru (+14,4%) à -17,32 Mds€, alors qu’il était à -15,14 Mds€ en 2016.

 

II. …en raison, notamment, d’un alourdissement de la facture pétrolière

 La Grèce est dépendante de ses importations d’hydrocarbures à la fois pour sa consommation locale et pour son activité de raffinage orientée à l’export. Sa structure des échanges extérieurs est toujours marquée par le poids prédominant des échanges d’hydrocarbures qui ont atteint 21,2 Mds€ en 2017, soit 27,3% des échanges extérieurs de la Grèce (contre 24,4% en 2016).

A 3,2 Mds€ en 2017, la facture pétrolière (solde importations-exportations de produits pétroliers) s’est alourdie de 413,6 M€, soit +14,6% par rapport à 2016, sous l’effet de la hausse des cours du baril de pétrole. Les importations de pétrole ont augmenté de 25,5% en valeur à 12,2 Mds€. Dans le même temps, les exportations de produits pétroliers raffinés sont elles aussi en forte augmentation (+30,0% en valeur à 9,0 Mds€).

 

III. Le déficit hors produits pétroliers augmente fortement, principalement du fait de la hausse des importations à un rythme plus rapide…

 Inversant la tendance baissière entre 2009 et 2014, les importations hors produits pétroliers continuent de progresser à un rythme relativement soutenu en 2017 (+10,2%) pour s’établir à 36,8 Mds€, contre 33,4 Mds€ en 2016 et 31,3 Mds€ en 2015.

 Les achats de produits manufacturés, qui constituent le premier poste des importations grecques (59,0%), enregistrent une forte progression en 2017 (+10,5%) à 28,9 Mds€, après avoir augmenté de 6,8% en 2016. La croissance pour les importations reste élevée pour les équipements mécaniques et le matériel de transport (+14,8% à 10,9 Mds€), pour partie sous l’effet de l’acquisition de navires à la Corée du Sud. Suivent les importations de produits industriels qui augmentent de +13,1% à 5,7 Mds€ et celles de produits chimiques et plastiques (+7,4% à 7,2 Mds€). Dans une moindre mesure, les importations des autres articles manufacturés ont augmenté de +4,0% à 5,1 Mds€.

 Les importations de produits agro-alimentaires et d’animaux sur pied (11,3% du total) se poursuivent à un rythme soutenu (+4,7% à 5,5 Mds€), après avoir augmenté de +5,4% en 2016.

 

IV. …que la hausse des exportations

 Avec un montant de 19,5 Mds€, les exportations grecques hors produits pétroliers se sont accrues de 6,8% en 2017, après avoir augmenté de +1,8% en 2016, de +7,8% en 2015 et de +0,7% en 2014. La structure des exportations demeure inchangée, deux principaux secteurs concentrant la quasi-totalité des ventes du pays :

 - Les exportations bénéficient de la bonne tenue des ventes de produits manufacturés (42,6% des exportations grecques en 2017) qui ont atteint 12,1 Mds€ (+9,7%) contre 11,1 Mds€ en 2016. La progression des exportations de produits manufacturés s’explique notamment par la hausse des produits industriels (+16,5% à 4,6 Mds€), des produits chimiques et plastiques (+11,7% à 3,0 Mds€) et la bonne tenue des autres articles manufacturés (+7,1% à 2,0 Mds€). Enfin, comme en 2016, les ventes d’équipements mécaniques et matériel de transport marquent le pas (-0,9% en 2017 à 2,5 Mds€).

  - En revanche, les ventes de produits agricoles et alimentaires (19,5% des exportations totales en 2016), secteur à l’exportation traditionnellement porteur, se contractent (-1,4% à 5,5 Mds€).

Ces ventes sont tirées principalement par les produits de l’industrie aquacole (+2,0% à 502,1 M€) et par la bonne tenue des conserves à base de légumes (+8,0% à 438,0 M€). Enfin, la sensible diminution des exportations d’huiles et graisses animales et végétales (-15,9% à 562,2 M€) est liée essentiellement à la baisse des exportations d’huile d’olive vierge (413,2 M€ contre 500,4 M€ en 2016). Au total, le déficit commercial agricole et des industries agro-alimentaires s’est fortement aggravé (-877,7 M€ en 2017 contre -488,9 M€ en 2015).

