Indicateurs et conjoncture

Pays de 5,5 millions d’habitants, la Finlande est membre de l’Union européenne depuis le 1er janvier 1995. Il s’agit du seul pays nordique à avoir adopté l’euro. Entre 2001 et 2008, la Finlande a connu un rythme de croissance soutenu, tiré par le succès de Nokia. Classée parmi les 20 pays au niveau de vie les plus élevés du monde (PIB par habitant de 39 065 euros en 2016), la Finlande s’est également distinguée par le niveau élevé, bien que décroissant, de ses dépenses de recherche-développement (2,8 % du PIB en 2016) et les performances de son système éducatif. 

L’économie finlandaise a cependant été fortement affectée par l’effondrement du commerce international en 2009, au moment même où ses moteurs de croissance se grippaient du fait de l’échec de Nokia sur le marché des smartphones et des nouvelles contraintes pesant sur le secteur du papier (recul de la consommation de papier, concurrence de nouveaux producteurs). De plus, ses exportations ont été handicapées par une perte de compétitivité-prix liée à une hausse trop rapide de ses coûts salariaux entre 2008 et 2014, perte qu’elle peine aujourd’hui à rattraper. Les efforts en faveur d’une réorientation de l’économie vers de nouveaux secteurs porteurs utilisant les atouts de la Finlande en ressources naturelles et en potentiel d’innovation (biotechnologies, applications numériques) n’ont pas encore permis d’enrayer les pertes de parts de marché à l’exportation chiffrées à -24 % sur la période 2009-2014, malgré l'amélioration récente du commerce extérieur du pays.

Après une année de stagnation du PIB en 2015, la Finlande a enregistré une croissance de +2,5 % en 2016 du fait du dynamisme de la demande intérieure. D’une part, la faiblesse de l’inflation ainsi que l’amélioration du moral des ménages, notamment grâce à la baisse du chômage (8,6% en décembre 2016), a stimulé la consommation privée. D’autre part, l’investissement s’est accéléré dans un contexte de taux bas et de besoins importants en équipement et en construction résidentielle et non-résidentielle. En 2017, la reprise économique s'est confirmée (+2,8 %) et la base de la croissance s'est élargie au commerce extérieur. La Finlande a notamment bénéficié du renforcement de l'activité chez ses principaux clients (Suède, zone euro, Russie), impliquant une demande adressée plus importante. Les exportations étaient en augmentation de +7,8 % par rapport à 2016.

Un gouvernement de coalition regroupant le parti du Centre du premier ministre Juha Sipilä, le parti du Rassemblement national et le parti des Vrais finlandais a été formé le 29 mai 2015. Il a annoncé un ambitieux programme de coupes budgétaires et de réformes structurelles pour assurer la soutenabilité des finances publiques dans un contexte de vieillissement de la population et atteindre un taux d’emploi de 72 %. Au total, 4 Mds € d’économies ont été annoncées sur la présente législature (2016-2019) avec des coupes portant principalement sur l’aide publique au développement, les financements publics de R&D et les dépenses d’éducation. D’autre part, le gouvernement entend poursuivre la mise en œuvre de réformes structurelles et en particulier la réforme de la santé et des services sociaux qui vise à transférer la responsabilité en matière de santé et de prestations sociales, actuellement assumée par les municipalités, à un échelon régional afin de mieux en maitriser les coûts. Le gouvernement de coalition a déjà introduit plusieurs textes visant à réformer le marché du travail et l'assurance-chômage dans le but d’éliminer les trappes à inactivité et promouvoir l’entrepreneuriat. Par ailleurs, un pacte dit de « compétitivité », conclu à l’été 2016 entre les partenaires sociaux, a permis la mise en place d’un paquet de mesures visant à réduire le coût salarial unitaire de près de 5%. L’amélioration à plus long terme de la compétitivité prix dépendra aussi de la capacité des partenaires sociaux à réformer le cadre des négociations salariales afin d’assurer une progression modérée et différenciée des salaires, cohérente avec les performances des différents secteurs.

Publié le