Covid-19 en Espagne: Informations

 Le gouvernement espagnol a de nouveau déclaré l’état d’alerte à partir du 25 octobre 2020 (RD 926/2020)

Le décret-loi instaure l’état d’alerte pour l’ensemble du territoire national. A la demande du gouvernement, le Congrès des Députés a validé sa prolongation pour 6 mois, soit jusqu’au 9 mai 2021.

Le texte prévoit que le Gouvernement est « l’autorité compétente » et les Communautés Autonomes les « autorités compétentes déléguées » pour la gestion de la crise sanitaire et pour prendre toutes les mesures adaptées. Il établit une série de prescriptions minimales, valables sur tout le territoire national, destinées pour partie d’entre elles à donner une base légale à des mesures de restrictions de libertés déjà prises localement, ou envisagées :

  1. Un couvre-feu doit être mis en œuvre entre 23h00 et 06h00, afin de limiter la mobilité des personnes sauf exceptions pour motifs essentiels dûment justifiés. Les régions peuvent moduler l’application de cet horaire (marge de +/- 1h, pour le début et la fin du couvre-feu) et, à partir du 10 novembre chaque région peut maintenir ou retirer le couvre-feu (au 13/11, toutes les régions l’ont maintenu). Seule la région des Canaries n’est pas concernée par le couvre-feu, en raison de sa situation sanitaire moins défavorable.
  2. L’état d’alerte permet de restreindre l’entrée et la sortie du territoire de chaque Communauté autonome (équivalent de la région), sauf déplacements essentiels dûment justifiés ; les Communautés Autonomes peuvent décider de n’appliquer ce principe qu’à une partie de leur territoire (niveau infrarégional).
  3. Les regroupements « sociaux » sont limités à 6 personnes, dans les espaces publics comme privés ; les Communautés Autonomes peuvent définir un plafond inférieur à 6 personnes, sur le fondement de critères épidémiologiques. Ces dispositions limitatives ne s’appliquent pas dans le cadre professionnel. Les manifestations sur la voie publique pourront être interdites ou limitées.
  4. La capacité d’accueil des lieux de culte doit être définie par les autorités régionales.

 

L’ensemble des mesures peuvent être modulées par les Communautés Autonomes selon l’évolution épidémiologique dans chaque territoire. A noter que l’état d’alerte tel que prolongé par le Parlement ne permet pas le confinement domiciliaire.

Des informations plus détaillées sont disponibles sur le site de l’Ambassade de France en Espagne.

Le Ministère de la Santé espagnol informe quotidiennement sur l’évolution sanitaire du Covid-19 (en espagnol).

1. Impact économique de la crise : prévisions du gouvernement

Le gouvernement espagnol a mis à jour le 6 octobre son cadre de prévisions macroéconomiques. Par rapport aux prévisions de mai, la chute du PIB en 2020 est revue à la hausse (passant de -9,2 % à -11,2 %, restant plus optimiste toutefois que les prévisions du FMI), ainsi que les prévisions de déficit (passant de 10,3 % à 11,3 %) et de dette publique (de 115,5 % à 118 %). Pour 2021, la hausse du PIB serait de 7,2 % (soit 0,4 pp de plus que la prévision précédente) et le déficit public serait de 7,7 % du PIB. Le taux de chômage est revu à la baisse tant pour 2020 (de 19 % à 17,1 %) que pour 2021 (17,2 % à 16,9 %). Ces prévisions ne prennent pas en compte l’impact économique du plan de relance présenté le 07/10 : en cas de « bonne » exécution de ce dernier, en 2021 la hausse du PIB réel serait de +9,8 % (+ 2,6 pp) et le taux de chômage serait réduit à 16,3 % (- 0,6 pp).

Cadre macroéconomique Espagne 2020-2021 (variation en %) 

Cadre macroéconomique 2020-2021

Source : Ministère des Affaires Economiques et de la Transformation Digitale

2. La réponse du gouvernement : principales mesures depuis le début de la crise

Dépenses budgétaires : 52,7 Md € (4,2 % du PIB), dont 22,4 Md € pour le chômage partiel (jusqu’à la fin d’année) et réduction des cotisations sociales et un fonds de 16 Md€ pour financer les dépenses sanitaires et éducatives extraordinaires et compenser la chute des recettes fiscales des régions, dont le coût budgétaire sera assumé par l’État central.

Report de charges et assimilés : 0,7 Md € (0,1 % du PIB), dont notamment des mesures en faveur des PME, des indépendants et de 12 secteurs vulnérables (ex : tourisme).

Garanties publiques et assimilées : 158,4 Md € (12,7 % du PIB), dont 140 Md € de garantie publiques de crédits aux entreprises via la banque publique ICO (100 Md € pour liquidités face à la crise et 40 Md € pour des investissements centrés dans la transition numérique et écologique).

Plans sectoriels : pour le tourisme (4,3 Md €), pour l’automobile (3,8 Md € pour 2020-2023), pour l’aéronautique (185 M€ pour 2020-2023), le numérique (70 Md € pour 2021-2023) et la recherche (1,5 Md €)

3.Plan de Relance, Transformation et Résilience 2021-2023

Le Plan de relance espagnol, présenté le 7 octobre 2020, mobilisera 72 Md € (5,8 % du PIB) pour la période 2021-2023, déclinant l’utilisation des fonds européens de relance prévus pour l’Espagne sous forme de subventions (dont 27 Md€ en 2021):

  • Financé avec la Facilité de Relance et Résilience (59 Md€) et React EU (12,4 Md€). 27 Md€ pour 2021 avancés par l’État central (endettement).
  • 37% pour la transition écologique, 33% pour la transition numérique et 30% pour la cohésion sociale et territoriale et pour l’égalité femme homme.

Ces dépenses ont été décomposées en 10 axes :

  • Agenda urbain et rural, lutte contre le dépeuplement et agriculture (16% - 11,5 Md€)
  • Infrastructures et écosystèmes résilients (12,2% - 8,9 Md€)
  • Transition énergétique juste et inclusive (8,9% - 6,4 Md€)
  • Une administration du XXIème siècle (5% - 3,6 Md€)
  • Modernisation et numérisation du tissu productif et des PME, relance du tourisme et appui à l’entrepreneuriat (17,1% - 12,3 Md€)
  • Accord pour la science et l’innovation et renforcement du système de santé (16,5% - 11,9 Md€)
  • Éducation, connaissance, formation continue et développement des compétences (17,6% - 12,7 Md€)
  • Nouvelle économie des soins et politiques de l’emploi (5,7% - 4,1 Md€)
  • Appui aux industries de la culture et du sport (1,1% - 0,8 Md€)
  • Modernisation du système budgétaire et fiscal pour une croissance inclusive et soutenable.
Publié le