Relations bilatérales

Les échanges commerciaux bilatéreaux

D’après les douanes françaises, les échanges commerciaux entre la France et l’Egypte ont enregistré en 2017 une augmentation de 21,8% à 2,5 Mds €.

D’après la Banque Centrale d’Egypte (BCE), la France est le 11ème partenaire commercial de l’Egypte sur l’année fiscale 2016/17 (2,9% des échanges totaux égyptiens). Du point de vue de la France, l’Egypte occupe le 53ème rang depuis 2016.

Les exportations françaises ont augmenté de 20,6% en 2017 pour atteindre 1,9 Md €. Les principaux postes d’export sont les « biens d’équipements mécaniques, matériel électrique, électronique et informatique » (671 M €), les « autres produits industriels » (660,6 M €), les « matériels de transport » (160,1 M €) et les « produits des industries agroalimentaires » (116,1 M€).

L’Egypte est le 43ème client mondial de la France, le 8ème dans la région ANMO et son 1er client au Proche-Orient. D’après la BCE, la France est le 11e fournisseur de l’Egypte en 2016/17 représentant 3,2% de ses importations totales.

Les importations d’Egypte ont augmenté de 25,4% en 2017 à 617,3 M €. Les principaux postes sont les « autres produits industriels » (427,1 M €) devant les « textiles » (84,5 M €) et le « pétrole brut » (22,2 M €).

L’Egypte est le 63ème fournisseur mondial de la France, le 11ème de la région ANMO et le 2ème au Proche-Orient. Selon la BCE, la France est en 2016/17, le 11ème client de l’Egypte, représentant 1,9% de ses exportations totales.

 

Statistiques du commerce France-Egypte (douanes françaises)

 Point de vue de la France

- Millions d'euros -

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

export

1 202

1 207

1 393

1 806

1 841

1 721

1 348

1 577

2 111

1 535

1 851

import

801

930

933

1 122

1 343

1 324

1 197

1 036

473

493

617

solde

401

277

460

684

498

397

151

542

1 638

1 042

1 234

 

Présence économique française et investissements

En 2016 le stock d’IDE français en Egypte atteignait 1,6 Md € soit 2% du stock total d’IDE. En 2016/17, les flux nets d’IDE français ont atteint 535,8 M $, soit 2% des flux entrants (5ème rang). Sur les 5 dernières années budgétaires, la France se classe aux alentours du 6ème rang des investisseurs, derrière le Royaume-Uni, les Etats-Unis, les Emirats Arabes Unis, la Belgique et l’Arabie Saoudite.

Avec 160 filiales qui emploient plus de 30 000 personnes pour un chiffre d’affaires de 4,3 Mds €, les entreprises françaises ont su s’inscrire durablement dans le paysage économique égyptien dans les secteurs de :

  • L’industrie : Air Liquide, Saint Gobain, Total, Arkema, Vicat, Lafarge-Holcim, Consolis ;
  • La production manufacturière d’équipements électriques, électroménager ou automobiles : Schneider Electric, Legrand, Nexans, Seb, Atlantic, Valeo ;
  • L’agro-industrie : Lactalis, Danonde, Bel, Bongrain, Lesaffre ;
  • L’industrie pharmaceutique et cosmétique : Servier, Ceva, L’Oréal, Sanofi ;
  • Les services : Orange, Crédit Agricole, Axa ;
  • La logistique : CMA-CGM, Bolloré ;
  • La distribution : Carrefour, Total, Décathlon ;
  • Les franchises : Paul, Brioche Dorée, 5àSec ;
  • Le tourisme : Air France, Club Med, Accor.

Enfin, la croissance de la population égyptienne (passée de 63 à 96 M entre 2000 et 2017) et les mutations sociales qui l’ont accompagné appellent d’importants travaux d’infrastructures dans les domaines des transports (Vinci, Bouygues, Systra, Alstom, Thales, Colas Rail, ETF, Poma), de la génération (notamment renouvelable – EDF EN, Engie, Eren, Voltalia) et du transport et de la distribution d’électricité (GE Grid France, Schneider Electric, EDF, Enedis, Sagemcom, Engie, Enova) et de l’eau et assainissement (Itron, Suez, Véolia).

Publié le