Commerce extérieur

Selon les données du Service national des statistiques géorgien, le commerce extérieur de la Géorgie en 2020 a totalisé 11.4 Mds USD, en forte baisse de 14,6% par rapport à 2019 (après une hausse de 4,5% en 2019). Les exportations ont diminué de 12,0%, pour atteindre 3.3 Mds USD, et les importations, de 15.6%, totalisant 8.0 Mds USD. Les Etats entourant la mer Noire (OCEMN) restent les principaux partenaires économiques de la Géorgie. Du point de vue bilatéral, la Chine est devenue le premier client de la Géorgie en 2020 et l’Union européenne absorbe 21% des ventes totales de la Géorgie (contre 22% en 2019). Le minerai de cuivre est le principal poste d’exportation (21,8%), suivi par les réexportations de voitures (12.1%) et les ferro alliages (7,4%).  

Les échanges commerciaux pénalisés par la pandémie en 2020 retrouvent leurs niveaux initiaux en 2021

Le commerce extérieur de la Géorgie en 2020 a totalisé 11.4 Mds USD, en forte baisse de 14,6% par rapport à 2019 (après une hausse de 4.5% en 2019). Les exportations ont diminué de 12%, pour atteindre 3.3 Mds USD, et les importations, de 15.6%, totalisant 8.0 Mds USD. D’un montant de 4.7 Mds USD, le déficit commercial s’est encore résorbé de 1029 M USD, et représente désormais 41.2% des échanges extérieurs et 29.5% du PIB en 2020. Sur les quatre premiers mois de l’année 2021, les échanges commerciaux se sont établis à 3,9 Mds USD, soit un niveau supérieur à l’année passée sur la même période (+12,8%). Les exportations ont augmenté de 19,6% et les importations de 10,1%. Par ailleurs, le déficit commercial est passé de 1,48 Mds USD sur les quatre premiers mois de l’année 2020 à 1,53 Mds USD sur la même période de l’année 2021 (soit une augmentation de 3,7%), représentant 39,0% du commerce extérieur du pays.

Ce déficit structurel devrait se maintenir dans la prochaine décennie, l’éventail de produits agricoles ou industriels proposé par la Géorgie étant limité, en raison notamment d’une base industrielle étroite et le secteur agricole étant dominé par une production vivrière, loin des standards européens. En deuxième lieu, ce déficit reflète le dynamisme des flux d’investissement directs qui alimentent les importations, contribuant au creusement du déficit commercial.

Répartition géographique : les Etats régionaux de la mer Noire demeurent les principaux partenaires

L’Organisation de coopération économique de la Mer Noire (OCEMN) est le premier partenaire commercial de la Géorgie, avec 5,7 Mds USD d’échanges commerciaux en 2020 (soit la moitié du commerce extérieur de la Géorgie). La Géorgie a exporté 1,83 Mds USD de biens vers l’OCEMN (soit 54,7% des exportations géorgiennes) et a importé pour 3,89 Mds de produits en provenance de l’OCEMN (soit 48% des importations géorgiennes). Par ailleurs, en 2020, le commerce bilatéral de la Géorgie avec l’Union européenne s’élevait à 2,6 Mds USD, soit 23% du commerce extérieur de la Géorgie (niveau très inférieur à l’année 2019 avec 33,9% du commerce extérieur de la Géorgie).