 

V. L’Union européenne, les Balkans et les pays fournisseurs d’hydrocarbures restent les principaux partenaires de la Grèce

 En termes géographiques, l’Union européenne à 28 reste le principal partenaire commercial de la Grèce (53,1% des exportations et 50,7% des importations en 2017). Les importations grecques en provenance de l’Union européenne atteignent 24,9 Mds€ en 2017, en hausse de 7,4%. La valeur des biens exportés dans l’UE s’élève à 15,1 Mds€, soit une augmentation de +7,7% par rapport à 2016. Le déficit de la Grèce vis-à-vis de l’Union européenne se creuse légèrement (+7,0% passant de 9,1 Mds€ à 9,8 Mds€).

 Les ventes vers ses voisins des Balkans (Chypre, Bulgarie, Roumanie, Croatie, Slovénie, Serbie, Monténégro, ARYM, Albanie, Turquie) progressent en 2017 (26,1% des exportations grecques contre 24,8% en 2016) en raison notamment de la hausse des exportations de produits pétroliers en Turquie. Ainsi l’excédent vis-à-vis des Balkans augmente fortement (passant de 1,7 Mds€ à 2,6 Mds€).

Enfin, l’essentiel des échanges avec la Russie, l’Irak, le Kazakhstan et l’Arabie Saoudite est constitué d’importations de pétrole brut et de gaz naturel.

 Au plan bilatéral, l’Allemagne reste, nettement, le premier fournisseur de la Grèce, avec 10,3% de parts de marché (contre 11,0% en 2016). Elle est suivie par l’Italie qui voit sa part se réduire à 7,6% contre 8,3% en 2016. La Russie (7,0%), troisième fournisseur de la Grèce, a vu ses exportations augmenter fortement de 21,2% en raison de la hausse des prix des hydrocarbures. La montée en puissance de la Corée du Sud (6,5% en 2017 contre 4,1% en 2016) se poursuit, en raison de la poursuite du renouvellement de la flotte maritime sous pavillon grec. L’Irak, dont la valeur des exportations de pétrole brut en Grèce a augmenté de 34,2% en 2017, confirme son 5e rang des fournisseurs de la Grèce (6,4%). En revanche la Chine, dont les exportations vers la Grèce ont reculé de 5,8%, rétrograde à la sixième place (5,5% contre 6,7% en 2016). Devancée par les Pays-Bas, dont la part de marché s’est réduite (5,2% contre 5,5% en 2016), la France passe au 8e rang des fournisseurs de la Grèce (part de 4,2%) avec 2,1 Mds€ d’exportations, en hausse de 10,3%.[1]

 L’UE reste le principal débouché de la Grèce (53,1%). L’Italie conserve sa place de premier client (10,7% des exportations grecques) de la Grèce grâce au niveau élevé des ventes d’huile d’olive. Elle est suivie par l’Allemagne (2e client, 7,1%), la Turquie (3e client, 6,9%), qui voit sa position confortée par la hausse des exportations de produits pétroliers, Chypre (4e client, 6,1%), la Bulgarie (5e client, 4,7%), le Liban (6e client, 4,4%), les Etats-Unis (7e client, 3,9%), le Royaume-Uni (8e client, 3,9%), la Roumanie (9e client, 3,0%) et la France (10e client, 2,7%).

 

Les échanges commerciaux extérieurs de la Grèce se caractérisent pour l’essentiel par un déficit substantiel et de caractère structurel qui ne devrait pas voir d’amélioration notable au cours des prochaines années. Les importations de ce pays faiblement exportateur devraient continuer à croître, gonflées par les investissements, notamment ceux des fonds structurels, et par le rattrapage progressif des niveaux grecs de consommation d’avant 2008.


