Relations économiques et commerciales bilatérales

Les échanges commerciaux bilatéraux en 2022

Le volume total des échanges bilatéraux sur l’année 2022 s’est établi à 4,4 Mds EUR, soit un niveau jamais atteint dans l’histoire récente et largement supérieur au résultat enregistré sur l’année 2021 de 2,7 Mds EUR (+63 %).

Nos exportations progressent de 19,2 % à 2,2 Mds EUR, principalement portées par la forte hausse de nos ventes de produits agricoles (522,5 M EUR, +398 %). L’invasion de l’Ukraine par la Russie a par ailleurs fortement modifié la structure de nos échanges commerciaux avec l’Égypte, en décuplant nos importations qui atteignent 2,2 Mds EUR contre 916 M EUR l’an dernier (+136 %). Nos achats reflètent principalement la diversification de nos sources d’approvisionnement énergétique en gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi qu’en engrais, ces deux postes représentant à eux seuls plus d’1 Md EUR d’importations supplémentaires par rapport à l’an dernier.

Dans ces conditions, notre excédent commercial structurel, habituellement proche d’1 Md EUR, parvient tout juste à se maintenir à 70,2 M EUR en 2022. D’après la Banque centrale d’Égypte, la France est le 11e partenaire commercial sur l'exercice 2021/22, avec 3,9 % du volume d’échanges commerciaux égyptiens la France gagne une place par rapport aux trois dernières années (7e client absorbant 4,1 % de ses exportations et 12e fournisseur avec 2,4 % de parts de marché). Du point de vue de la France, l’Égypte reste un partenaire commercial modeste : 39e client et 50e fournisseur. Après avoir été un de nos principaux excédents commerciaux au monde (8e en 2021, 2e dans la région ANMO, 1er en Afrique), l’Égypte se retrouve au 57ème rang des excédents de la France.

La balance commerciale a connu de fortes fluctuations d’une année sur l’autre (forte dépréciation de la devise nationale, mise en place de mesure visant à freiner les importations, suspension des exportations de blé…). Après l’année record de 2015 (2,6 Mds EUR d’échanges et 1,6 Md EUR d’excédent), nos exportations ont ainsi varié fortement d’une année sur l’autre : -27 % en 2016, +21 % en 2017, -8 % en 2018, +35 % en 2019, -11% en 2020 et -9,2 % en 2021. Alors qu’elles étaient stables dans le temps (+12 % en moyenne annuelle entre 2015 et 2021), nos importations sont fortement en hausse sur l’année 2022 (+ 136 %).

 Evolution des échanges commerciaux entre la France et l'Égypte depuis 2010 (source: douanes françaises). 

a

a

 Principaux produits d’exportation français vers l’Égypte en 2022 (source: douanes françaises). 

a

Principaux produits d'importation français depuis l’Égypte en 2022 (source: douanes françaises).  

a

Les échanges commerciaux bilatéraux au premier semestre 2023

Le volume total des échanges bilatéraux sur les six premiers mois de l’année 2023 s’établit à 1,5 Md EUR, soit un niveau très largement inférieur au résultat enregistré sur les six premiers mois 2022 (2,1 Mds EUR). Si, au premier semestre, nos exportations vers l’Égypte reculent très légèrement (-4,4 % à 913 M EUR), nos importations en provenance d’Égypte subissent en revanche une baisse de près de 50 % (de 1,2 Md EUR à 607 M EUR). Le léger recul de la majorité de nos postes d’exportation traditionnels est ainsi pour partie compensé par nos performances dans les domaines aéronautique et automobile. La forte dépréciation de la livre égyptienne (-50 % de janvier à juillet 2023) n’aura pas permis de relancer les exportations du pays en raison (i) de la faiblesse de l’appareil exportateur égyptien et (ii) de la chute du cours du GNL (inférieur de 50 % en moyenne par rapport au S1 2022). Dans ces conditions, alors que la France enregistrait exceptionnellement un déficit commercial avec l’Égypte de 222 M EUR il y a douze mois, elle enregistre à fin juin un excédent de 306 M EUR. Ces résultats sur le premier semestre laissent présager un retour à notre traditionnel excédent en année pleine à un niveau comparable à celui enregistré avant le choc de l’invasion russe en Ukraine (1,1 Md EUR en moyenne depuis 2015).

Présence économique française et investissements

En 2021/22 les flux d’investissements directs français en Égypte ont atteint 550 M USD, faisant de la France le 10ème investisseur en Égypte. Avec environ 180 filiales qui emploient directement plus de 50 000 personnes pour un stock d'investissement total estimé à environ 5 Mds EUR, les entreprises françaises ont su s’inscrire durablement dans le paysage économique égyptien avec une présence diversifiée :

  • Construction & Industrie : Air Liquide, Vinci, Bouygues, Saint Gobain, Arkema, Vicat, Consolis etc…
  • L’énergie : TotalEnergies (Distribution, Total Eren), Engie, Voltalia, EDF Energies renouvelables, etc.
  • Eau & Assainissement : Véolia, Suez etc, etc.
  • Les transports : Alstom, RATP Dev, Colas Rail, ETF, Systra, Poma, Thalès, Valéo, NGE-TSO, etc.
  • La production manufacturière d’équipements électriques, électroménager ou automobiles : Schneider Electric, Legrand, Nexans, Groupe Seb, Groupe Atlantic,  etc.
  • L’agroalimentaire : Lactalis, Danone, Bel, Savencia, Lesaffre, Soréal, etc.
  • L’industrie pharmaceutique et cosmétique : Servier, Ceva, L’Oréal, Sanofi, etc.
  • Les services : Orange, Crédit Agricole, Axa, Téléperformance, ATOS, Cegedim, Gide, etc.
  • La logistique : CMA-CGM, Bolloré, etc.
  • La grande distribution : Carrefour, Décathlon, etc.
  • Les franchises : Paul, Brioche Dorée, 5àSec, Fauchon, Yves Rocher, GoSport, Intersport etc.
  • Le tourisme : Air France, Groupe Accor, etc.

Retrouvez en vidéo plus d’informations sur 18 des principaux investissements d’entreprises françaises réalisés en Égypte ces trois dernières années pour un montant de près de 2 milliards d’euros : Cliquez ici

Publié le