Indicateurs et conjoncture

Pays de 5,5 millions d’habitants, la Finlande est membre de l’Union européenne depuis le 1er janvier 1995. Pour la troisième fois depuis son adhésion,  elle a assuré la présidence tournante de l'UE au second semestre 2019. Elle est le seul pays nordique à avoir adopté l’euro.

Le pays abrite un écosystème de PME reconnues pour leurs innovations dans le secteur de l'économie digitale, des jeux vidéos, des centres de données pour le cloud.

L’économie finlandaise est fortement dépendante de ses échanges extérieurs qui représentent  40% du PIB. 60% de ses échanges sont orientés vers les pays de l’UE, dont un quart pour la Suède et l’Allemagne.

Ce pays compte de grandes multinationales très actives sur les marchés tiers, parmi lesquelles Kone, Konecranes, Metso, Nokia, Stora Enso, UPM ou encore Wärtsilä.

A la suite notamment d’un programme de réformes structurelles ( retraites, marché de l’emploi, compétitivité etc) menées par le gouvernement Sipilä à partir de 2015, la Finlande a enregistré une croissance de +3,1 % en 2017 qui s’est ralentie en 2018 (+1,6%), puis en 2019 (+0,9%), en raison du tassement de l’investissement et d’une consommation des ménages en baisse.

Les mesures prises entre 2015 et 2019 ont ainsi  permis de réduire la dette publique (59,4% en 2019) et le déficit public (-1,1% en 2019). Le taux de chômage a également connu une baisse rapide passant de 9,4% en 2015 à 6,7% en 2019. Une stratégie nationale a été développée pour orienter l’économie vers de nouveaux secteurs porteurs utilisant les atouts de la Finlande en ressources naturelles et en potentiel d’innovation (économie circulaire, biotechnologies, applications numériques).

Au printemps 2019, les élections législatives ont abouti à la formation d’un nouveau gouvernement de coalition rassemblant le Parti social-démocrate, le Centre, les Verts, l’Alliance des gauches et le Parti suédois, dont l’un des objectifs est d’atteindre un taux d’emploi de 75%. Le programme de cette nouvelle coalition s’intitule « une Finlande inclusive et compétente ». Le développement durable est un fil conducteur décliné transversalement en différentes options stratégiques – neutralité carbone d’ici 2035, égalité sur le marché du travail, promotion des compétences, de l’éducation et de l’innovation – pour construire une Finlande socialement, économiquement et écologiquement résiliente. Début décembre 2019, Sanna Marin succède à Antti Rinne au poste de premier ministre.

La pandémie de coronavirus qui sévit dans le monde à partir du 1er trimestre 2020 vient bouleverser la situation économique de la Finlande. Relativement épargnée sur le plan sanitaire au cours de la 1ère vague, le pays connait une progressive dégradation de sa situation sanitaire en lien avec une 2nde vague depuis le mois de novembre, la majorité des cas se concentrant sur la région d’Helsinki. A la mi-décembre, on recensait un total d’environ 32 000 cas de coronavirus depuis le début de la pandémie, et près de 500 décès.

En outre, l’économie finlandaise a été affectée par les mesures mises en place pour limiter la propagation du virus (restrictions de déplacements, fermetures des sites culturels et de loisirs, etc.) et par le ralentissement de l’activité de ses principaux partenaires commerciaux. Selon les dernières estimations officielles finlandaises ( Banque de Finlande, Ministère des finances, décembre 2020 ) , la chute du PIB devrait être de l’ordre de 3 à 4% en 2020, et le rebond attendu pour 2021 légèrement supérieur à 2%, voire 2,5% selon ces mêmes sources.

Face à la crise du COVID, le gouvernement finlandais a pris des mesures exceptionnelles de soutien aux entreprises et aux entrepreneurs. Elles se sont concentrées dans un premier temps sur des garanties de prêts et sur un allègement de charges (report du paiement des cotisations de retraite, des loyers). Dans un second temps, l’Etat a consacré davantage de ressources pour aider les entreprises à payer leurs charges fixes et leur personnel via des aides directes.

L’ensemble des budgets rectificatifs votés jusqu'à octobre 2020 représentait 2,6% du PIB selon le rapport d'automne de la Commisison, sachant qu'une 7e loi rectificative budgétaire est passée en novembre 2020 pour un montant qui correspondrait à environ 0,7 % de PIB ( calculs du service économique) . Le déficit public devrait atteindre 6,1% du PIB et le ratio d’endettement public 69% du PIB en 2020 ( source ministère des finances finlndais).

 

 

Publié le