ANNEXE STATISTIQUE : le commerce extérieur de la Grèce en 2017

Source : Autorité nationale des statistiques de Grèce (ELSTAT) et Association des exportateurs grecs/traitement SE d’Athènes

 

I – Structure des échanges commerciaux grecs 2016-2017

 

Les exportations en valeur

En M€

2017 (*)

2016 (*)

Part 2017

Δ 2017/2016

Produits alimentaires

5.547,9

5.629,2

19,5%

-1,4%

Produits alimentaires et animaux sur pied

4.279,9

4.230,9

15,0%

+1,2%

Boissons et tabac

705,8

729,9

2,5%

-3,3%

Huiles et graisses animales et végétales

562,2

668,4

2,0%

-15,9%

Matières premières non alimentaires (hors combustibles)

1.279,6

1.013,9

4,5%

+26,2%

Combustibles et carburants

8.967,9

6.896,6

31,5%

+30,0%

Articles manufacturés

12.139,1

11.066,0

42,6%

+9,7%

Produits chimiques et plastiques

3.018,5

2.701,7

10,6%

+11,7%

Produits industriels

4.567,0

3.921,8

16,0%

+16,5%

Equipements mécaniques et matériel de transport

2.531,3

2.553,7

8,9%

-0,9%

Autres articles manufacturés

2.022,3

1.888,9

7,1%

+7,1%

Produits divers

529,0

544,3

1,9%

-2,8%

Total exportations

28.463,5

25.150,0

100,0%

+13,2%

Total hors combustibles et carburants

19.495,6

18.253,4

68,5%

+6,8%

*données provisoires

 

 

Les importations en valeur

En M€

2017 (*)

2016 (*)

Part 2017

Δ 2017/2016

Produits alimentaires

6.425,6

6.118,1

13,1%

+5,0%

Produits alimentaires et animaux sur pied

5.516,7

5.267,4

11,3%

+4,7%

Boissons et tabac

623,4

611,4

1,3%

+2,0%

Huiles et graisses animales et végétales

285,4

239,3

0,6%

+19,3%

Matières premières non alimentaires (hors combustibles)

1.206,2

1.059,4

2,5%

+13,9%

Combustibles et carburants

12.213,4

9.728,5

24,9%

+25,5%

Articles manufacturés

28.928,7

26.173,1

59,0%

+10,5%

Produits chimiques et plastiques

7.232,4

6.734,1

14,8%

+7,4%

Produits industriels

5.719,6

5.057,3

11,7%

+13,1%

Equipements mécaniques et matériel de transport

10.907,5

9.505,4

22,2%

+14,8%

Autres articles manufacturés

5.069,1

4.876,3

10,3%

+4,0%

Produits divers

252,8

45,1

0,5%

+460,6%

Total importations

49.026,6

43.124,2

100,0%

+13,7%

Total hors combustibles et carburants

36.813,2

33.395,7

75,1%

+10,2%

*données provisoires

 

 

Le solde commercial par produits (exportations-importations)

En M€

2017 (*)

 2016 (*)

Δ 2017/2016

Produits alimentaires

-877,7

-488,9

+79,5%

Produits alimentaires et animaux sur pied

-1.236,8

-1.036,5

+19,3%

Boissons et tabac

+82,4

-118,5

 

Huiles et graisses animales et végétales

+276,8

+429,1

-35,5%%

Matières premières non alimentaires (hors combustibles)

+73,4

-45,5

 

Combustibles et carburants

-3.245,5

-2.831,9

+14,6%

Articles manufacturés

-16.789,6

-15.107,1

+11,1%

Produits chimiques et plastiques

-4.213,9

-4.032,4

+4,5%

Produits industriels

-1.152,6

-1.135,5

+1,5%

Equipements mécaniques et matériel de transport

-8.376,2

-6.951,7

+20,5%

Autres articles manufacturés

-3.046,8

-2.987,4

+2,0%

Produits divers

+276,2

+499,2

-44,7%

Solde (export-import)

-20.563,1

-17.974,2

+14,4%

Solde hors combustibles et carburants

-17.317,6

-15.142,3

+14,4%

*données provisoires

 

 

II – Principaux produits d’exportation de la Grèce en 2017

En M€

 

2017 (*)

 

2016 (*)

Δ 2017/2016

(%)

1. Produits du raffinage du pétrole

8.484,3

6.573,2

+29,1%

2. Préparations pharmaceutiques

861,9

710,0

+21,4%

3. Aluminium

599,2

550,9

+8,8%

4. Produits de la pêche et de l’aquaculture

502,1

492,2

+2,0%

5. Produits confidentiels

445,1

405,5

-2,1%

6. Autres conserves à base de légumes

438,0

498,0

+8,0%

7. Tubes

425,6

336,5

+26,5%

8. Autres produits

421,0

395,6

+6,4%

9. Huile d’olive vierge

413,2

500,4

-17,4%

10. Coton

348,7

311,0

+12,1%

Total

28.463,5

25.150,0

+13,2%

*données provisoires

 

III – Principaux partenaires commerciaux de la Grèce en 2017

 

Les principaux fournisseurs de la Grèce en 2017

En M€

Importations

2017 (*)

Δ 2017/2016

(%)

Part import

2017 (%)

Part import

2016 (%)

Class.