La Russie était de loin le premier partenaire commercial de la Géorgie jusqu’en 2017. En 2018, elle laisse sa place à l’Azerbaïdjan (502 M USD, 15% des exportations géorgiennes), devenu l’unique fournisseur d’hydrocarbures de la Géorgie. Cette tendance se renforcera dans les années à venir avec la mise en œuvre du gazoduc TANAP (et TAP en prolongement) qui passe par la Géorgie et dont les 3 stations de compression viennent d’être terminées par BP. Si la Russie (437 M USD d’exportations, 13% du total) est devenue le second partenaire de la Géorgie depuis 2018, la croissance des échanges avec la Géorgie reste très forte : +10% pour les exportations géorgiennes vers le marché russe et +17% des importations géorgiennes. Viennent ensuite l’Arménie (279 M USD, 8,3% des exportations) et la Bulgarie (259 M USD, 7,7% des exportations). La Chine, qui était devenue le 3ème client de la Géorgie en 2016, se classe désormais 6ème client, avec 9% des exportations géorgiennes. Les exportations vers la Chine ont progressé en valeur de 6%. Les exportations vers les principaux pays européens, à l’exception de la France, connaissent cependant des croissances molles voire des fortes contractions en 2018. Les exportations vers l’Allemagne, après une très forte baisse en 2017 (-47%) n’augmentent que de 13%, les exportations vers l’Italie enregistrent une baisse de 38% en 2018 après une contraction de 5% en 2017. Les exportations vers la Roumanie diminuent de 23%, celles vers la Grèce de 16%. Toutefois, en 2019, les exportations vers l’Union européenne sont de nouveau vigoureuses, passant de 532 M USD au troisième trimestre 2018 à 620 M USD au troisième trimestre 2019.

Les principaux fournisseurs de la Géorgie en 2020 sont la Turquie (1,4 Mds USD), la Russie (888 M USD) et la Chine (709 M USD). Les Etats-Unis sont désormais le 4ème fournisseur de la Géorgie avec 6,9% de parts de marché. Viennent ensuite les l’Azerbaïdjan et l’Arménie. A noter la croissance exponentielle des exportations de la Chine vers la Géorgie qui ont doublé entre 2019 et 2020, ce qui représente 14% des parts de marché en 2020.  

Répartition sectorielle : le minerai de cuivre, les ferroalliages ainsi que les réexportations de voitures dominent les exportations tandis que la Géorgie importe principalement des hydrocarbures

En considérant les parts des principaux produits dans les exportations géorgiennes et leur taux de croissance, l’on retiendra que :

- la première place dans les exportations est occupée par le minerai de cuivre (729,4 M USD ; 21,8% du total des exports, +12,3% de croissance par rapport à 2019), les réexportations de voitures (404,1 M USD, 12.1%, - 44.9%) et les ferro alliage (247.3 M USD, 7.4%, -18,5%) représentent 40% des exportations géorgiennes.

- le vin géorgien connaît une forte demande depuis deux ans, mais ralentie cette année (210 M USD en 2020, -5,6%) à quoi il convient d’ajouter l’augmentation du poste des spiritueux (132 M USD, +3,8%).

- les exportations d’or ont augmenté de 34% et représentent désormais 2.9% des exportations géorgiennes (97M USD), leur plus haut niveau depuis 2011.

-les exportations de médicaments (99 M USD, 2.9% des exports) atteignent leur plus faible niveau depuis 2014. 

- les exportations de moutons et chèvres vivants (21 M USD, 0,6%, +50%) continuent de progresser en 2020, tout comme les exportations de noisettes et autres fruits à coque (94 M USD, 2.8%, + 40,9%).

Ces chiffres sont par ailleurs le reflet de la crise sanitaire. Le retour progressif à la normale devrait permettre au pays de retrouver sa dynamique de croissance précédente.

Les importations, bien diversifiées, sont dominées par les voitures dont la valeur s’élève à 780,6 M USD, représentant 9,7% des importations, après une année faste en 2019 avec 1107.9 M USD. Viennent ensuite les minerais et concentrés de cuivre pour un montant de 533,5 M USD, représentant 6.6% du total des importations. Les hydrocarbures ont diminué de 34,2% (6,2% du total), les médicaments ont également diminué de 7.9%, mais représentent encore 4,1% des importations. Les téléphones représentent 2% du total. Les importations de blé et de seigle représentent 108 MUSD au total, soit 1.3% du total des importations.

Publié le