Relations Bilatérales

Le commerce bilatéral entre la France et le Sénégal

En 2017, les exportations françaises vers la Gambie ont régressé de 11% (7,5 MEUR en 2017 contre 8,4 MEUR en 2016). Elles étaient composées principalement de produits manufacturés (13%), de parfums et produits pour la toilette (12%), de véhicules automobiles (7%) et de plats préparés (7%). Les importations françaises de Gambie sont anecdotiques, composées essentiellement de préparations et conserves à base de poisson (58%), de céréales (hors riz) légumineuses et oléagineuses (23%) et de condiments et assaisonnements (13%).

En 2016, la France était le 16ème fournisseur du pays avec une part de marché de 2,1%, derrière les pays de la région : Côte d’Ivoire (part de marché de 23%) et Sénégal (6%) ; les grands émergents : Brésil (11%), Chine (7%), Turquie (5%) et Inde (4%) ; enfin certains pays européens mieux implantés sur le marché gambien : Belgique (5%), et Royaume-Uni (4%).

Présence française et européenne

Depuis la transition politique de décembre 2016, le pays se réouvre peu à peu aux investissements étrangers (IDE). Dans le secteur des transports, des appels d'offre relatifs à la concession du port autonome de Banjul et l'ouverture de lignes d'aviations civiles internationales ont été lancées. Dans l'énergie, plusieurs entreprises sont actuellement en cours d'exploration des eaux gambiennes à la recherche de gisements pétroliers ou gaziers.

La conférence des bailleurs du 22 mai 2018 a permis d'augmenter monter le montant des engagements financiers multilatéraux et bilatéraux de 1,45 Mds EUR. L'Union européenne s'est quant à elle engager à débloqué 140 millions d'EUR, qui s'ajoutent aux 225 millions d'EUR déjà engagés suite à la transition démocratique. Du coté français, l'Agence française de Développement (AFD) devrait prochainement intervenir à nouveau en Gambie, à travers des dons et de l'assistance technique. En parallèle, la Gambie est à nouveau ouverte, sous condition, à l'assurance-crédit.

 

Publié le