2017

Allemagne

5.041,3

+6,7%

10,3%

11,0%

1 (=)

Italie

3.735,6

+4,1%

7,6%

8,3%

2 (=)

Russie

3.421,2

+21,2%

7,0%

6,5%

3 (+1)

Corée du Sud

3.163,1

+76,8%

6,5%

4,1%

4 (+4)

Irak

3.148,3

+34,2%

6,4%

5,4%

5 (=)

Chine

2.719,1

-5,8%

5,5%

6,7%

6 (-3)

Pays-Bas

2.570,8

+8,2%

5,2%

5,5%

7 (-1)

France

2.080,6

+10,3%

4,2%

4,4%

8 (-1)

Belgique

1.719,1

+10,8%

3,5%

3,6%

9 (+1)

Espagne

1.696,7

+8,0%

3,5%

3,6%

10 (-1)

Bulgarie

1.589,1

+6,6%

3,5%

3,3%

11 (=)

Turquie

1.434,3

+4,4%

2,9%

3,2%

12 (=)

Iran

1.262,5

+68,7%

2,6%

1,7%

13 (+3)

Kazakhstan

1.148,3

-8,9%

2,3%

2,9%

14 (-1)

Royaume-Uni

1.118,6

-4,9%

2,3%

2,7%

15 (-1)

Autres pays

13.177,2

+14,2%

26,9%

26,7%

-

Total

49.026,6

+13,7%

100,0%

100,0%

-

 

Les principaux clients de la Grèce en 2017

En M€

Exportations

2017 (*)

Δ 2017/2016

(%)

Part export

2017 (%)

Part Export

2016 (%)

Class.

2017

Italie

3.037,8

+8,1%

10,7%

11,2%

1 (=)

Allemagne

2.015,5

+4,4%

7,1%

7,7%

2 (=)

Turquie

1.951,5

+44,4%

6,9%

5,4%

3 (+1

Chypre

1.724,5

+13,2%

6,1%

6,1%

4 (-1)

Bulgarie

1.348,6

+7,7%

4,7%

5,0%

5 (=)

Liban

1.249,3

+19,1%

4,4%

4,2%

6 (+2)

Etats-Unis

1.122,7

+2,5%

3,9%

4,4%

7 (-1)

Royaume-Uni

1.105,5

+3,8%

3,9%

4,2%

8 (-1)

Roumanie

848,4

+13,1%

3,0%

3,0%

9 (+1)

France

759,5

+7,9%

2,7%

2,8%

10 (+1)

Egypte

755,5

+0,7%

2,7%

3,0%

11 (-2)

Espagne

693,1

-0,7%

2,4%

2,8%

12 (-1)

Arabie Saoudite

680,3

+52,1%

2,4%

1,8%

13 (-2)

A.R.Y.M.

641,6

+13,3%

2,3%

2,3%

14 (=)

Gibraltar

633,6

66,1%

2,2%

1,5%

15 (+2)

Autres pays

9.896,1

+12,8%

34,8%

34,9%

-

Total

28.463,5

+13,2%

100,0%

100,0%

-

*données provisoires



[1] Pour mémoire, comme cela peut être observé avec d’autres pays, des divergences statistiques apparaissent selon les sources de données d’échanges commerciaux. Ainsi, selon les données de l’Autorité nationale des statistiques de la Grèce (ELSTAT) la valeur des exportations françaises en 2017 s’élève à 2.080,6 M€, tandis que les douanes françaises font état d’un montant de FAB de 1.992,37 M€. Il existe également un écart significatif pour nos importations. Elles s’élèvent à 720,67 M€ pour les douanes françaises et 795,5 M€ pour ELSTAT.

 

Publié le